L'aération, meilleur moyen pour une qualité de l'air saine Vie pratique | 19.11.19

Partager sur :
Le Baromètre 2019 de l’Habitat Sain a dévoilé son étude en expliquant que 40% des écoles françaises avaient au moins une salle de classe trop confinée. Après avoir effectué une première expérience en 2016 dans une maternelle, le groupe Velux a retenté l’expérience d’une ventilation naturelle qui permettrait de maîtriser efficacement la qualité de l’air intérieur (QAI) tout au long de la journée, dans une école primaire de Saint-Germain-en-Laye (78).

En 2016, le groupe Velux avait lancé sa première expérience dans une école maternelle, à Marcey-les-Grèves (50) en couplant la ventilation mécanique et celle naturelle. Après cette première expérience, et afin de confirmer les résultats obtenus, Velux a retenté l’expérimentation cette année au sein d’une école primaire située à Saint-Germain-en-Laye (78).

Ainsi, deux salles de classe ont été suivies durant tout le processus. Pendant 15 minutes, les fenêtres de toit Velux Integra étaient automatiquement ouvertes. Concernant la qualité de l’air intérieur, elle a été mesurée durant trois semaines en continu grâce à la balise fireflies.

 

Ouvrir les fenêtres pour réduire les taux de CO2 et de COV

Les résultats de cette seconde expérience n’ont fait que confirmer l’efficacité de l’aération ponctuelle et maîtrisée pour une meilleure qualité de l’air intérieur tout au long de la journée.

L’expérimentation de 2016 et celle de 2019 ont démontré :

  • Une diminution rapide des taux de CO2 dans les salles de classe. L’ouverture pendant quinze minutes des fenêtres peut ainsi réduire le taux de CO2 jusqu’à 80%.
  • Une diminution des concentrations en COV (composés organiques volatiles), après une activité émissive (peinture, collage, coloriage avec feutres...)
  • Avant l’arrivée des enfants : l’aération permet d’évacuer les COV émis la nuit, notamment par les matériaux et le mobilier de classe
  • Pendant les récréations : une aération de dix minutes suffit à décontaminer la salle de classe
  • Après la classe : une évacuation des COV dus au ménage et aux activités de l’après-midi.

 

L’expérimentation menée en 2019 a également permis de mettre en évidence le fait que des séquences d’ouverture de quinze minutes fractionnées cinq fois tout au long de la journée avaient des effets positifs, avec une réduction de -25% du taux CO2 et -30% de COV, comparé à une journée sans ouverture de fenêtres.

 

D.T

Photo de Une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Uniclima publie un guide sur la qualité de l’air intérieur dans le tertiaire

Uniclima publie un guide sur la qualité de l’air intérieur dans le tertiaire

A la fois enjeu pour la valeur d'un bâtiment et pour la santé de ses occupants, la qualité de l’air (QAI) est au centre de toutes les attentions. Dans ce contexte, Uniclima publie « Tous acteurs de l’air dans le tertaire », un guide pratique de 24 pages qui présente les substances nocives, expose les risques, et propose des solutions concrètes pour le secteur tertiaire.
Engie Axima lance AXL’AIR, une solution destinée au tertiaire

Engie Axima lance AXL’AIR, une solution destinée au tertiaire

Avec AXL’AIR, Engie Axima va encore plus loin dans l’évaluation et l’amélioration de la qualité de l’air intérieur des bâtiments tertiaires. L’offre repose sur trois étapes et notamment sur un audit en continu des polluants présents en intérieur. La solution traduit la volonté de l’entreprise d’accompagner ses clients « à mieux consommer » l’énergie.
La hightech poursuit sa percée

La hightech poursuit sa percée

Plus que jamais, la hightech est bien présente au Mondial du Bâtiment. Et ce à travers de nombreux développements techniques de pointe. Ceux-ci trouvent leur application dans l'utilisation des objets connectés comme dans l'outillage.
Amiante dans les écoles : un scandale sanitaire

Amiante dans les écoles : un scandale sanitaire

Alors que des articles révèlent l’inaction des pouvoirs publics concernant l’exposition à l’amiante dans les bâtiments publics, et notamment les écoles, le spécialiste du diagnostic amiante EX’IM a réalisé sa propre enquête avec Ipsos pour identifier les craintes des Français. Or, cette dernière dévoile que ¾ des Français pensent ne pas être exposés à un risque amiante. Pour l’Ademe, il resterait pourtant 15 millions de tonnes de matériaux contenant de l’amiante dans les bâtiments français. Détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter