Découvrez les lauréats de la 6è édition du Trophée Béton Ecole

Architecture | 12.01.18
Partager sur :
Découvrez les lauréats de la 6è édition du Trophée Béton Ecole - Batiweb
Lors d’une cérémonie organisée, jeudi 11 janvier, à la Maison de l’architecture en Ile-de-France, le Trophée Béton école 2018, a dévoilé ses lauréats. Parmi les 10 nominés, 4 ont été désignés vainqueurs de ce concours qui s’est une nouvelle fois distingué de par sa qualité. Rappelons que le trophée récompense chaque année des projets qui valorisent les qualités esthétiques, environnementales et techniques du béton.
Organisé depuis 2012 par Bétocib, le Centre d’information sur le ciment et ses applications (CIMbéton) et la Fondation Ecole Française du Béton, sous le patronage du ministère de la Culture, le Trophée Béton école récompense la créativité des jeunes diplômés des écoles d’architecture et leur offre une visibilité à l’orée de leur vie professionnelle.

Cette année, le jury présidé par Christian Dautel, architecte et directeur de l’école d’architecture de Nantes, a désigné 4 lauréats parmi 10 nominés. Tous ont su valoriser les qualités esthétiques, environnementales et techniques du béton.

Bien qu’ils ne soient que quatre à avoir reçu un prix, il est important de souligner que les 10 projets nominés bénéficieront d’un suivi par les organisateurs et leurs projets seront exposés à la Maison de l’architecture en Ile-de-France du 12 janvier eu 1er février 2018.

Les lauréats sont…

Le1er prix a été décerné à Jérémy Delhostal (Insa Strasbourg sous la direction de Hugues Klein) pour son projet « L’Ecole de la ville ».

Le candidat a imaginé un équipement scolaire dans l’ancien palais épiscopal de Braga au Portugal. Le projet s’insère au cœur d’une diversité de typologies architecturales dans ce nouveau noyau médiéval.

  

« Par ses caractéristiques thermiques et structurelles, le choix du béton s’est fait naturellement. Le béton blanc, teinté dans la masse, confère une véritable unité au projet. Contrastant avec le granit du cadre patrimonial, la blancheur du béton apporte une véritable luminosité ».

Le 2e prix a été attribué à Pierre Condé (Ensa Versailles, sous la direction de Guillaume Ramilien). Son projet « Expressivité du Logement collectif » consiste en un bâtiment neuf, tout en béton, dans la Cité des 4 tours au Blanc-Mesnil.

  

A travers ce projet, il rend hommage à l’architecture et au matériau des grands ensembles. « Pérenne et peu contraignante, la structure en béton optimise les variations de niveaux et permet de créer des espaces pouvant accueillir des logements et des bureaux. Pour garantir la flexibilité et l’habitabilité des lieux, il propose des éléments de second-œuvre, démontables et modifiables ainsi qu’un mobilier intégré aux cloisons ».

Le 3e prix est revenu à Alexandre Puech (Ensa Strasbourg, sous la direction de Dominique Coulon). L’architecte a imaginé un projet à Marseille et s’est appuyé sur le béton pour penser un renouvellement urbain à vocation sociale, en remaniant l’autoroute du soleil qui traverse le centre de la ville, sur plusieurs séquences.

  

Baptisé « De la transformation de l’autoroute du soleil », le projet intègre promenade piétonne, piscine, édifices culturels, logements… des éléments qui créent des relations architecturales et sociales. Le projet prend également en compte les problématiques environnementales avec l’utilisation d’un béton recyclé issu du concassage et du broyage des tronçons d’autoroutes détruits. « Au fil des programmes, les granulats ainsi obtenus apportent au projet des textures contrastées. »

Pour le 4e prix, c’est une équipe qui s’est vu récompenser. Eric Raoult, Johanna Leserre et Louis Remy de l’Ensap Lille, sous la direction d’Adrien de Bellaigue, se sont distingués pour leur projet « Habiter sur-mesure ».

  

Il s’agit d’un projet de relogement temporaire expérimental qui associe béton coulé en place et béton imprimable afin de répondre à l’enjeu régional de réhabilitation. Il mélange ainsi des techniques traditionnelles et d’autres plus innovantes comme l’impression 3D.

Le projet intègre une dimension environnementale: « à long terme, les alvéoles habitables seront aisément recyclées car l’absence de ferraillage dans le béton imprimé favorise une perspective circulaire en réintégrant dans des éléments neufs les matériaux issus d’anciennes alvéoles. »

R.C
Photo de une : ©Laurent Thion
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Lafarge lance des services autour du granulat recyclé - Batiweb

Lafarge lance des services autour du granulat recyclé

Lafarge lance aggneo, une solution innovante de services et de granulats recyclés. Cette offre se structure autour d’un ensemble de services destiné à faciliter la gestion des matériaux inertes, leur évacuation, leur valorisation et de deux gammes de granulats recyclés, aggneo TP et aggneo bâtiment, répondant chacune à des applications spécifiques.
Le projet Recybéton démontre la faisabilité industrielle du recyclage du béton - Batiweb

Le projet Recybéton démontre la faisabilité industrielle du recyclage du béton

Après trois ans de travaux, les professionnels du BTP engagés dans le projet national Recybéton affirment que le recyclage du béton issu de la démolition, pour le réutiliser dans la formulation de nouveaux bétons de construction est possible à une échelle industrielle. Si les expériences menées sont probantes, il reste à convaincre les professionnels de se lancer dans ce recyclage. L'enjeu est de taille, 20 millions de tonnes de béton de déconstruction attendent d'être valorisées.
A Nice, Lafarge inaugure sa centrale à bétons nouvelle génération - Batiweb

A Nice, Lafarge inaugure sa centrale à bétons nouvelle génération

En février 2016, Batiweb se rendait à Nice pour visiter le chantier de la future centrale à bétons de Lafarge. 18 mois plus tard, le groupe a annoncé avoir inauguré le site. Fruit d’un investissement de 4,5 millions d’euros, la centrale s’étend sur 1 500 m2 et présente une capacité de production de 70 000 m3 de bétons par an. Située au coeur de l’opération d’intérêt national Eco Vallée, elle a su associer technologie et développement durable avec notamment la mise en service d’un camion-toupie hybride. Détails.