Reprise des chantiers : le guide de l’OPPBTP est enfin publié ! Vie des sociétés | 03.04.20

Partager sur :
Après une dizaine de jours d’attente, le guide de bonnes pratiques pour la reprise partielle de l’activité des entreprises de BTP sur les chantiers dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, a été validé par le gouvernement et publié ce jeudi 2 avril sur le site de l’OPPBTP.

Le ton était monté entre les fédérations du BTP (Capeb, FFB et FNTP) et le gouvernement du 17 au 21 mars, alors que les deux premières semaines de confinement venaient d’être instaurées. Le ministère du Travail avait en effet appelé les entreprises du bâtiment à poursuivre leur activité. Chose intenable et complètement contradictoire pour la plupart de ces entreprises, qui ne voulaient pas mettre en danger la santé de leurs salariés ni s’exposer à des risques juridiques. Les principales fédérations du BTP avaient alors conseillé de suspendre tous les chantiers non urgents, après les avoir préalablement sécurisés.

 

Pour le gouvernement, en revanche, pas question de cesser l’activité, considérant les entreprises du bâtiment et des travaux publics comme « essentielles à la vie économique du pays et à son fonctionnement ». « Elles contribuent notamment à garantir les besoins du quotidien des populations, comme le logement, l’eau, l’énergie, la gestion des déchets, les transports et les télécommunications », réaffirmait-il ce vendredi 3 avril.

 

Après moult discussions, un accord avait finalement été trouvé entre les principales fédérations du BTP et le gouvernement le samedi 21 mars. La condition d’une reprise partielle de l’activité reposait alors sur la publication d’un guide rédigé par l’OPPBTP, et qui serait validé par la FFB, la Capeb, la FNTP, mais aussi par les ministères du Travail et de la Santé. Après une dizaine de jours de concertation, ce guide, particulièrement attendu par les professionnels du secteur, est désormais publié et « sera diffusé dans toutes les entreprises de toutes tailles du bâtiment et des travaux publics », précisent les trois fédérations signataires, rejointes par la Scop BTP.

 

Quelles sont les consignes sanitaires ?

 

Ce guide recommande notamment aux compagnons de se laver les mains toutes les deux heures en cas de port non permanent de gants, de prendre leur température quotidiennement, de disposer si possible d’un véhicule individuel pour éviter les contacts de moins d’un mètre, et de toujours respecter cette distance minimale. Pour y parvenir, l’employeur doit éventuellement mettre en place un plan de déplacements sur le lieu de travail. 

 

L’entreprise devra également, entre autres :

 

  • Désigner un référent Covid-19 qui s’assure de la bonne mise en œuvre des consignes de prévention ;
  • Refuser de faire travailler des personnes qui présentent des symptômes (toux, fièvre, courbatures, perte d’odorat ou de goût…) ;
  • Prévenir les autres salariés si un cas est détecté ;
  • Attribuer du matériel individuel ou au minimum s’assurer de la désinfection avant le passage d’outils ou d’engins de chantier d’un compagnon à un autre ;
  • Installer un point d’eau avec du savon ou un distributeur de gel hydroalcoolique en extérieur ;
  • Assurer la désinfection des surfaces de contacts les plus usuelles, comme les poignées de portes, les claviers, les tables etc.
  • Vérifier plusieurs fois par jour la disponibilité en savon, gel hydroalcoolique, lingettes désinfectantes, essuie-mains à usage uniques etc.
  • Afficher de façon évidente les consignes sanitaires

 

Concernant les masques, s’ils ne sont pas une condition sine qua non du maintien de l’activité étant donné la pénurie déjà existante pour les soignants, ils sont vivement recommandés, notamment en cas de visite chez des particuliers pour une intervention indispensable, et si les salariés ne peuvent pas travailler à plus d’un mètre de distance. En cas d’intervention chez une personne malade ou à risques, le port d’un masque est en revanche obligatoire.

 

Pour connaître toutes les consignes en détail, et avoir accès aux questionnaires (vérification de la santé d’un salarié) et protocoles (port du masque, intervention chez un particulier), le guide complet est accessible sur le site de l’OPPBTP et à télécharger sur cette page.

 

Le guide demande aussi aux entreprises de ne pas faire travailler les apprentis ou stagiaires, les femmes enceintes, ni les personnes à risques présentant une « une affection de longue durée » comme une maladie respiratoire chronique (asthme...), une insuffisance cardiaque, une hypertension artérielle, un diabète, ou une obésité (IMC égal ou supérieur à 40).

 

Il précise que la décision de reprendre ou non l’activité reviendra dans tous les cas à l’entreprise, qui reste la plus à même de juger de la capacité à respecter les consignes sanitaires édictées. En cas d’arrêt, ces entreprises du BTP pourront avoir recours au chômage partiel pour leurs salariés.

 

Un guide qui ne fait pas l’unanimité

 

La publication de ce guide ne fait toutefois pas l’unanimité, notamment parmi certaines fédérations qui auraient souhaité être consultées.

 

« Un travail complémentaire va être lancé pour compléter l’ensemble de ces dispositions pour les autres intervenants d’un chantier tels que les maîtres d’ouvrage, les architectes, bureaux d’études ou coordinateurs sécurité », ont cependant assuré ce vendredi matin les ministères concernés.

 

Parmi les mécontents figurent également certains syndicats comme la CGT. Selon Bruno Bothua, secrétaire général de la CGT-Construction, « le guide ne traite pas que des travaux d’urgence, or nous nous opposons à une reprise de l’activité totale ». « Le bâtiment n'est pas prioritaire pour [recevoir] les équipements de protection », dont manque déjà le personnel soignant, a-t-il souligné à l’AFP.

 

« Qui va désinfecter les toilettes sur les chantiers ? », s'interroge également M. Bothua, selon qui ce guide devait normalement être validé par une majorité de syndicats.

 

C.L.

 

Masques : Attention à la fraude ! 

 

L’OPPBTP alerte les entreprises du BTP sur la prolifération de masques contrefaits sur le marché. Le marché florissant du masque en cette période d’épidémie de Covid-19 a créé de la contrefaçon. Ces masques ne seraient « pas conformes aux normes de protection »  en raison de rapports d’essais et de certificats falsifiés. Ces faux EPI mettent donc en danger la santé des utilisateurs. 

 

L’OPPBTP recommande ainsi : 

  • d’acheter des masques chez un fabricant/distributeur connu et professionnel ;
  • de commander uniquement des masques pour lesquels une notice d’information ou une fiche technique est disponible auprès du vendeur. Ces documents doivent indiquer la référence du produit, les performances vérifiées et l’usage précis auquel il est destiné ;
  • de privilégier les masques alternatifs référencés sur le site de la Direction Générale des Entreprises (DGE). 

 

En complément de ces indications, l’OPPBTP met à disposition sur son site internet une « fiche d’aide au choix des masques », et rappelle que ses conseillés sont disponibles pour toutes questions, par mail, téléphone ou tchat. 

J.B

 

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

-46 % de logements autorisés et commencés entre mars et mai 2020 - Batiweb

-46 % de logements autorisés et commencés entre mars et mai 2020

Le Ministère de la Cohésion des Territoires a enfin communiqué les chiffres de la construction neuve entre mars et mai 2020. Sans surprise, l'apparition soudaine du coronavirus et les mesures de confinement imposées dès le 17 mars ont causé un violent coup d'arrêt pour la délivrance de permis de construire et le démarrage de nouveaux chantiers. Entre mars et mai 2020, les logements autorisés et commencés ont ainsi tous les deux chuté de -45,8 %.
Les artisans du BTP inquiets des mesures sanitaires mais confiants dans la reprise - Batiweb

Les artisans du BTP inquiets des mesures sanitaires mais confiants dans la reprise

Depuis la fin du confinement, les entreprises retrouvent leur activité mais laissent, pour une grande majorité, leurs employés en télétravail. Pour les artisans du BTP, leur profession ne leur permet pas d’exercer de chez eux. En conséquence, malgré les mesures prises pour se protéger, la plupart sont inquiets concernant la reprise du travail et les conditions sanitaires, mais reste confiants quant à l’avenir de leur entreprise.
Le Pôle Fenêtre de la FFB publie une fiche de préconisations avec l’OPPBTP - Batiweb

Le Pôle Fenêtre de la FFB publie une fiche de préconisations avec l’OPPBTP

Pour compléter le guide de préconisations sanitaires de l’OPPBTP mis à jour le 10 avril dernier, le pôle Fenêtre de la FFB annonce la publication d’une fiche dédiée à la pose de menuiserie extérieure, de vérandas, de protections solaires et de fermetures chez le particulier pendant toute la durée de l’épidémie de Covid-19. Cette fiche, validée par l’OPPBTP, est à destination des salariés non malades intervenant chez des particuliers et ne présentant pas de symptômes liés au Covid-19. Elle émet des consignes de sécurité sanitaire étape par étape, de la préparation de l’intervention à la réception des travaux.
« Nous attendons impatiemment la reprise pérenne des chantiers » (UFME) - Batiweb

« Nous attendons impatiemment la reprise pérenne des chantiers » (UFME)

La reprise d’activité dans le secteur de la menuiserie s’est faite rapidement, aidée par la publication de fiches de préconisations sanitaires adaptées aux spécificités de chaque métier. Les entreprises, qui se sont mobilisées pour préserver au maximum la sécurité de leurs collaborateurs, attendent désormais une reprise pérenne de leur activité, qui dépendra en grande partie de la reprise des chantiers. Entretien avec Virginie Muzzolini, responsable communication de l’Union des Fabricants de Menuiseries (UFME).

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter