Institut méditerranéen de la ville et des territoires : le projet de NP2F retenu Architecture | 04.01.18

Partager sur :
Institut méditerranéen de la ville et des territoires : le projet de NP2F retenu Batiweb
Réuni à Marseille le 18 décembre dernier, le jury du concours d’architecture pour la construction du futur « Institut méditerranéen de la ville et des territoires » a désigné l’équipe lauréate. Il s’agit de NP2F qui a proposé un projet « largement ouvert sur la place » et offrant des espaces adaptables aux évolutions pédagogiques. Rappelons que 4 équipes étaient en compétition.
Le futur Institut méditerranéen de la ville et des territoires doit regrouper à Marseille trois établissements : l’Ecole nationale supérieur d’architecture de Marseille, l’Ecole nationale supérieure de paysage Versailles-Marseille et l’Institut d’urbanisme et d’aménagement régional d’Aix-Marseille Université.

D’une surface de 9 500 m2, le nouvel édifice, situé au cœur du quartier de la Porte d’Aix, devrait ouvrir ses portes en 2021 et accueillir près de 2 000 étudiants et chercheurs en architecture, paysage et aménagement urbain.

Ce projet s’inscrit dans la logique de revitalisation du centre urbain de Marseille porté par Euroméditerranée. Il est le fruit d’un travail collaboratif : l’Etat, maître d’ouvrage, et les collectivités (Métropole Aix-Marseille-Provence, Ville de Marseille, Département des Bouches-du-Rhône, Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur) se sont en effet réunis pour permettre l’aboutissement de cet équipement d’enseignement et de recherche « favorisant les partages et les rapprochements entre les formations d’architectes, de paysagistes et d’urbanistes ».

La maitrise d’œuvre confiée à des jeunes architectes

Pour désigner le maître d’œuvre, un concours a été organisé. En avril 2017, le jury du concours s’est réuni et a présélectionné 4 équipes d’architectes. Ce mardi 2 janvier, le ministère de la culture a annoncé que l’équipe NP2F avait été choisie pour son projet « largement ouvert sur la place et offrant des espaces d’enseignement et d’échanges lumineux et adaptables aux évolutions pédagogiques ».

Avec ce choix, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, « adresse un signal de confiance à l’égard de la jeune génération d’architectes pour concevoir les nouveaux pôles d’enseignement supérieur ».

Les travaux devraient être lancés début 2019.

R.C
Photo de une : ©NP2F
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Une construction illégale en zone protégée peut ne pas être détruite Batiweb

Une construction illégale en zone protégée peut ne pas être détruite

Aussi surprenant que cela puisse paraître, une construction bâtie dans une zone illégale, et même protégée, peut ne pas être détruite. C’est l’étonnante surprise qu’ont eu des associations de protection de l’environnement qui attaquaient un propriétaire ayant fait bâtir une maison dans une zone protégée et inconstructible. La justice a en effet estimé que la destruction n’était pas nécessaire puisque la maison n’était pas laide et s’intégrait dans le paysage. Les propriétaires malintentionnés peuvent donc s’y risquer…
D’une crise de logement à une crise humanitaire : le cas de Marseille Batiweb

D’une crise de logement à une crise humanitaire : le cas de Marseille

Selon un rapport officiel publié jeudi 21 novembre par le Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées, organisme rattaché à Matignon et présidé par Marie-Arlette Carlotti, élue d’opposition (PS) à la mairie de Marseille, ce qui était à l’origine une crise du logement s’est vite transformée en crise humanitaire dans la deuxième ville de France. Un an après le drame de la rue d’Aubagne, qui a causé la mort de huit personnes, la situation à Marseille s’est empirée.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter