Toutes les malfaçons ne sont pas couvertes par la garantie décennale Vie pratique | 31.01.20

Partager sur :
Toutes les malfaçons ne sont pas couvertes par la garantie décennale Batiweb
Malgré le nombre de travaux défectueux qu’elle couvre, la garantie décennale, qui assure la bonne exécution d’une construction pendant 10 ans, ne s’applique pas à toutes les malfaçons que peut trouver un particulier dans son logement après la remise des clés. La Cour de cassation fait le point.

La fameuse garantie décennale, qui garantit la bonne exécution d'une construction d'ouvrage durant dix ans, ne s'applique pas à tous les défauts qui pourraient apparaître, a rappelé la Cour de cassation.

Certains défauts, jugés peu graves, ne sont pas couverts par cette assurance automatique mais ne sont indemnisés que s'ils sont la conséquence d'une faute prouvée de l’entrepreneur.

 

En l'espèce, après la construction d'une extension de bâtiment, le propriétaire avait constaté des fuites dans la toiture. Selon lui, il s'agissait d'un défaut de l'ouvrage, le rendant impropre à l'usage, et donc couvert par l'assureur de l'entrepreneur au titre de la garantie obligatoire de dix ans.

 

Il s'agit d'un "dommage intermédiaire", a rectifié la Cour. Un dommage intermédiaire est une malfaçon qui n'est pas jugée suffisamment grave pour déclencher la garantie décennale car elle ne rend pas l'ouvrage impropre à sa destination, n'affectant pas sa solidité. C'est un dommage qui n'est pas non plus couvert par la garantie de "parfait achèvement" puisqu'il n'était pas visible à la réception des travaux, ni par la garantie de « bon fonctionnement", puisque celle-ci, due par l'entrepreneur durant deux ans, ne concerne que les objets astreints à des mouvements.

 

En l'espèce, les fuites n'ont pas été jugées comme rendant le bâtiment impropre à l'usage et ont donc été classées comme "dommage intermédiaire". Le propriétaire qui se plaignait devait alors apporter la preuve que l'entrepreneur avait commis une faute, comme le non-respect d'une norme, par exemple. Pour ce propriétaire des lieux, il n'était dès lors plus certain que ce dommage, qui n'entre pas dans l'assurance obligatoire de l’entrepreneur, soit couvert par une assurance, durant les dix ans au cours desquels il peut être invoqué.

 

(Cass. Civ 3, 16.1.2020, Y 18-22.748).

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La garantie décennale n'indemnise pas les pertes de loyers Batiweb

La garantie décennale n'indemnise pas les pertes de loyers

Si des travaux défectueux empêchent de mettre en location un bien pendant plusieurs mois, le propriétaire ne peut pas exiger d’indemnisation financière liée à la perte de loyers. La Cour de cassation a en effet estimé que la garantie décennale ne s’étendait pas aux dommages « immatériels », tels qu’une perte de loyers.
Rien n'est sûr avec un

Rien n'est sûr avec un "pacte de préférence"

Attention au pacte de préférence ! Cet avant-contrat, qui engage une personne auprès du bénéficiaire du pacte à ne pas conclure d’autre contrat avec un tiers, ne présente aucune garantie dans le cadre de la vente d’un bien immobilier. C’est en tout cas l’avis de la Cour de cassation, qui estime que le pacte de préférence n’est pas un droit de préemption, par lequel il est possible d’acquérir un logement en priorité. Explications.
Une construction autorisée peut être démolie Batiweb

Une construction autorisée peut être démolie

Comme si la baisse des autorisations de logements à la construction enregistrée ce premier trimestre ne suffisait pas, la Cour de cassation estime que la démolition d'un bien peut être autorisée dans certaines conditions. Cette décision de la justice nécessite néanmoins l'annulation préalable du permis de construire, y compris sur simple demande d'un voisin qui considérerait que les travaux en cours ne sont pas conformes à au règlement administratif. Explications.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter