Logement : rebond des réservations et des mises en vente

Vie pratique | 12.05.21
Partager sur :
Logement : rebond des réservations et des mises en vente - Batiweb
Le marché du neuf poursuit sa progression. Au premier trimestre 2021, 30 500 logements ont été réservés, soit une hausse de + 16,2% par rapport au premier trimestre 2020. Même tendance pour les mises en vente qui rebondissent de + 12,1%, et s’établissent à 23 400 logements. Les zones A/Abis et B1regroupent une grande partie des mises en vente et des réservations observées sur la période.

Le niveau de réservations de logements neufs est en hausse pour le troisième trimestre consécutif. De janvier à mars, 30 500 logements ont été réservés, soit 4 200 de plus qu’au T1 2020 (+ 16,2%).  Les annulations restent stables (+ 0,6%) : leur niveau représente l’équivalent de 12,8% de celui des réservations (- 2 points / T1 2020). Du côté des mises en vente, la progression se confirme également, avec 23 400 logements commercialisés, soit une offre en augmentation de + 12,1%.

A noter que sur douze mois cumulés, le repli reste important : les réservations reculent de – 16,2% et les mises en vente de – 20,6%. La demande est cependant plus forte que l’offre. L’encours de logements proposés à la vente en fin de trimestre continuer de se réduire, précise le ministère de la Transition écologique. Il s’établit à 90 600 unités à la fin du T1 2021, contre 102 300 un an plus tôt (- 11,4%).

Le segment des appartements plus dynamiques

Les réservations et commercialisations d’appartements s’inscrivent à la hausse (+ 16,1% et + 12,5% respectivement). Là encore, le niveau de la demande dépasse celui de l’offre. L’encours des appartements se réduit au premier trimestre (- 10,6%). Quant au prix moyen d’un appartement neuf, il augmente légèrement (+ 0,9% par rapport au premier trimestre 2020). Comptez un peu moins de 4 400 € le mètre carré.

Des mises en vente plus faibles pour les maisons

Si les réservations connaissent une hausse importante (+ 17,4%), les mises en vente de maisons progressent plus modérément (+ 7,5%, soit 100 maisons supplémentaires). En rythme annuel, les ventes réalisées reculent de – 12,5%.

L’encours de maisons disponibles à la vente en fin de trimestre recule, et passe de près de 7 700 logements à la fin du premier trimestre 2020 à un peu plus de 6 000 entre janvier et mars 2021. Le prix moyen atteint 313 800 €, en hausse de + 10,4%. « Cette forte évolution est en partie due à des effets de structure, la part des maisons de plus de quatre pièces dans les réservations ayant augmenté entre le premier trimestre 2020 et le premier trimestre 2021. Elle provient également de la vente de logements individuels de haut standing en Auvergne-Rhône-Alpes », souligne la note de conjoncture du ministère.

+ 68,1% pour les réservations en zone B2

Les zones A/Abis et B1 regroupent respectivement 39% et 42% des mises en vente, ainsi que 39% et 42% des réservations au premier trimestre 2021.

Dans le détail, les zones A et Abis connaissent une augmentation plus faible que dans les autres zones. En rythme annuel, c’est là où les commercialisations (- 26,7%) et les réservations (- 25,1%) se contractent le plus entre avril 2020 et mars 2021.

A contrario, le marché en zone B2 est en forte augmentation : + 15,1% pour les mises en vente et + 68,1% pour les réservations. C’est la seule zone dans laquelle le cumul annuel est en hausse au premier trimestre 2021, tant pour l’offre que pour la demande (+ 16,9% et + 15,3% respectivement).

La zone C connaît également une forte croissance : + 23,1% pour l’offre et + 37% pour la demande. La zone B1 progresse un peu moins avec des mises en vente en hausse de + 4,1% et des réservations en augmentation de + 16,8%.

La région Bourgogne-France-Comté est la seule à s’inscrire à la baisse, tant au niveau de l’offre que de la demande par rapport au T1 2020. Les réservations diminuent en Ile-de-France, et se replient dans les régions Centre-Val de Loire, Pays de la Loire, Normandie et Occitanie. Le prix moyen au mètre carré des appartements neufs recule en Bourgogne-Franche-Comté (- 2,3%) et augmentent en Corse (+ 8,7%).

Rose Colombel
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Logement neuf : en 2020, les mises en vente ont atteint leur niveau le plus bas depuis 2009 - Batiweb

Logement neuf : en 2020, les mises en vente ont atteint leur niveau le plus bas depuis 2009

Après des chutes spectaculaires au 2ème trimestre 2020 liées au premier confinement, les mises en vente et réservations ont légèrement remonté à la fin de l'année, et ce malgré le reconfinement. Sur l'ensemble de l'année, le bilan reste toutefois inquiétant, avec une chute de -27,5 % pour les logements mis en vente, et -24,1 % pour les réservations comparé à l'année 2019.
T2 2020 : les mises en ventes presque divisées de moitié - Batiweb

T2 2020 : les mises en ventes presque divisées de moitié

Le mardi 18 août, le Ministère de la Transition écologique publiait les chiffres de la commercialisation de logements neufs au deuxième trimestre 2020, qui fut en grande partie marqué par un confinement strict. Les derniers chiffres font ainsi état d'une chute inédite des mises en vente et des réservations, avec respectivement -47 % et -41,7 % par rapport à un an plus tôt.
Près de Strasbourg, un programme immobilier combine maisons et immeubles - Batiweb

Près de Strasbourg, un programme immobilier combine maisons et immeubles

Dans la commune d'Ostwald, à proximité de Strasbourg, l’Etang de l’Île des Pêcheurs est un programme résidentiel qui combine à la fois petits immeubles et maisons individuelles. Situé à deux pas de l’étang Gerig et des berges de l’Ill, ce projet au cœur d’un écrin de verdure a été construit dans le respect de l’environnement.
Bilan trimestriel mitigé pour les ventes de logements neufs - Batiweb

Bilan trimestriel mitigé pour les ventes de logements neufs

Il était temps que 2018 se termine pour les commercialisations de logements neufs ! Le gouvernement a en effet dévoilé le 14 février les chiffres relatifs au marché pour le quatrième trimestre, et le bilan est particulièrement mitigé : sur un an, tous les indicateurs globaux sont négatifs. Néanmoins, les ventes de biens ont progressé par rapport aux trois mois précédents.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter