Suppression du PTZ, un non-sens écologique selon la FFB Collectivités territoriales | 09.10.19

Partager sur :
Alors que gouvernement annonce la suppression du PTZ neuf en zones B2 et C pour lutter contre « l’artificialisation des sols », la Fédération Française du Bâtiment (FFB) souligne que cette mesure va au contraire pousser les jeunes ménages modestes vers les zones rurales pour trouver du foncier moins cher et ainsi accentuer l’urbanisation. Dans ce contexte, la fédération prouve, chiffres à l’appui, qu’il s’agit d’un non-sens écologique.

Pour la Fédération Française du Bâtiment (FFB), le rabotage PTZ neuf en zones B2 et C a manqué ses objectifs. La FFB souligne que les ventes ont plongé de 9 % dans l'individuel groupé, alors que les ventes dans l’individuel diffus ont parallèlement progressé de 4 % en glissement annuel sur huit mois à fin août 2019.

 

Plus significatif encore, les logements individuels autorisés ont reculé de 7 % à 8 % partout, à l’exception des territoires les moins urbanisés (la zone C) où la progression est de 4 %.

 

Dans le même temps, et contrairement à ce qui était attendu, le rabotage du PTZ neuf n’a pas reporté les accédants sur l’ancien.

 

« En 2018, le rabotage ne s’est traduit ni par un essor du PTZ neuf en zones A et B1 (maintenu à 40%), où le score baisse de baisse de 10,2 % par rapport à 2017, ni par un redéploiement vers le PTZ ancien en B2 et C (maintenu à 40%), où le recul s’affiche à 9,6 % »

 

Un risque accru d’artificialisation des sols

 

Pour la FFB, la suppression du dispositif va surtout attirer les jeunes ménages vers les zones rurales, n’ayant pas les moyens d’acheter dans l’existant ou les zones déjà urbanisées.

 

« Tous ces éléments convergent pour démontrer que la suppression du PTZ neuf hors grandes métropoles se traduira par encore plus d’artificialisation des sols. Les ménages jeunes ou modestes, sans apport personnel, iront chercher des terrains moins chers, donc plus loin des zones urbaines pour réaliser leur rêve d’accession », alerte Jacques Chanut, président de la FFB.

 

« Le rabotage du PTZ neuf en zones B2 et C a manqué ses objectifs en termes de lutte contre l’artificialisation ; sa suppression totale va venir renforcer cette tendance. Le maintien de cette mesure s’avèrerait donc un non-sens écologique ! », conclut la fédération.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La FFCMI appelle le gouvernement à prolonger le PTZ en zones B2 et C

La FFCMI appelle le gouvernement à prolonger le PTZ en zones B2 et C

Dans un édito paru le 14 juin, Damien Hereng, nouveau président de la Fédération Française des Constructeurs de Maisons Individuelles (FFCMI) depuis le 2 avril dernier, dénonce les mesures défavorables à l’accession à la propriété mises en œuvre par le gouvernement, qui privilégie la rénovation à la construction neuve. Il appelle à prolonger jusqu’en 2021 le PTZ en zones B2 et C, qui devrait s’arrêter au 31 décembre 2019. Autre proposition : la mise en place d’un « PTZ vert » pour limiter l’artificialisation des sols.
2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

La Fédération française du bâtiment (FFB) a annoncé une croissance de l'activité de 2,3% en 2018, ce mercredi 19 décembre, lors d’une conférence de presse sur son bilan annuel et ses prévisions pour l'an prochain. Une croissance en baisse par rapport aux 4,9% de 2017, mais certainement meilleure que celle de l’année à venir. Jacques Chanut, président de la FFB, a en effet annoncé que 2019 serait « marquée par la fin d’un cycle de croissance ». Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter