Construction : presque tous les indicateurs en baisse au troisième trimestre Vie des sociétés | 29.10.18

Partager sur :
Rien ne va plus sur le secteur de la construction ! Déjà en baisse au deuxième trimestre, l’activité a connu de nouvelles déconvenues de juillet à septembre 2018. Par rapport aux trois mois précédents, les autorisations de logements ont encore reculé de -2,1%, et les mises en chantiers de -4,0%. Dans le même temps, seulement 10,3 millions de m2 de locaux non résidentiels ont été autorisés (-9,5% par rapport à l’année précédente) et 5,8 millions de m2 ont été mis en chantier (-11,3%). Le bilan détaillé.
La période estivale n’aura décidément pas été fructueuse pour le secteur de la construction ! Le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales a publié ce 29 octobre le bilan trimestriel du marché, bien peu reluisant.

Le résidentiel de plus en plus bas

Sur le segment des logements, tout d’abord, l’ensemble des indicateurs fait grise mine. De juillet à septembre, les autorisations de logements à la construction ont baissé de -2,1% par rapport aux trois mois précédents. Certes les logements individuels se portent mieux (+2,6%), mais cela ne suffit malheureusement pas à compenser les chiffres du collectif (-4,9%).

En parallèle, les mises en chantier ont elles aussi dégringolé, passant de -1,6% au deuxième trimestre à -4,0% sur la période juillet-août-septembre. « L’individuel décroît à nouveau (-3,2% après -5,0%) tandis que le collectif, y compris en résidence se replie (-4,7% après +1,0%) », détaille le ministère.

En un an à fin septembre, ce sont finalement 470 700 logements qui ont été autorisés à la construction (-5,8% par rapport à l’année précédente). À l’inverse, les mises en chantier, avec 419 700 unités, affichent une légère croissance (+1,6%). Le gouvernement précise que le taux d’annulation moyen d’août à septembre 2018 se stabilise à 11,1% dans l’individuel et 26,2% dans le collectif. Le délai moyen d’ouverture de chantier atteint quant à lui 5,4 mois dans l’individuel et 11,2 mois dans le collectif.

Le non résidentiel en pleine chute

Plus surprenant, la construction de locaux non résidentiels, qui tire habituellement le marché vers le haut, a elle aussi chuté au troisième trimestre 2018. De fait, de juillet à septembre, 10,3 millions de m2 de locaux ont été autorisés à la construction, soit une baisse de -9,5% au regard de la même période l’année dernière. Les locaux commerciaux ont été tout particulièrement mis à mal (-32,5%), de même que les entrepôts (-17,4%) et les locaux industriels (-12,0%).

En un an, en revanche, les voyants restent dans le vert, même si la marge de manœuvre est assez mince. Avec 39,9 millions de m2 concernés d’octobre 2017 à septembre 2018, les autorisations délivrées affichent une légère hausse de +0,5% en comparaison aux douze mois précédents. Les bureaux et l’artisanat ont notamment fait preuve de dynamisme, avec une croissance respective de +14,5% et +13,2%.

Du côté des locaux commencés, 5,8 millions de m2 de non résidentiel ont été mis en chantier au cours du dernier trimestre observé, soit un recul de -11,3% par rapport aux trois mois précédents. « Hormis les exploitations agricoles et forestières qui augmentent (+9,9%), tous les autres secteurs baissent : les entrepôts enregistrent la plus forte baisse (-36,8%) suivis par les locaux commerciaux (-30,2%) et l’artisanat (-15,9%) », indique le ministère de la Cohésion des territoires.

En un an, ce sont finalement 26,2 millions de m2 de locaux non résidentiels qui ont été mis en chantier, soit 2,1% de plus qu’au cours des douze mois précédents. Les locaux industriels (+19,8%), les bureaux (+13,1%) et l’artisanat (+9,0%) tendent à tirer le marché vers le haut, à l’inverse des entrepôts (-15,8%) et des locaux commerciaux (-2,9%).

Au vu des prévisions des principaux organismes professionnels du BTP, le reste de l’année devrait confirmer la tendance amorcée depuis janvier 2018. Entre autres, les mesures gouvernementales récentes (restrictions du Crédit d’impôt transition énergétique, Prêt à taux zéro, etc.) se feront largement ressentir sur l’activité du secteur.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La période estivale ne profite toujours pas à la construction de logements neufs

La période estivale ne profite toujours pas à la construction de logements neufs

Déjà en difficulté en juillet dernier, la construction de logements neufs a été particulièrement mise à mal cet été par rapport aux trois mois précédents, tant au regard des autorisations délivrées (-2,8%) que pour les mises en chantier (-1,1%). En parallèle, 9,9 millions de m2 de locaux non résidentiels ont été autorisés de juin à août 2018, et 6,1 millions de m2 mis en chantier. Tous les chiffres.
Bilan difficile pour le secteur de la construction

Bilan difficile pour le secteur de la construction

Et ce qui devait arriver arriva ! Depuis le début de l’année, le secteur de la construction était parvenu tant bien que mal à se maintenir à un niveau convenable. Pourtant, l’activité s’est nettement dégradée de mars à mai 2018, avec une chute des autorisations et des mises en chantier de logements (respectivement -3,9% et -6,9%). Cette fois, même le non résidentiel ne parvient pas à sauver ce qui peut l’être, avec un recul des autorisations délivrées à hauteur de -5,1%
Construction : des chiffres toujours fragiles au deuxième trimestre

Construction : des chiffres toujours fragiles au deuxième trimestre

Selon l’indicateur du climat des affaires publié par l’Insee en juillet, les industriels du BTP sont de moins en moins confiants. Il faut dire que le secteur de la construction a été particulièrement mis à mal depuis le début de l’année, et le deuxième trimestre ne fait pas exception. Si les mises en chantier de locaux non résidentiels ont progressé durant cette période, la quasi-totalité des autres indicateurs sont en baisse par rapport au début de l’année. Tous les chiffres.
2018, une année difficile pour la construction de logements

2018, une année difficile pour la construction de logements

Sans surprise, 2018 n’aura pas été une année mémorable pour le marché de la construction. D’après le ministère de la Cohésion des territoires, seulement 460 500 logements ont été autorisés au cours des douze derniers mois, en recul de -7,1% par rapport à 2017. Dans le même temps, avec 398 100 biens concernés, les mises en chantier ont elles aussi baissé, de l’ordre de -7,0%. Tous les chiffres.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter