« TÉTE » évalue l’impact des politiques climat-air-énergie sur l’emploi Vie pratique | 24.01.18

Partager sur :
« TÉTE » évalue l’impact des politiques climat-air-énergie sur l’emploi Batiweb
Le Réseau Action Climat et l’Ademe ont lancé ce jour l’outil
« TÉTE » (Transition Ecologique – Territoires – Emplois) qui permet d’effectuer une estimation des emplois créés à travers des politiques de transition écologique. Téléchargeable gratuitement en open source, il doit venir renforcer l’argumentaire pour la mise en place d’une politique climat-air-énergie ambitieuse.
Le Réseau Action Climat et l’Ademe ont lancé un nouvel outil visant à évaluer l’impact des politiques de transition énergétique sur l’emploi. L’Ademe estime en effet qu’en 2030, entre 280 000 et 400 000 emplois en France pourraient résulter de la mise en place de politiques en faveur du développement durable.

Les évaluations de ces politiques restent cependant très peu nombreuses et nécessitent un « travail conséquent » de récolte de données spécifiques au territoire étudié.

C’est pourquoi l’outil «TÉTE » est aujourd’hui lancé. Elaboré avec la contribution de Philippe Quirion, économiste du CIRED, il doit permettre aux collectivités, aux directions régionales de l’ADEME, associations locales, bureaux d’études et autres acteurs locaux d’effectuer une évaluation des emplois qui pourraient être créés grâce à la mise en place de leur Plan Climat-Air-Energie Territorial (PCAET), Schéma Régional de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET) ou d’autres scénarios énergétiques.

« Cet argument socio-économique, est primordial pour le développement de politiques climat-énergie ambitieuses », estime l’Ademe.

Disponible gratuitement sur le site www.territoires-emplois.org, l’outil est accompagné d’un guide d’utilisation et offre deux niveaux techniques selon les connaissances de l’utilisateur. Des formations pourront être proposées pour faciliter l’appropriation et l’utilisation de l’outil.

R.C

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Quelles solutions pour la stratégie bâtiment bas carbone ? Batiweb

Quelles solutions pour la stratégie bâtiment bas carbone ?

Alors que l’objectif de la stratégie nationale bas carbone est de réduire de 85% les émissions de gaz à effet de serre liées aux bâtiments d’ici 2050, c’est sur des solutions concrètes, comme les circuits courts, le stockage de l’énergie ou l’intelligence artificielle, que s’est axée la conférence « Bâtiment bas carbone ». Cette conférence aux allures de débat s’est tenue ce mercredi 6 février en présence de la députée de l’Isère Marjolaine Meynier-Millefert, également co-animatrice du plan de rénovation énergétique des bâtiments.
La filière solaire pourrait créer près de 25 000 emplois d’ici à 2023 Batiweb

La filière solaire pourrait créer près de 25 000 emplois d’ici à 2023

Dans une étude rendue publique le 27 février dernier, le syndicat des professionnels de l’énergie solaire (Enerplan) met en avant « la compétitivité » de la filière photovoltaïque. S’appuyant sur les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, le secteur dit viser la création de 25 000 emplois d’ici 2023. Les retombées fiscales versées aux collectivités sont elles estimées à 180 millions d’euros par an.
Les coûts des énergies renouvelables passés au crible  Batiweb

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
Les émissions de CO2 du secteur énergétique stagnent une nouvelle fois en 2015 Batiweb

Les émissions de CO2 du secteur énergétique stagnent une nouvelle fois en 2015

Pour la seconde année consécutive, les émissions mondiales de dioxyde de carbone en provenance du secteur de l'énergie, ont stagné en 2015. Selon les données provisoires de l'Agence internationale de l'énergie, elles auraient atteint 32,1 milliards de tonnes. Cette stagnation s'expliquerait en partie par l'augmentation de la part des énergies renouvelables (EnR), notamment l'énergie éolienne, dans le mix énergétique. Analyse.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter