Isolation à 1€ : attention aux démarchages abusifs ! Vie pratique | 30.08.19

Partager sur :
Début août, la DGCCRF a appelé les particuliers à la plus grande vigilance. Alors que l’offre d’isolation « à 1€ » connaît un franc succès, les arnaques semblent se multiplier. L’organisme de contrôle indique avoir reçu de nombreuses plaintes de démarchage téléphonique de la part de sociétés prétendant être mandatées par des organismes officielles. Adoptant un ton parfois agressif, elles n’hésitent pas à menacer les ménages de pénalités « environnement ». Quant aux travaux réalisés ? Ils ne sont pas toujours réalisés dans les règles de l'art.

La Direction de la répression des fraudes tire la sonnette d’alarme. Dans le cadre de l’offre d’isolation « à 1€ » qui permet des aides bonifiées pour plusieurs types de travaux, nombreuses sont les mauvaises pratiques commerciales à être observées.

 

La DGCCRF précise en effet avoir reçu des plaintes de démarchage téléphonique abusif de la part de sociétés se présentant comme des organismes officiels. Ces sociétés passent jusqu’à 20 appels par jour à leurs clients potentiels et évoquent des travaux « obligatoires afin de ne pas payer de taxe carbone ou autres pénalités environnement ». « Or, la réglementation ne prévoit pas de telles pénalités pour les particuliers », rappelle l’organisme de contrôle.

 

Les messages transmis sont également parfois mensongers puisque ces sociétés mettent en avant le fait que le client n’aura qu’à acquitter une somme de 1€, le solde étant pris en charge par un certificat d’économie d’énergie.

 

Il est important de rappeler que le dispositif, valable jusqu’au mois de décembre 2020, est soumis à certaines conditions (nature des travaux, revenus des ménages). L’aide apportée est de 20€/m2 pour les ménages modestes et de 10€/m2 pour les autres ménages. Une visite préalable du chantier par l’entreprise doit également être effectuée afin de déterminer les conditions d’exécution des travaux et renseigner le client.

 

En ce qui concerne les plaintes enregistrées, une fois que le client a accepté l’offre, ses coordonnées sont transmises à la société de travaux. Les salariés se présentent alors rapidement « parfois dès le lendemain ». Les contrats conclus ne respectent donc pas les dispositions du code de la consommation : formalisme du contrat non conforme, absence de bordereau de rétractation, perception immédiate du paiement, absence de qualification professionnelle…  

 

Et comme si ce n’était pas suffisant, les matériels utilisés et installés ne sont pas toujours conformes aux normes en vigueur. De nombreuses malfaçons sont ainsi rapportées et peuvent amener le client à engager de nouveaux travaux d’isolation... à ses frais bien sûr, le CEE n’étant délivré qu’une seul fois.

 

Reconnaître les « bons » professionnels

 

La DGCCRF rappelle que pour bénéficier des aides de l’Etat, l’entreprise de travaux doit être signataire de la charte « coup de pouce » du Ministère de la Transition écologique et Solidaire.

 

Elle conseille aux particuliers de :

  • Ne pas donner suite à des entreprises qui se disent mandatées par des organismes publics ou qui menacent de pénalités ;
  • Ne pas hésiter à effectuer des recherches sur l’identité de l’émetteur de l’appel ou de la société ;
  • Ne pas signer dans la précipitation et de lire très attentivement les dispositions figurant en petits caractères.

 

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Hausse des fraudes à la rénovation énergétique

Hausse des fraudes à la rénovation énergétique

La répression des fraudes a dévoilé ce jeudi les résultats d’une enquête menée en 2018 qui visait à « vérifier la loyauté » des entreprises dans le secteur des énergies renouvelables et de la rénovation thermique. Sur les 449 entreprises contrôlées, plus de la moitié ont présenté des anomalies. Alors que les plaintes ont augmenté de 20% en un an, le Gouvernement a confirmé son intention de protéger plus encore les consommateurs ainsi que les professionnels qui travaillent bien.
Une campagne de communication contre les fraudes à la rénovation énergétique

Une campagne de communication contre les fraudes à la rénovation énergétique

Julien Denormandie, ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat à la Transition Ecologique, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat à l’Economie, présentaient ce mardi 12 novembre de nouvelles mesures contre les fraudes à la rénovation énergétique. Parmi les annonces : davantage d’exigences concernant le label RGE, le renforcement des contrôles et des sanctions, mais aussi le lancement d’une campagne de communication pour alerter le grand public.
Panneaux solaires : une charte des bonnes pratiques contre les arnaques

Panneaux solaires : une charte des bonnes pratiques contre les arnaques

A l’occasion de l’Université d’été du solaire organisé au CESE du 5 au 6 septembre, Arnaud Leroy, président de l’Ademe a annoncé la mise en place prochaine d’une charte des bonnes pratiques pour éviter les arnaques lors de l’installation de panneaux solaires chez les particuliers. La démarche sera déployée en collaboration avec les organismes de crédit à la consommation. Les premiers échanges sont prévus au dernier trimestre 2018.
EnR : la DGCCRF dénonce de « graves manquements »

EnR : la DGCCRF dénonce de « graves manquements »

Dans une enquête publiée ce jeudi 19 novembre, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) fait état de « graves manquements » des professionnels du secteur des énergies renouvelables. Avec un taux d’infraction de 50%, la DGCCRF dénonce les mauvaises pratiques et invite les consommateurs à signaler de manière systématique les abus et/ou dérives dont ils seraient victimes.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter