Socotec se renforce dans la gestion du patrimoine des ouvrages d’art Vie des sociétés | 20.11.19

Partager sur :
Le groupe Socotec a annoncé, en octobre dernier, avoir acquis les droits de LAGO, un outil d’aide à la gestion des ouvrages d’art. La solution permet de recenser les pathologies du patrimoine, d’en faire l’analyse et d’en suivre l’évolution. Elle contribue à la constitution d’une base de données sur l’état des infrastructures en France et optimise les travaux d’entretien.

Parmi les nombreuses activités du groupe Socotec, on retrouve l’inspection des ouvrages d’art. Pour se renforcer sur ce segment, l’organisme a procédé à l’acquisition du logiciel LAGO. L’outil permet de recenser les pathologies du patrimoine bâti, d’en faire l’analyse et d’en suivre l’évolution.

 

« LAGO est le fruit de plus de 20 ans de développement, opéré par des spécialistes des infrastructures », explique Jean-Marie Steiner, directeur de la branche Infrastructures de Socotec, qui sera chargée de la commercialisation de la solution. « Le logiciel est utilisé depuis plusieurs années sur le réseau routier et autoroutier français comme à l’international ». Il permet de constituer une base de données et donc d’entreprendre rapidement et efficacement des travaux d’entretien.

 

Prévenir les risques

 

Alors que l’effondrement d’un pont à Mirepoix sur Tarn fait la une des journaux et vient attester que la France « n’a pas une connaissance fine de ses infrastructures », selon le sénateur Michel Dagbert (PS), LAGO peut apporter une réponse concrète aux acteurs concernés.

 

Dans un communiqué paru bien avant la tragédie, Socotec soulignait que le nombre de ponts routiers en France était évalué dans une fourchette variant de 200 000 à 250 000 unités. Hervé Montjotin, président du groupe Socotec, insistait : « L’urbanisation et les besoins de mobilités accrus ont amené un vieillissement prématuré. Certains ponts sont sous forte pression tant le trafic est supérieur à celui imaginé à la construction, en particulier les réalisations d’après-guerre qui avaient été conçues avant l’avènement de la voiture pour tous. Le changement climatique avec des conditions de plus en plus extrêmes aggrave la situation. Dans ce contexte, l’absence de données sur l’état des ponts et sur leur évolution, constitue un problème sérieux pour tous ceux qui ont la responsabilité de leur maintenance, que ce soient les collectivités locales, les départements, l’Etat ou des entreprises privées dans le cadre de concessions. Il s’agit clairement d’un enjeu de société ».

 

Avec LAGO, Socotec souhaite offrir « une expertise de proximité aux acteurs publics et aux sociétés d’autoroutes ». « Avec cette acquisition, Socotec participe activement à relever le défi que représente la maintenance d’un patrimoine d’ouvrages d’art vieillissants en France et dans les économies développées », confirme M. Steiner.

 

R.C

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Un milliard d’euros supplémentaire pour aider les collectivités à rénover leurs ponts

Un milliard d’euros supplémentaire pour aider les collectivités à rénover leurs ponts

La France sombrerait-elle dans la paranoïa ? Après l’effondrement du viaduc de Gênes en août dernier, les moyens économiques en faveur de l’entretien des infrastructures dont dispose l’hexagone se multiplient. Le dernier en date : une enveloppe d’un milliard d’euros qui pourrait être mise en place par la Caisse des dépôts en faveur des collectivités.
Prévention des risques liés au bitume : deux nouveaux dépliants sont parus !

Prévention des risques liés au bitume : deux nouveaux dépliants sont parus !

En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé l’exposition aux fumées de bitumes lors des travaux de revêtements routiers comme possiblement cancérogène pour l’homme. Depuis, la profession et les organismes de prévention n’ont cessé de collaborer pour identifier les bonnes pratiques et en développer de nouvelles. Le 25 septembre dernier, l’INRS a présenté deux dépliants de prévention destinés aux chantiers de construction.
Sensibiliser les apprentis du BTP à la prévention des risques

Sensibiliser les apprentis du BTP à la prévention des risques

La nouvelle campagne « 100 minutes pour la vie » organisée par l’OPPBTP en partenariat avec le CCCA-BTP et destinée à tous les CFA, veut sensibiliser les apprentis du bâtiment et des travaux publics aux risques de leurs métiers, dès le début de leur carrière, et faire de la prévention un réflexe.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter