Dernière ligne droite pour les courbes du Serpentin

Architecture | 22.10.13
Partager sur :
Dernière ligne droite pour les courbes du Serpentin - Batiweb
A quelques mois de sa livraison, retour sur le chantier colossal du Serpentin de Pantin : une longue barre de logement curviligne en pleine réhabilitation pour une livraison de 513 logements. Côté façade, des émaux de verre aux dégradés scintillants ont été fixés sur une isolation thermique par l’extérieure sur bardage ciment armé.
Dans le cadre de sa restauration lancée en 2007, l’habillage des façades du Serpentin de Pantin (architecte Emile Aillaud) a posé problème entre les différents intervenants (Ministère de la Culture, maîtrise d’ouvrage, Architectes, entreprises et fournisseurs) notamment sur le choix des différents matériaux (terre cuite, enduit, verre).

De nombreux groupes de travail sont organisés et un consensus est finalement trouvé : sur proposition des architectes la façade sera réalisée en pâte de verre colorée, permettant de rendre hommage à Émile Aillaud qui utilisait beaucoup la céramique, tout en garantissant une réalisation résistante, simple d’entretien et pérenne dans le temps, avec à la clé un vaste champs d’expression coloristique.

Une opportunité qui a permis au graphiste Pierre di Sciullo, appelé par le cabinet RVA, d’exprimer tout son talent au travers d’un travail de pixellisation du support avec de la pâte de verre semi-opaque (évitant un éblouissement trop fort), permettant de démultiplier les teintes.

Un bardage rapporté accueillant des émaux de verre

En faisant l’analogie avec des chantiers réalisés en Allemagne, l’entreprise générale GTM BÂTIMENT, fournie par l’espagnol Ezarri, préconise la solution Aquapanel de Knauf en pose sur bardage rapporté ; l’industriel étant par ailleurs déjà présent au Serpentin par la fourniture des matériaux pour la rénovation intérieure des logements.

Un travail de concert entre les équipes GTM BÂTIMENT, Knauf et le CSTB est alors engagé pour mener à bien études, tests et simulations (chocs, vieillissement, colles, etc.) afin de valider que le bardage Aquapanel réponde aux multiples contraintes de ce chantier hors normes : accueillir les émaux de verre sur une façade courbe, nécessitant alors un cintrage des matériaux, sans alourdir ni détruire la façade existante tout en isolant le bâtiment, et en tenant compte des exigences esthétiques, de pérennité et économiques souhaitées par Pantin Habitat.

Le traitement de la façade consiste alors à réaliser une nouvelle enveloppe, sur l’ITE existant (qui sera conservée). Une ossature bois est fixée à la façade au travers de l’isolant au moyen de pattes métalliques et d’étriers, puis un isolant supplémentaire en laine de verre est installé.

Les plaques de ciment Aquapanel se voient ensuite directement fixées sur les chevrons, épousant le cintrage de la façade. Les plaques sont traitées par un enduit de base sur toute leur surface armée d’une trame en fibres de verre, prête à accueillir les émaux.

Sécurité incendie : une lame d’air entre le revêtement et la façade

En appliquant cette solution, Knauf permet également de satisfaire à une contrainte imposée par le chantier : la sécurité incendie. En partenariat avec GTM BÂTIMENT, les pompiers et le bureau spécialisé Efectis, il a été démontré que la simple pose des panneaux Aquapanel, assurait la présence d’une lame d’air entre le revêtement et la façade. GTM BÂTIMENT conçoit alors une “couvertine pompier” pour permettre d’inonder cet espace libre, depuis la terrasse du 5e étage, en cas de nécessité.

La mise en œuvre, en plus d’être extrêmement technique, s’avère des plus complexes du fait du plan de calepinage ultra-précis, de l’unicité des plaques d’émaux de verre et de leur positionnement. La pose s’effectue par zone en prenant soin de laisser des espaces “tampons”, permettant d’assurer la liaison entre les dégradés.

Aquapanel Outdoor est une plaque de ciment de Portland armée sur chaque face par un treillis de fibres de verre traité contre les alcalis, destinée à la réalisation de bardages, soffites et autres applications extérieures, en tant que support de finition.

Ce produit bénéficie de deux ATEX, d’un Document Technique d’Application (DTA) pour pose d’enduit sur bardage à ossature bois, métallique et bâtiment à ossature bois et désormais d’une Enquête de Technique Nouvelle (ETN) pour pose d’émaux de verre et autres parements collés (céramiques, terre cuites...) sur bardage rapporté.

Une longue barre de logement curviligne classée au patrimoine

Conçu par le célèbre architecte Émile Aillaud à la fin des années 1950 dans le quartier des Courtillières à Pantin (93), le Serpentin était un bâtiment de 635 logements à la forme curviligne d’un kilomètre qui ondule et renferme un parc de 4 hectares. 2e bâtiment le plus grand d’Europe, labellisé Patrimoine du XXe siècle, le Serpentin était doté à l’origine d’une façade enduite dans les teintes bleues et roses.

Dénaturée dans les années 1980 par une première restauration visant notamment à démolir les balcons abîmés par la corrosion et à isoler par l’extérieur les logements, la façade fut enduite, dans des camaïeux en aplats.

Ce choix a engendré une très mauvaise résistance dans le temps et conduit dans les années 2000 à des bâtiments sinistres, dégradés, que la municipalité et la maîtrise d’ouvrage ont souhaité rénover pour offrir un cadre de vie plus agréable aux habitants.

La restauration actuelle du Serpentin est l’oeuvre du cabinet d’architecture RVA (Dominique Renaud et Philippe Vignaud Associés).

Le chantier

- Serpentin de Pantin, quartier des Courtillières (93)
- Maître d’ouvrage : Pantin Habitat (OPH)
- Chargé de projet RVA : Nicolas Trentesaux Architecte
- Plasticien-graphiste : Atelier Pierre di Sciullo
- Réhabilitation-restructuration des 513 logements
- Coût total des travaux : 38,2 M€ HT
- Surface des façades : 24.000 m2
- Coût des travaux de façades : 11,3 M€ HT
- Livraison : 2014

L.P


Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Eqiom Bétons distingué pour la réhabilitation de son unité de production de Pantin - Batiweb

Eqiom Bétons distingué pour la réhabilitation de son unité de production de Pantin

Le long du canal de l'Ourcq, Eqiom Béton vient de réhabiliter entièrement son unité de production de Pantin. Les travaux ont porté sur le dispositif de production mais aussi sur l'architecture du bâtiment, afin de mieux l'intégrer à son environnement paysager. Des choix salués ce lundi 18 juillet, lors de l'attribution du Trophée Sable en Seine, dans la catégorie « Ouverture à la ville et mixité des usages ».
Mécanisme d’ajustement carbone aux frontières : les débats sont lancés ! - Batiweb

Mécanisme d’ajustement carbone aux frontières : les débats sont lancés !

Les ministères de la Transition écologique, de l’Économie et des Affaires étrangères, ont organisé, mardi 23 mars, une conférence internationale pour débattre de la mise en œuvre d’un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières. Un outil de politique environnementale que la France défend depuis plus de dix ans, et qui pourrait concerner, dès 2023, plusieurs secteurs pilotes comme l’acier et le ciment. Son but, prévenir plus « efficacement » les fuites de carbone.
Espaces évolutifs sous les halles rénovées de l’Ensam - Batiweb

Espaces évolutifs sous les halles rénovées de l’Ensam

Des halles centenaires de l’Ensam (Ecole d’arts et métiers) ont été repensées en espaces évolutifs d’expérimentation, lieux d'échanges entre étudiants, chercheurs et entreprises. Une grande liberté d'aménagement a été accordée par l’architecte Patrick Mauger, facilitée par une distribution des réseaux de fluides en sous-face des coursives métalliques.