Vinci, Bouygues et Eiffage dans le Top 4 des majors européens du BTP Vie des sociétés | 20.11.19

Partager sur :
Une étude Mazars place trois entreprises françaises dans le Top 4 des majors européens du BTP à savoir Vinci, Bouygues et Eiffage. Ces groupes ont atteint, en 2019, + 9% de croissance, soit 3 points de plus que la moyenne du panel analysée. Malgré une activité dynamique, l’étude note qu’elle ne s’accompagne pas encore d’une amélioration de la rentabilité, en baisse de 0,7 point l’an dernier. Précisions.

Dans une nouvelle étude publiée le 19 novembre dernier, Mazars fait le point sur l’activité « construction » en Europe. L’acteur international d’audit et de conseil s’est intéressée aux groupes européens dont le chiffre d’affaires consolidé est supérieur à 5 milliards d’euros, soit 17 groupes. 

 

Le secteur a enregistré en 2018, une hausse de l’activité de + 6,2%, une dynamique portée par des carnets de commande en hausse (+ 3,1%), la poursuite de mégaprojets et les effets des acquisitions récentes.

 

L’activité s’est inscrite à la hausse pour chacun des segments : + 4,9% pour les BTP, + 11,9% pour l’énergie et les services, + 11,4% pour la route et + 9,9% pour l’immobilier. La reprise des investissements en Europe a en effet bénéficié principalement aux infrastructures de transports et aux grands projets, précise un communiqué. La tendance devrait se poursuivre avec le prolongement du Plan Junker qui prévoit 125 mds d’euros d’investissements d’ici fin 2020.

 

A noter cependant que le taux de marge opérationnelle est en baisse. L’étude note ainsi que l’accroissement « de l’activité globale ne s’accompagne pas encore d’une amélioration de la rentabilité », en baisse de 0,1 point en 2017 et de 0,7 point en 2018.

 

Les entreprises françaises se distinguent

 

Dans le Top 4 européen des majors du BTP, on trouve trois Français : Vinci, Bouygues et Eiffage, qui enregistrent en 2018, une croissance de 9%, soit près de trois points au-dessus de la moyenne du panel, et une baisse plus mesurée de leur taux de marge (- 0,2 point). Les carnets de commande progressent également : + 9,3% en 2018, soit + 6 points par rapport à la moyenne européenne.

 

L’enjeu pour ces groupes est de « surveiller les coûts de production » qui ont augmenté, en 2018, de + 2,8% ; une hausse qui s’explique notamment par une augmentation du coût des matériaux de + 0,8% dans les travaux publics ainsi que du coût de l’énergie de + 15,8% dans les travaux publics et de + 16,8% dans le bâtiment.

 

Pour ce qui est des prévisions, elles demeurent positives pour la France France et pour le marché global de la construction en Europe qui affiche une croissance de + 3,5%, dépassant de nouveau celle du PIB européen (+ 1,9%).

 

L’écologie au cœur des décisions

 

L’étude Mazars revient enfin sur l’engagement écologique des entreprises européennes du BTP qui multiplient les actions pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Les groupes français se tournent par exemple vers des modes constructifs décarbonés et entendent « développer leur savoir-faire en misant sur l’innovation, la construction modulaire tridimensionnelle, ainsi que sur la construction d’immeubles de belle hauteur en bois ».

 

La Smart City se présente aussi comme une réponse efficace aux défis climatiques. 25 communes françaises se sont d’ailleurs déjà lancées dans le développement de services « intelligents ».

 

Olivier Thireau, associé responsable Immobilier & BTP chez Mazars France, souligne ainsi : « Pour répondre aux défis climatiques, les groupes rappellent à travers leurs rapports annuels l’attention qu’ils portent au respect de l’environnement lors de l’exécution de leurs travaux et mises sur l’innovation pour réduire l’impact carbone de leurs activités. En 2019, ils souhaitent par ailleurs poursuivre l’amélioration de leurs marges et le déploiement de leurs politiques de transformation afin de répondre à la forte demande, à l’échelle mondiale, de projets de plus en plus complexes ». 

 

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L'international, relais de croissance des géants du BTP entre 2011 et 2013

L'international, relais de croissance des géants du BTP entre 2011 et 2013

Le cabinet Mazars vient de publier la 3ème édition de son étude sur le secteur du bâtiment et de la construction, centrée sur l'internationalisation du marché du BTP. Outre les majors européens étudiés jusque-là exclusivement, les huit outsiders continentaux ont été ajoutés au panel des sociétés interrogées pour cette nouvelle publication. Il en ressort que la part de l'activité hors d'Europe «monte en flèche» et grimpe de 18 % à 23 % en moyenne entre 2011 et 2013.
Recentrage des aides : le marché de la maison individuelle accuse le coup

Recentrage des aides : le marché de la maison individuelle accuse le coup

Le recentrage des aides publiques en faveur du logement aura fortement impacté le marché de la maison individuelle. Lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi 14 février, Patrick Vandromme, président de LCA-FFB, a indiqué que 2018 avait enregistré l’un des plus mauvais scores de ces 15 dernières années. Les ventes ont notamment reculé de – 11,3% dans le secteur diffus, descendant sous la barre des 120 000 unités. Précisions.
Artisanat du bâtiment : ralentissement de la croissance au 3e trimestre 2018

Artisanat du bâtiment : ralentissement de la croissance au 3e trimestre 2018

La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) a dévoilé, ce jeudi 18 octobre, les chiffres de l’activité du secteur au 3e trimestre 2018. Des résultats en baisse par rapport au 2e trimestre, qui inquiètent Patrick Liébus, le Président de la CAPEB. Ce dernier regrette les restrictions du Crédit d’impôt transition énergétique (CITE) et en appelle aux pouvoirs publics.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter