60 millions d’euros supplémentaires alloués au plan « Logement d’abord » Collectivités territoriales | 16.09.19

Partager sur :
Depuis 2017, le plan quinquennal pour le « Logement d’Abord et la lutte contre le sans-abrisme » vise à aider les personnes sans-domicile fixe à trouver un logement, à les accompagner de façon adéquate pour leur réinsertion, et à produire des logements abordables. Pour mener à bien ce programme, le ministre du Logement a annoncé qu’une somme de 60 millions d’euros supplémentaires allait lui être allouée.

Lancé par le gouvernement en 2017, le plan « Logement d’abord » vise la création de 40 000 places en intermédiation locative et 10 000 places supplémentaires en pensions de famille.

 

Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, a annoncé ce vendredi 13 septembre, à l’occasion de la première conférence nationale des acteurs de la Stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté, que 60 millions d’euros supplémentaires allaient être consacrés à ce plan qui doit durer jusqu’en 2022. Grâce à un accord entre l’Etat et l’Union sociale pour l’habitat, ces fonds permettront de financer l’accompagnement vers et dans le logement.

 

Le ministre en a profité pour dresser un premier bilan positif de ce programme, avec plus de 14 000 places d’hébergement financées par l’Etat depuis mai 2017, et 70 000 personnes sorties de l’hébergement d’urgence vers un logement pérenne en 2018, soit +20% en un an.

 

Il a également salué la mobilisation quotidienne des milliers de professionnels des secteurs de l’hébergement et du logement. 23 collectivités s’étant déjà engagées dans la mise en œuvre accélérée du Logement d’Abord, tout sera fait pour identifier de nouveaux territoires volontaires.

 

Avec cet acte II, l’accent sera mis sur le dispositif « Un chez-soi d’abord », qui permet l’accès au logement direct pour des personnes souffrant de graves troubles psychiques. Ainsi, 12 nouveaux dispositifs devraient être créés dans des villes moyennes et territoires ruraux d’ici la fin du quinquennat, portant à 2 000 le nombre de places ouvertes.

 

Lutter contre les bidonvilles et la pauvreté

 

Le budget sera également doublé pour la résorption des bidonvilles, passant de 4 à 8 millions d’euros. Cette mesure concerne tout particulièrement les migrants intra-européens venus de Roumanie ou de Bulgarie, qui vivent dans des campements et des bidonvilles. La scolarisation des enfants sera notamment encouragée grâce à une étroite collaboration avec la délégation interministérielle à la prévention et la lutte contre la pauvreté.

 

Enfin, le ministre a chargé Sylvain Mathieu, délégué interministériel pour l’hébergement et l’accès au logement, d’émettre des propositions d’ici janvier pour la mise en place d’un service public intitulé « de la rue au logement ». L’objectif : offrir de meilleures réponses aux personnes sans-abri et mal logées.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le gouvernement réaffirme sa volonté d'accélérer la construction de résidences sociales

Le gouvernement réaffirme sa volonté d'accélérer la construction de résidences sociales

Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, a signé le 21 décembre dernier avec l’Union sociale pour l’habitat (USH) et l’Unafo, une convention pour accélérer le développement des prêts locatifs aidés d’intégration (PLAI) adaptés, pour 2019 et 2020. Le dispositif, qui permet aux ménages les plus modestes de se loger dans le parc social, devrait ainsi bénéficier du soutien de l'État dans les années à venir.
Logement en Outre-Mer : le Gouvernement annonce plus de 200 millions d’euros par an

Logement en Outre-Mer : le Gouvernement annonce plus de 200 millions d’euros par an

Le Ministère de l’Outre-Mer et celui de la Cohésion des territoires annoncent la mise en place d’un plan triennal entre 2020 et 2022 pour accroître le nombre de logements sociaux et de réhabilitations en Outre-Mer. Il prévoit également une nouvelle aide à l’accession au logement. Le Gouvernement a promis plus de 200 millions d’euros par an pour le mettre en application.
Attribution de logement en Île-de-France : les discriminations raciales persistent

Attribution de logement en Île-de-France : les discriminations raciales persistent

Déjà difficile, un testing mené par SOS Racisme prouve que trouver un logement en Île-de-France l’est d’autant plus pour les personnes d’origine étrangère, régulièrement victimes de discrimination raciale au logement, que ce soit par les propriétaires ou les agences immobilières. Face aux résultats accablants de son enquête, l’association réclame l’instauration d’un dossier anonyme et une formation obligatoire à la non-discrimination pour les professionnels de l’immobilier.
Denormandie « assume » le déclin de la construction de maisons individuelles

Denormandie « assume » le déclin de la construction de maisons individuelles

Dans un contexte de déclin de la construction, le ministre du Logement Julien Denormandie a expliqué ce jeudi 29 août que la suppression de certaines aides d’accession à la propriété, comme le PTZ dans les zones détendues, était un choix politique délibéré pour revitaliser les centres des villes moyennes et limiter la construction de maisons individuelles en périphérie. Le ministre a toutefois reconnu la nécessité de « construire davantage dans certains endroits ».

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter