« Malgré la loi Elan », les architectes restent « optimistes » Architecture | 28.01.19

Partager sur :
Le 17 janvier dernier, Denis Dessus, président de l’Ordre des architectes (CNOA) présentait ses vœux pour 2019. Parmi les grands chantiers de cette année, la gestion de l’après Elan, une loi qui « fait régresser la France », la refonte du contrat de maîtrise d’œuvre ou encore la création d’une plateforme visant à sensibiliser les acteurs sur « une approche écologique et sociale » de la construction et de la rénovation.
Le projet de la loi Elan n’avait pas manqué de s’attirer les foudres des architectes qui s’étaient mobilisés pour dénoncer « le manque d’ambition et les mesures contre-productives » du texte.

Le 17 janvier dernier, à l’occasion de la présentation de ses vœux, Denis Dessus, président du CNOA, s’est largement référé à cette loi qui a fait « régresser la France, tandis que l’Europe avance ». Il appelle malgré tout la profession à garder son optimisme.

Les agences d’architecture « sont 20 000 start-ups agiles » réparties sur tout le territoire, a-t-il souligné. « Les architectes ne sont pas des empêcheurs de bétonner tranquilles mais des poids lourds économiques qui conçoivent et prescrivent 60 milliards de travaux chaque année ».

Alors que la loi Elan traite la question du logement « sous une approche strictement quantitative, comptable, au mépris d’une réflexion qualitative sur les plans social, environnemental et architectural », selon le CNOA, Denis Dessus a indiqué : « il nous faut maintenant inventer ce que la loi ne dit plus, et imaginer, dans un nouveau cadre législatif, comment bien concevoir et construire un habitat adapté aux besoins ».

« Nous devons gérer l’après Elan et éviter que le démantèlement de la MOP et d’autres règles favorables à un aménagement raisonnée ne se traduisent par la production du mal logement de demain », a-t-il poursuivi. En ce sens, il a informé que le Conseil national travaillait à la refonte du contrat de maîtrise d’œuvre et à la définition des nouvelles missions des architectes.

Transition écologique et rénovation vont de pair

Parmi les évolutions envisagées, des projets plus respectueux de l’environnement. Denis Dessus a en effet appelé les architectes à s’engager « pour que nos projets amènent de la richesse écologique, impactent positivement l’environnement. Fixons-nous les plus hauts critères sociaux et environnementaux dans nos projets. Soyons des militants d’un monde meilleur ! ».

Pour mobiliser la majeure quantité d’acteurs, le CNOA a annoncé la création d’une plateforme « de l’expérimentation et de l’innovation » visant à « sensibiliser, informer et former » les professionnels « sur une approche écologique et sociale de la construction et de la rénovation ». Le but, « mettre en avant les expérimentations reproductibles et les initiatives vertueuses, et de permettre à ceux qui veulent s’exprimer de participer à la réflexion collective ».

Concernant la rénovation des logements, Denis Dessus a fait le vœu « d’une vraie politique stable, intelligente, cohérente et bien ciblée. Si c’est le cas, nous nous engageons à entraîner la profession dans cette action en lui donnant les moyens de répondre à cet énorme enjeu ».

« Nous avons, a-t-il rappelé, des millions de m2 de logements construits il y a des décennies qu’il faut impérativement repenser, avec une analyse globale qui ne doit pas être uniquement énergétique mais holistique, intégrant des améliorations fonctionnelles, produisant un environnement sain et confortable, améliorant la valeur patrimoniale, densifiant le foncier disponible et adaptant l’aménagement urbain ».

Redonner toute son importance à l’architecture

Pour « relancer la Stratégie nationale pour l’architecture », Denis Dessus a proposé l’organisation d’Assises ou d’Etats généreux de l’architecture et du cadre de vie, « un moment pour se poser et réfléchir avec tous les acteurs des mondes politiques, associatifs et professionnels sur les modes de production de notre cadre de vie et la place donnée aux citoyens ».

Enfin, il a souhaité que la profession, et l’Ordre en particulier, s’investisse dans des programmes tels que « Action Cœur de Ville ». Les architectes devraient également prendre part au Grand débat national. Un travail qui permettrait à la profession « d’arriver lors des élections municipales de 2020 comme porteuse de propositions, afin de participer aux réflexions des électeurs ».

R.C
Photo de une : ©CNOA
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les architectes prennent part au Grand débat national

Les architectes prennent part au Grand débat national

Inspiré par le contexte du Grand débat national, le Conseil national de l’Ordre des architectes a annoncé mardi 29 janvier avoir ouvert un site dédié aux problématiques liées au logement, à l’aménagement et à la rénovation. Professionnels du cadre de vie et citoyens sont invités à donner leur avis et émettre des propositions. Conscients de leur mission d’intérêt général et des défis écologiques, les architectes mettent ainsi la démocratie participative à l’honneur.
Rénovation : le Conseil d’Etat annule définitivement le décret « tertiaire »

Rénovation : le Conseil d’Etat annule définitivement le décret « tertiaire »

Le Conseil d’Etat a annulé lundi le décret du 9 mai 2017 relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments tertiaires. Le texte, qui remonte à la fin du quinquennat Hollande, imposait des travaux avant le 1er janvier 2020 aux propriétaires de bâtiments à usage de bureaux, d’hôtels ou encore de commerces. Le ministère de la transition écologique et solidaire a justifié la décision expliquant que le projet de loi Elan couvrirait l’ensemble des objectifs du décret.
Coénove propose des pistes pour renforcer l’attractivité de la rénovation énergétique

Coénove propose des pistes pour renforcer l’attractivité de la rénovation énergétique

Alors que le Plan Bâtiment Durable et l’Ademe lançaient, le 12 janvier dernier, une concertation autour de la création d’une marque commune de la rénovation énergétique, Coénove propose ce jour des pistes pour convaincre le consommateur de se lancer dans des travaux. L’association estime en effet qu’il est indispensable de sortir « du tropisme » strictement énergétique. Comment communiquer efficacement sur les avantages de la rénovation ? Eléments de réponse.
La rénovation énergétique au cœur des « Défis Bâtiment Santé » 2019

La rénovation énergétique au cœur des « Défis Bâtiment Santé » 2019

Depuis 2011, les Défis Bâtiment Santé s’attachent à faire progresser le sujet de la santé dans le bâtiment. Cette année, l’événement soulignera les bénéfices d’une approche globale de la rénovation énergétique. Santé, bien-être, environnement, énergie sont autant de thèmes qui seront abordés. Deux temps forts marqueront l’édition 2019 : les Trophées Bâtiment Santé et le Colloque qui sera organisé le 4 juillet prochain au CAP SMA à Paris.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter