La montée des taux des crédits immobiliers continue Vie pratique | 10.05.17

Partager sur :
Après une année 2016 durant laquelle les taux d’intérêts des crédits immobiliers avaient continuellement baissé, ces derniers ont commencé à remonter en début d’année 2017. Une remontée qui ne semble pas prête de s’arrêter, puisqu’ils ont continués de remonter durant le mois d’avril (1,55%), à un rythme toutefois très lent, et surtout, à un niveau encore exceptionnellement bas.
Les taux des crédits immobiliers poursuivent leur lente remontée en avril, selon une étude Crédit Logement/CSA publiée mardi, et accompagnée d’un communiqué. Les taux des prêts du secteur concurrentiel, toutes durées confondues, se sont établis à 1,55% en moyenne le mois dernier, contre 1,51% en mars.

Ils étaient à 1,49% en février, 1,38% en janvier et 1,34% en décembre. C’est le cinquième mois consécutif de hausse des taux des crédits immobiliers. Pour l’accession à la propriété dans le neuf, les taux sont légèrement plus hauts, à 1,63%, contre 1,56% dans l’ancien.

« Depuis décembre 2016, les taux remontent et ont repris 24 points de base », retrouvant ainsi « leur niveau de juillet 2016, lorsque beaucoup soulignaient les conditions de crédit exceptionnelles qui prévalaient alors » a commenté l’observatoire Crédit Logement.

De quoi s’alarmer ?

Si cette augmentation est modérée, elle n’est pas isolée, et s’accompagne d’une hausse rapide des prix de l’immobilier (+2% en 2016, avec un score similaire prévu pour 2017). Toutefois, le niveau des crédits est encore suffisamment bas pour « permettre encore à la demande de se réaliser dans se bonnes conditions », toujours selon l’observatoire.

Cette remontée des taux se produit sur toutes les catégories de prêts : sur 15, 20 ou 25 ans, ce qui ne pénalise pas les ménages les plus jeunes ou les plus modestes faiblement dotés en apport personnel. Signe intéressant, la demande des ménages est moindre qu’attendue. En effet, alors que le marché est sensé être plus actif au début du printemps, cette année l’activité est moindre. Elle affiche « seulement » une hausse de 18,4 % pour la production et 11,7 % pour le nombre de prêts accordés.

La durée des prêts accordés en avril s'est établie à 213 mois en moyenne contre 209 mois en mars.

L’observatoire rassure également sur des hausses futures. « Le plus fort de la hausse s'est constaté en février, alors que depuis mars les augmentations restent de faible ampleur ». Pour l’instant, elles le sont assez pour compenser la hausse des prix. Reste à voir pour la suite…

F.T
photo de une:©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Crédits immobiliers : activité toujours soutenue malgré une hausse des taux

Crédits immobiliers : activité toujours soutenue malgré une hausse des taux

Alors que 2016 avait été marquée par une baisse quasi continue des taux d’intérêt des crédits immobiliers, l’Observatoire Crédit Logement/CSA note une inversion de la tendance en ce début d’année. En effet, après une augmentation successive de la moyenne des taux en décembre 2016 et en janvier 2017, ils remontent encore en février pour s’établir à 1,49%. Le détail des chiffres.
Dix trimestres de hausse consécutive pour les ventes de logements neufs

Dix trimestres de hausse consécutive pour les ventes de logements neufs

Décidément, tout va pour le mieux sur le marché de la promotion immobilière ! La FPI, fédération professionnelle représentant les acteurs du marché, vient en effet de constater que les ventes de logements neufs sont en hausse depuis déjà 10 trimestres consécutifs. Pour couronner le tout, l’organisme fait état d’un début d’année 2017 assez dynamique, avec 35 050 logements réservés entre janvier et mars. Un bilan qui cache néanmoins d'autres réalités moins plaisantes.
Les taux des crédits immobiliers restent sous l’inflation au 4e trimestre 2018

Les taux des crédits immobiliers restent sous l’inflation au 4e trimestre 2018

L’année 2018 n’aura pas vraiment été décisive pour le marché des prêts immobiliers. L’observatoire Crédit Logement/CSA a en effet partagé le 17 janvier les indicateurs du 4e trimestre, qui se stabilisent par rapport aux niveaux observés en octobre. Le taux moyen s’établit ainsi à 1,44% sur les trois derniers mois connus, pour une durée de 226 mois – un record ! Les détails.
La FNTP prévoit un ralentissement pour les travaux publics en 2019

La FNTP prévoit un ralentissement pour les travaux publics en 2019

Les travaux publics auront fait 41 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018. Après deux années de croissance, la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) a en revanche annoncé jeudi 10 novembre que l’année 2019 serait marquée par un ralentissement de l’activité. En cause, la hausse des coûts de production, les orientations budgétaires de l’État, et notamment la diminution de la taxe d’habitation qui limiterait les investissements des collectivités, leurs principaux clients.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter