Il est permis de modifier un mur mitoyen Vie pratique | 12.09.18

Partager sur :
Selon la Cour de cassation, il est tout à fait possible de faire exhausser un mur mitoyen avec un voisin de sa propre initiative. La personne souhaitant engager de tels travaux doit cependant en assurer le financement. C’est également à elle d’effectuer les réparations et l’entretien de la partie surélevée. Les détails de cette législation.
Chacun a le droit de surélever, de sa propre initiative, un mur mitoyen avec le voisin, bien qu'il n'en soit pas totalement propriétaire, a déclaré la Cour de cassation.

La Cour a rappelé brièvement ce principe du code civil: "tout propriétaire peut faire exhausser le mur mitoyen".

Celui qui prend cette initiative est seulement tenu d'en supporter le coût, ajoute le code, et il doit aussi assumer seul les réparations et l'entretien de la partie qu'il aurait bâtie seul. Car la partie surélevée par l'un des deux voisins n'appartient qu'à lui seul et n'est pas mitoyenne...

Il n'y a donc pas d'empiètement chez autrui lorsqu'un propriétaire décide de surélever, même sur toute sa largeur, un mur qui se trouve pour moitié sur son terrain et pour moitié sur le terrain voisin.

La mitoyenneté est une "indivision forcée", selon le site des notaires de France. En principe, chacun n'a de droits que sur sa moitié de mur, mais par exception, le code civil permet aux deux voisins d'utiliser en cas de besoin toute la largeur du mur, en y enfonçant des poutres, par exemple, pourvu que cela ne nuise pas à l'autre.

En l'espèce, l'un des deux voisins avait non seulement surélevé le mur sur toute sa largeur, mais l'avait utilisé comme mur extérieur d'un nouveau bâtiment, en y perçant des jours. Toute cette réalisation a été jugée conforme à la loi par la Cour de cassation.

(Cass. Civ 3, 6.9.2018, W 17-19.430).
(AFP)

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Visible ou non, une modification de bâtiment se déclare

Visible ou non, une modification de bâtiment se déclare

Il y a quelques jours, la justice ordonnait la destruction d’un ouvrage estimé à 57 millions d’euros. Celui-ci avait en effet été construit illégalement et devra donc être rasé dans les 18 mois à venir. Dans ce même ordre d’esprit, la Cour de cassation estime que des travaux, même lorsqu’ils ne sont pas visibles de la rue, doivent faire l’objet d’une déclaration auprès de la mairie, comme l’impose le Code de l’urbanisme. Explications.
Le permis de construire est restrictif

Le permis de construire est restrictif

D’après la Chambre criminelle de la Cour de cassation, la délivrance d’un permis de conduire n’accorde pas nécessairement le droit de modifier le terrain. De fait, son bénéficiaire n’est pas autorisé, par exemple, à rehausser le niveau du sol. Selon la législation en vigueur, il est également nécessaire de faire une nouvelle demande de permis de construire dès lors que la destination du projet change. Éclairage.
Pour reconstruire, il faut toujours un permis

Pour reconstruire, il faut toujours un permis

D’après la Cour de Cassation, l’obtention d’un permis de construire est indispensable, aussi bien pour un projet neuf que pour un bâtiment qui serait reconstruit à l’identique après destruction. Il existe en effet des exceptions au droit de reconstruire, notamment lorsque le bien est situé dans une zone dangereuse. Précisions.
Location brève clandestine, l'amende est juste

Location brève clandestine, l'amende est juste

Alors que la réglementation autour des locations de courte durée type Airbnb tend à se durcir, la Cour de cassation rappelle qu’un bien meublé destiné à l’habitation mais loué de manière répétée pour de courtes durées constitue un changement d’usage dudit logement. De fait, le propriétaire s’expose à une amende qui ne constitue en aucun cas une atteinte à ses droits.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter