Réforme territoriale : le casse-tête des territoires intercommunaux Collectivités territoriales | 11.06.14

Partager sur :
Alors que la réforme territoriale se précise, le devenir des territoires intercommunaux fait débat, notamment en Île-de-France. Leur suppression et leur remplacement par des conseils de territoires, sans autonomie fiscale, ne satisfont pas l'association Paris Métropole. Les élus plaident pour l'instauration d'un statut juridique clair pour ces territoires, afin qu'ils puissent gérer du personnel et disposer de ressources fiscales. Détails.

« Si les départements disparaissent en 2020, voire beaucoup plus tôt pour ceux de la Petite Couronne, personne ne peut concevoir qu'il n'existe plus rien pour relier les communes à un grand machin qui regroupe sept millions d'habitants (...) Il y a donc nécessité de rétablir des conseils de territoire, avec un statut juridique, qui peuvent gérer du personnel et avoir des ressources fiscales », a plaidé lundi auprès du Journal de Saint Denis le président de Plaine Commune Patrick Braouezec, partisan de longue date d'une métropole « polycentrique », à l'opposé d'une métropole « intégrée ».

L'association d'élus Paris Métropole, dont il fait partie, a donc demandé avec force, dans une résolution adoptée le 16 mai dernier, la modification de l'article 12 de la loi Mapam (Modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles), en raison du « flou » entourant « l'existence juridique et les modalités de fonctionnement » de ces territoires, dans la rédaction actuelle de la loi.

Modification de l'article 12 de la loi Mapam

Cette loi, en créant un EPCI (établissement public de coopération intercommunale) à l'échelle de Paris et des trois départements de Petite Couronne, a prévu dans le même temps la dissolution des EPCI existant sur cette aire, et leur remplacement par des « conseils de territoire » - l'objectif étant alors de ne pas créer un nouvel échelon territorial sans en supprimer un autre.

Pour les élus de Paris Métropole, la création d'un statut juridique clair pour ces territoires est nécessaire pour « continuer à porter les acquis (de la) coopération intercommunale » et « pouvoir mener des actions de proximité ».

La décision du gouvernement de « dévitaliser » progressivement les conseils généraux conforte selon eux cette vision.

Pas de concession en vue sur la fiscalité

Au cours d'un débat à l'Assemblée le 27 mai, la ministre de la Décentralisation Marylise Lebranchu s'est dite ouverte à une révision de l'article 12, à condition de ne pas « franchir la ligne rouge de la fiscalité ».

« Il s'agit de ne pas recréer d'EPCI dans l'EPCI », décrypte le député PS Alexis Bacheley, un des principaux promoteurs de la Métropole du Grand Paris. Lui-même n'est pas contre une modification de la loi. « On avait souhaité (...) ne pas rajouter un échelon supplémentaire (...) Maintenant, si les départements disparaissent rapidement, il faudra peut-être aller vers une modification de la loi à la marge autour de la question des territoires », a-t-il convenu.

Une vision également soutenue par la maire de Paris Anne Hidalgo (PS), dont l'entourage dit ne pas avoir de « doute sur le fait que le gouvernement va donner un statut juridique aux territoires ».

Le premier ministre Manuel Valls rencontre ce mercredi les représentants du Parlement, et jeudi, les élus de Paris Métropole. Selon les élus, la construction de la Metropole du Grand Paris et du devenir des territoires intercommunaux sont à l'ordre du jour. Affaire à suivre.

C.T (avec AFP)

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Réforme territoriale : moins de régions avec plus de responsabilités - Batiweb

Réforme territoriale : moins de régions avec plus de responsabilités

Dans une tribune parue mardi dans la presse régionale et intitulée « Réformer les territoires pour réformer la France », le président François Hollande a proposé de changer complètement l'organisation territoriale de la France en réduisant de 22 à 14 le nombre des régions en métropole et de réformer la Constitution pour supprimer les conseils généraux en 2020. Le chef de l’État préconise aussi un changement du calendrier électoral.
Ces voix qui s’élèvent contre le Grand Paris - Batiweb

Ces voix qui s’élèvent contre le Grand Paris

Une agence d’urbanisme publie un livre intitulé «Le Petit Paris» dans lequel elle pose la question de l’utilité de densifier encore une région où les conditions de vie sont loin d’être idéales : logement, transport, rapports humains... que contre-balançent difficilement l’offre culturelle et de loisir.
Pont de Normandie : il y a vingt ans, l'ouvrage d'art de tous les records... - Batiweb

Pont de Normandie : il y a vingt ans, l'ouvrage d'art de tous les records...

Le Pont de Normandie qui a permis de relier Le Havre et Honfleur en 1995 célèbre cette semaine ses vingt ans. Considéré comme une folie par certains à l’époque, ce fleuron architectural dont la construction a duré sept ans, est aujourd'hui unanimement salué pour ses qualités techniques et son esthétisme. Mais depuis la réforme territoriale, de prouesse technologique, l'ouvrage d'art est devenu symbole politique...
13 régions en France : bientôt une réalité ? - Batiweb

13 régions en France : bientôt une réalité ?

Le 23 juillet, les députés ont adopté le premier volet de la réforme territoriale instaurant l'idée d'une carte de France à 13 grandes régions. Finalement, c'est la fusion des régions Poitou-Charentes avec Le Limousin et l'Aquitaine ainsi que celle du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie qui a été retenue. Cette carte n'est cependant pas définitive. Elle peut encore évoluer au Sénat à l'automne.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter