Tensions autour du logement : J. Denormandie préconise la suppression du zonage géographique Vie des sociétés | 21.11.18

Partager sur :
Impliqué dans la réduction de la fracture territoriale, Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, a profité de sa venue à la convention annuelle d’Action Logement pour faire part de sa volonté et de celle du gouvernement de mettre un terme au système géographique de zones. Cette initiative permettrait en outre de ne plus faire de distinction entre les politiques publiques relatives au logement. Les détails.
La France vit-elle les derniers instants du système de zonage géographique ? C’est en tout cas un projet du gouvernement, comme l’a fait savoir Julien Denormandie ce mardi 20, à l’occasion de la convention annuelle d’Action Logement. Le ministre chargé de la Ville et du Logement a en effet déclaré que l’État réfléchissait actuellement à des mesures visant à « en finir avec le zonage ».

Si elle aboutissait, cette initiative permettrait de ne plus distinguer les zones dites ‘’tendues’’ en matière de logements (où l’offre est insuffisante par rapport à la demande). In extenso, les mécanismes fiscaux et budgétaires relatifs à cette problématique ne seraient plus différenciés à l’échelle locale.

« On fait depuis des années des politiques publiques où on va construire ici ou là », a déploré Julien Denormandie. « La politique publique du logement, elle doit être profondément territorialisée ».

Les aides locales, seules impactées ?

Les annonces du ministre n’ont cependant pas suffi à rassurer les professionnels du BTP et les économistes, qui considèrent la réduction de certaines aides responsable des mauvais résultats du marché de la construction de logements neufs depuis le début de l’année.

Des attaques contre lesquelles Julien Denormandie s’est défendu, soulignant que l’objectif du gouvernement, « parfois c’est construire, parfois et même souvent, c’est mieux réhabiliter ».

Il en a également profité pour rappeler que l’Assemblée nationale avait validé, il y a quelques semaines, un nouveau dispositif fiscal encourageant la réhabilitation des logements anciens ou dégradés en centre-ville. Ce soutien inédit n’est d’ailleurs pas lié à un quelconque zonage, en adéquation avec les motivations du gouvernement.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : @J_Denormandie (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Dépenses fiscales en faveur du logement : la Cour des comptes réclame une gestion plus rigoureuse

Dépenses fiscales en faveur du logement : la Cour des comptes réclame une gestion plus rigoureuse

La Cour des comptes a rendu public ce jeudi 21 mars un rapport au sujet des avantages fiscaux en faveur du logement faisant suite à une demande de la commission des finances de l’Assemblée nationale. Selon l’organisme, ceux-ci seraient à la fois incohérents et peu efficaces. Afin d’y remédier, le document formule sept recommandations portant sur le pilotage de ces dépenses fiscales, leur évaluation ou encore leur chiffrage. Le point.
Nouveau tournant dans la réduction de la fracture territoriale

Nouveau tournant dans la réduction de la fracture territoriale

Toujours autant impliqué dans la réduction de la fracture territoriale, le ministre Jacques Mézard a lancé le 20 novembre dernier un appel à manifestation d’intérêt visant à accélérer la mise en œuvre du Logement d’abord. Pour rappel, cette initiative a pour ambition de permettre aux sans-abri d’accéder plus facilement à un logement durable plutôt qu’à des hébergements d’urgence. Précisions.
Un ultime vote au Sénat signe l’adoption définitive de la loi Elan

Un ultime vote au Sénat signe l’adoption définitive de la loi Elan

C’en est fini des débats autour de la loi Elan ! Cette dernière a en effet été définitivement adoptée par les sénateurs ce mardi 16 octobre, à 201 voix pour et 127 contre. Une belle victoire pour le nouveau ministre de la Ville et du Logement Julien Denormandie, qui défendait corps et âme depuis plus d’un an cette « réforme en profondeur de la politique du logement en France ».
Contradictions en cascade autour de l’annulation de l’encadrement des loyers à Paris

Contradictions en cascade autour de l’annulation de l’encadrement des loyers à Paris

Absurde : c’est probablement le mot qui définirait le mieux la situation autour de l’encadrement des loyers parisiens. Suite à une plainte de plusieurs associations représentant les professionnels de l’immobilier, la justice avait déjà mis fin à ce dispositif en novembre dernier. Si l’État a depuis fait appel, le tribunal a confirmé sa décision ce mardi 26. Un jugement sans grande conséquence, cependant, la loi Elan permettant désormais aux zones tendues de plafonner les loyers.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter