Certification CTB-B+ : Protac, une entreprise toujours plus engagée

Développement durable | 14.02.18
Partager sur :
Certification CTB-B+ : Protac, une entreprise toujours plus engagée - Batiweb
Créée en 1995 à Lamballe, Protac, entreprise du Groupe Rose, spécialiste de la construction bois, s’est très vite engagée dans la recherche constante de procédés de fabrication qualitatifs. Tant et si bien que la société a été l’une des premières à être distinguée de la certification CTB-B+. Délivrée par l’Institut FCBA, cette dernière souligne l’efficacité des traitements appliqués au bois, assurant leur durabilité.
Fondé en 1949 à St Goueno, dans les Côtes-d’Armor, le Groupe Rose s’est rapidement imposé comme un acteur incontournable du marché français de la construction bois.

Souhaitant maîtriser la qualité de ses matériaux, l’industriel s’est doté dès 1995 d’une entité dédiée à la transformation du bois, Protac. Basée à Lamballe, cette dernière est notamment chargée de l’usinage, du traitement et des finitions des produits.

« L’entreprise a grandi petit à petit », comme l’indique Thierry Bergerault, directeur de Rose Industrie, au point de réaliser un chiffre d’affaires de 41 millions d’euros aujourd’hui – soit près de la moitié du CA total du Groupe. Un développement qui peut s’expliquer, en partie, par l’engagement de Protac, titulaire de la certification CTB-B+ depuis 1997.

Une certification qui se mérite

Ce n’est cependant pas un hasard si la société a été l’une des premières à se voir décerner cette distinction. « La marque [Protac, ndlr], pour nous, est synonyme de qualité (…) et CTB est justement un gage de qualité », se réjouit Thierry Bergerault, qui voit en ce label un intérêt à la fois qualitatif et commercial pour l’entreprise.

« La certification résulte d’une démarche volontaire d’un industriel qui souhaite valoriser la qualité et les caractéristiques de ses produits sur le marché », rappelle Nathalie Bergeret de l’Institut technologique FCBA (Forêt cellulose bois-construction ameublement). « À travers CTB-B+, on valorise vraiment le traitement (…) des produits de manière à souligner leur durabilité. »

L’obtention de la certification résulte cependant d’un cahier des charges strict, comme le précise FCBA. Les sites engagés doivent au préalable être classés IPCE (Installation classée pour la protection de l’environnement) et disposer d’une autorisation de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) pour le traitement des bois. Sans compter les nombreux contrôles à effectuer pour vérifier le bon respect des réglementations en vigueur.

Par ailleurs, l’industriel est dans l’obligation de mettre en place un plan qualité pour le traitement des bois avant de se soumettre – enfin – à un audit CTB-B+ réalisé in situ. La marque prélève alors des échantillons de bois traités, qui sont ensuite analysés par le laboratoire de chimie du FCBA. Sont contrôlés la qualité de préparation du matériau (et notamment le taux d’humidité) et de la solution de traitement, les process mis en place, ainsi que le respect des réglementations.

Une fois la certification obtenue, le site doit faire l’objet d’une vérification régulière, à raison de deux visites par an « pour vérifier que la qualité initiale acquise soit maintenue », d’après Nathalie Bergeret.

Préserver la qualité du bois avant tout

Autant de prérogatives remplies avec succès par Protac, qui a redoublé d’efforts pour que ses process assurent la préservation du bois. L’activité de l’entreprise repose principalement sur le résineux (à hauteur de 99% d’après Thierry Bergerault) issu de forêts gérées durablement et certifiées PEFC ou FSC. Le matériau passe par une première phase de séchage dans des séchoirs de 100 m3 avant d’aller à l’usinage.

La chaîne de finition du site de Lamballe (22).

Le bois est ensuite raboté puis subit un traitement de préservation grâce à deux bacs de trempage où les lots sont immergés dans une solution insecticide et fongicide certifiée CTB-P+. Enfin, le produit est envoyé en étape de finition grâce à deux chaînes d’aspersion qui « permettent d’obtenir à la fois la protection contre les risques biologiques inhérents à l’usage du bois et la finition », d’après Protac.

Ce sont ainsi 95 000 m3 de bois qui sont usinés chaque année, le tout sous haute surveillance. Au total, près de 70 personnes se relaient chaque jour pour vérifier que les procédés sont en pleine adéquation avec la certification CTB-B+, qui récompense, au-delà de l’engagement de Protac, l’expertise de chacun des salariés.

Fabien Carré
Photos : ©FC
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Une maison labellisée Passivhaus isolée par Knauf Insulation - Batiweb

Une maison labellisée Passivhaus isolée par Knauf Insulation

Alors que de plus en plus de bâtiments se voient certifiés Effinergie, les logements labellisés Passivhaus, eux, se font plus rares en France. Pourtant, Bole-Richard Constructions Bois a récemment livré la première maison reconnue Passivhaus de Franche-Comté, soulignant ainsi les résistances thermiques de l’habitat. Pour ce faire, le constructeur a fait appel à Knauf Insulation afin que l’isolation choisie réponde aux critères du référentiel. Tous les détails.
Un site plus intuitif pour la marque CTB-B+ - Batiweb

Un site plus intuitif pour la marque CTB-B+

La marque de certification CTB-B+ délivrée par l’Institut Technologique FCBA, présente ce jour une nouvelle version de son site internet. Plus « intuitif », il facilite la recherche d’informations des acteurs de la construction et les aide à sélectionner « avec soin » l’essence de bois, le procédé le plus adapté à sa situation d’emploi ainsi que le site de traitement le plus proche de leur chantier.
Les Pays de la Loire toujours plus impliqués dans la construction bois - Batiweb

Les Pays de la Loire toujours plus impliqués dans la construction bois

Véritable enjeu de la transition énergétique du bâtiment, la réduction des émissions carbone donne bien du fil à retordre aux acteurs concernés. Et si, finalement, la construction bois était la solution à ce problème ? Une question que s’est posée l’association Adivbois, à l’initiative d’un Appel à manifestation d’intérêt dans le cadre duquel 3 sites ont été retenus en Pays de la Loire pour accueillir des « Immeubles à vivre bois ». Les détails.
La filière Forêt-Bois lance une vaste campagne de communication - Batiweb

La filière Forêt-Bois lance une vaste campagne de communication

« Pour moi, c’est le bois » : tel est le slogan de la nouvelle campagne de communication et de mobilisation nationale lancée par la filière Forêt-Bois le 7 septembre dernier. Pas moins de dix visuels ont ainsi été réalisés avec la participation des professionnels du secteur. De quoi garantir la couverture médiatique de cette opération, qui sera relayée dans la presse, sur Internet et à la radio.