Soprema résolument tourné vers la Recherche et le Développement avec Mutatio Vie des sociétés | 23.02.17

Partager sur :
En 2008, la totalité des produits développés par Soprema étaient dérivés du pétrole. C'est en partant de ce constat que l'entreprise, spécialiste de l'étanchéité, de la végétalisation et de l'isolation, a lancé Mutatio, un vaste projet de Recherche et Développement mené en collaboration avec de nombreux partenaires. Objectif : réduire l'utilisation du pétrole dans la conception des matériaux de construction et le remplacer, autant que possible, par des matières premières écosourcées.
En septembre dernier déjà, Pierre-Etienne Bindschedler rappelait combien l'innovation était importante pour le groupe Soprema, dont il est le Président. Et en matière de Recherche et Développement, le spécialiste de l'étanchéité sait y faire !

Il y a six ans, l'entreprise a notamment lancé un vaste projet collaboratif, Mutatio, avec un objectif bien précis. « Nous avons fait le constat que 100% de nos produits étaient dérivés du pétrole, et nous avons décidé qu'il fallait changer tout cela. Notre objectif était très simple : réduire l'utilisation de ce pétrole, et essayer de trouver des solutions pour le remplacer par des produits écosourcés », explique Pierre-Etienne Bindschedler.

Huit partenaires publics et privés mobilisés

Soprema a alors fait appel à de nombreux acteurs afin de mener ce projet à bien. Le consortium Mutatio se compose ainsi de :
- trois partenaires industriels : DRT (spécialiste des dérivés de la résine du pin), Oleon (chimie du végétal) et Van Robaeys et frères (culture du lin) ;
- deux partenaires académiques : IFTH (Institut français du textile et de l'habillement) et ICPEES (Institut de chimie et procédés pour l'énergie, l'environnement et la santé) ;
- un partenaire financier : Bpifrance ;
- deux partenaires institutionnels : Fibres Energivie et IAR, pôle de la bioéconomie.

Six années plus tard, ce sont plus de quarante professionnels qui ont pris part au bon développement de ce projet, qui a par ailleurs nécessité 13 millions d'euros de budget sur une base prévisionnelle de 21 millions. Un investissement qui a pleinement porté ses fruits, quatre produits étant déjà commercialisés, tandis que quatre autres sont attendus pour l'année prochaine.

Des nouveautés à rythme constant

Il faut dire que le terrain a été préparé dès 2011, avec un important travail sur la valorisation des tanins (des substances naturelles issues des végétaux) et des microalgues, suivi d'une seconde thèse menée entre 2012 et 2015 sur la réalisation d'un bio-composite. Des recherches rapidement couronnées de succès, à en croire les témoignages des nombreux partenaires du projet.

Mutatio a notamment permis à une première mondiale de voir le jour : une mousse d'isolation à base d'huile de microalgues. Soprema commercialise également depuis juillet 2014 la Mammouth Néo, une gamme de membranes d'étanchéité incluant des polymères verts, et qui sera par ailleurs fabriquée avec du bitume vert en 2017.

Cette année, Oléon lancera également « des plastifiants réactifs pour substituer les solvants ». Soprema, de son côté, se prépare à présenter Armalin, sa nouvelle armature d'étanchéité majoritairement constituée de lin, dont la commercialisation est prévue pour 2018. Sans compter que la part d'utilisation de matières premières renouvelables par l'entreprise ne cesse de croître.

 
L'utilisation de matières prémières renouvelables (orange pour les matières biosourcées, bleu pour les recyclées) sont exprimées en tonnes.

Si, pour l'heure, Rémi Perrin, directeur R&D chez Soprema, reconnaît que la vente de ces nouveaux produits est « difficile », il n'en reste pas moins que le projet Mutatio a engendré de nombreuses retombées pour l'ensemble des acteurs impliqués. Douze articles scientifiques ont d'ores et déjà été publiés sur le sujet et huit brevets ont été déposés. Bilan plutôt positif, donc, pour Soprema qui, fort de cette expérience, compte bien poursuivre le développement de projets de R&D inédits.

Fabien Carré

Photos : ©Soprema
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Soprema dote deux de ses usines d’unités de gazéification biomasse

Soprema dote deux de ses usines d’unités de gazéification biomasse

Impliqué depuis de nombreuses années dans la mise en œuvre de process respectueux de l’environnement, Soprema, spécialiste de l’étanchéité, de la végétalisation et de l’isolation, a récemment mis en route un système de gazéification de biomasse sur son site industriel strasbourgeois. 1 125 tep (tonnes équivalents pétrole) pourront ainsi être produites grâce à cette initiative. Tous les détails de ce projet original.
Nouvelle étape pour la Chaire de recherche Edycem – Centrale Nantes

Nouvelle étape pour la Chaire de recherche Edycem – Centrale Nantes

En février 2015, Edycem et Centrale Nantes ont signé la Chaire internationale de recherche et d’enseignement des « bétons innovants pour de nouvelles applications ». D’une durée de cinq ans, elle vise notamment à moderniser la formulation des matériaux cimentaires et à améliorer leur bilan énergétique. Ce mardi, le partenariat a franchi une nouvelle étape : les deux premières thèses de doctorat ont été soutenues. Précisions.
Innovation : les entrevous  « EMS EcoVS » de KP1 intègrent désormais de la matière recyclée

Innovation : les entrevous « EMS EcoVS » de KP1 intègrent désormais de la matière recyclée

KP1, le créateur de systèmes constructifs préfabriqués, a lancé ses premiers entrevous légers « EM EcoVS » qui intègrent de la matière recyclée, en octobre 2018. Cette innovation, créée en collaboration avec l’entreprise de recyclage CPA, s’inscrit dans une démarche éco-responsable. L’entreprise prouve son ambition de diminuer l’impact environnemental d'un de ses produits phares en en proposant une nouvelle version.
A Saint-Priest (69), Kingspan Light + Air dévoile son nouveau siège social

A Saint-Priest (69), Kingspan Light + Air dévoile son nouveau siège social

Début janvier 2019, Kingspan Light + Air a regroupé l’ensemble de ses services sur un unique pôle industriel. Implanté à Saint-Priest, le nouveau siège social accueille 200 collaborateurs et s’étend sur 30 000 m2. Le projet, qui a représenté un investissement de plus de 20 millions d’euros, devrait permettre à l’industriel « de mieux répondre » à l’accroissement de son activité. Certifié BREEAM Very Good, le site se veut un « démonstrateur de performance ». Découvrez-le sans plus attendre !

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter