Écoconstruction : guide des matériaux isolants Développement durable | 28.04.21

Partager sur :
Bien plus qu’une tendance, l’écoconstruction devient une nécessité. Nécessité aussi bien écologique, qu’économique. La maison d’aujourd’hui se pense donc différemment, avec de nouveaux matériaux d’isolation. 
Appelés “écomatériaux”, leur but est de proposer un habitat toujours plus efficient, durable et respectueux de l’environnement. Mais comment choisir la bonne isolation ? Passage en revue des matériaux clefs à utiliser pour se lancer dans cette révolution écologique.

Les écomatériaux

 

Au moment de réaliser ses travaux d’écoconstruction, il est aujourd’hui indispensable d’avoir une vision globale. D’où vient ce matériau ? Est-il durable ? Comment est-il fabriqué ?

 

Un écomatériau doit répondre à des critères avant tout éthiques : être d’origine naturelle, disponible facilement, en grande quantité, aisément recyclable, inoffensif pour la santé et performant. Sur le plan de la performance justement, la filière a fait beaucoup de progrès et propose maintenant des coefficients thermiques comparables aux isolants traditionnels de quoi rassurer les plus septiques. 

 

L'isolation sera donc la pierre angulaire d’une écoconstruction. Quels matériaux sont généralement plébiscités ? Voici les plus populaires avec leurs forces et leurs faiblesses.

 

La Paille

 

Matériau qui ne nécessite que peu de transformation, locale et peu chère, la paille fait un retour remarqué dans la liste des isolants. Avec une résistance thermique de 6 m² K/W, elle ne se démarque pas spécialement des autres matériaux sur ce plan, c’est davantage l’épaisseur des murs qui amplifiera son pouvoir d’isolation. Ils devront être de 40cm, ce qui en fait le principal inconvénient de la paille. Elle est aussi encore peu industrialisée et donc, souvent oubliée des professionnels. Des entreprises vont cependant dans ce sens, comme Isopaille dans la Sarthe, qui propose de standardiser ce matériau. 

paille de riz isolante copyright FBT Isolation

Réhabilitation de l’ancienne bergerie du Château de Montauban à Fontvieille avec utilisation de la paille de riz en isolation © FBT Isolation

Les constructions paille restent encore marginales, car chères. En effet une maison paille demandera bien plus de main-d'œuvre qu’une construction classique car elle doit être encastrée dans des structures bois. Malgré cela, la paille étant un déchet de l’industrie alimentaire, elle est donc disponible partout en France pour un prix économique. En utilisant des bottes de paille agricoles, comptez environ 30€ du mètre carré.

 

Le Chanvre

 

Le chanvre est un matériau aux nombreuses propriétés et de plus en plus présent dans le monde de la construction. Isolant thermique et phonique, il est plutôt facile à poser, souple et polyvalent. Utilisé depuis des millénaires, il était à l’époque mélangé à la chaux pour la construction de maisons. 

 

Sa filière est aujourd’hui structurée et permet de proposer un produit propre, qui ne subit généralement aucun traitement particulier, sans additif ni autres produits de synthèse. Sa culture est répandue en France et permet de laisser des champs propres. La plante est utilisée à 25% pour sa chènevotte, 55% entreront dans la fabrication de béton et d’enduit. Même les poussières restantes sont utilisées pour le chauffage industriel. 

Biofib Isolation en fibre de chanvre

Image Biofib Isolation© : isolant à base de fibre de chanvre

 

Ses forces seront : une forte perméabilité à la vapeur d’eau et une bonne régulation de l’humidité. Niveau performances, prenons l’exemple des rouleaux de chanvre, qui permettent d’isoler les murs intérieurs, cloisons et combles, pour une résistance thermique de 5 m² K/W. Côté prix, comptez environ 25€ du mètre carré. 

 

La fibre de bois

 

Autre exemple d’un cycle de fabrication vertueux : la fibre de bois. Issue de chutes de bois déchiquetées, humidifiées, puis chauffées sous pression. Aucun produit chimique n’est utilisé dans ce processus, ce qui en fait un produit propre. Elle sera ensuite déclinée en panneaux souples ou rigides. 

Copyright ISOVER isolant Isoduo fibre de boisI

 Isolant Isoduo© d'ISOVER : fibre de bois et laine de verre

C’est le premier isolant écologique du marché et ces panneaux peuvent être utilisés pour isoler le sol, les murs extérieurs et le toit. Son pouvoir isolant est cependant légèrement inférieur aux isolants traditionnels. Il sera alors nécessaire de poser une épaisseur un peu plus importante. 

La fibre de bois propose cependant une très bonne isolation face aux chaleurs estivales grâce à sa forte densité. Un très bon choix pour les maisons en ossature bois par exemple. Le bois a aussi la particularité d’être particulièrement stable dans le temps. Sa performance thermique sera autour de 5 m² K/W pour un prix de 25€ du mètre carré et une épaisseur de 35mm. 

 

La ouate de cellulose

 

Issue du recyclage de vieux papier, la ouate de cellulose est également un excellent choix pour isoler. Disponible en vrac ou en panneau, ce matériau est généralement soufflé dans les combles perdus et les planchers. C’est en France, le matériau le plus utilisé pour cet usage et c’est aussi le moins cher.

copyright Isocell  copyright Isocell

 

La ouate de cellulose est fabriquée à partir de papier journal provenant d’invendus qui sont broyés, défibrés, puis malaxés avec du sel de bore. Ce sel ayant des propriétés anti-feu, la ouate de cellulose sera donc très résistante, puisqu'en brûlant, ce sel générera de la vapeur d’eau, qui éteindra automatiquement les flammes. Cet isolant écologique sera également recyclable à souhait.

 

La ouate de cellulose assure une meilleure isolation thermique que la laine de verre et offrira jusqu'à 26% d’économie d'énergie. Sur le plan de l’isolation elle est efficace avec une résistance thermique comprise entre 7 m² K/W. Spécialement efficace contre les chaleurs estivales, elle apportera également un confort supplémentaire grâce à sa bonne isolation phonique. Quant au prix, comptez autour de 27€ du mètre carré. Il est fortement recommandé de faire appel à des professionnels pour sa pose, car des équipements spécifiques seront nécessaires.

 

Le coton recyclé

Pas très loin du chanvre et des isolants d’origine végétale, on trouve un isolant en fibre de coton recyclée qui mérite d’être cité. Il s’agit de Métisse©. Cet isolant est fabriqué à partir de vêtements, principalement en coton, collectés par Le Relais, une filiale des Compagnons d’Emmaüs.

Cet isolant est à la fois, très performant, solidaire et tout à fait écologique puisqu’il s’agit de vêtements recyclés et notamment de toile de jean’s.

copyright Métisse - Le Relais

La toile des célèbres pantalons bleus a pour caractéristique d’être difficilement valorisable dans les usages traditionnels des vieux chiffons, une fois les pantalons jetés. Elle convient par contre très bien à la fabrication de cet isolant et contribue à lui donner la couleur bleu qui est sa signature.

Métisse© est un excellent isolant, existant sous toutes les formes habituelles (rouleaux, panneaux, etc.). Il est conforme aux normes, dispose des certifications communes à tous les isolants (ACERMI…)  et répond parfaitement aux usages d’isolation d’été, et d’hiver.

Il est aussi particulièrement efficace en matière de confort sonore, le coton étant utilisé depuis des décennies en acoustique dans les domaines de l’automobile, de l’électroménager ainsi que dans les salles de spectacle

 

Le liège expansé

 

Résistant et ne craignant pas l’humidité, le liège est un matériau isolant efficace. Fabriqué à partir de l’écorce de l’arbre “chêne-liège”, qui est prélevé de manière durable tous les 8 à 10 ans. 

Cette écorce est ensuite chauffée à 300° grâce à de la vapeur. Sous son action la matière gonfle et s’agglomère grâce à sa résine naturelle. La matière obtenue est utilisée pour en faire de l’isolant, mais aussi des bouchons de liège par exemple. 

Copyright Isoliège

Maison avec bardage et isolation en Isoliège©

Le liège est le seul isolant biosourcé imputrescible et participe efficacement au confort d’été. Son prix reste cependant encore élevé. Autour de 30€ du mètre carré pour une épaisseur de 60mm et une résistance thermique de 7 m² K/W. 

 

Pisé, Terre cuite et béton cellulaire

 

Certains matériaux de construction structurels ont également des capacités isolantes, qui permettent parfois de se passer d’isolation complémentaire.

 

C’est le cas du béton cellulaire, un produit aux caractéristiques intéressantes. Inventé en 1925 en Suède, ce matériau est fabriqué à partir de sable, de chaux et de ciment. Mélangé à l’eau et à un réactif, on obtient une pâte qui gonfle et qui va emprisonner l’air. C’est cet air qui jouera le rôle d’isolant. Au final, le béton ne représentera que 20% du volume final d’une brique de béton cellulaire et l’air 80%. 

Son procédé de fabrication est beaucoup moins énergivore que le béton classique, grâce à sa cuisson à basse température en étuve. Cette composition lui permettra également d’être recyclable en fin de son cycle de vie. 

Côté résistance thermique, ce matériau peut aller jusqu’à 7,88 m² K/W, avec une résistance à l’air de 100%. Sa mise en œuvre est simple (colle), ce qui permettra de gagner en productivité et donc de faire de (petites) économies sur le chantier.

Autoconstructeur F.Muller_Ytong_beton_cellulaire

Photo chantier F. Muller - © Yton

L’acteur principal de cette filière en France est Xella avec ses marque “Ytong” et Siporex. Niveau tarif, le béton cellulaire se situe autour de 60€ du m2. Un prix plus élevé que le parpaing traditionnel, mais il est important de prendre en compte que ce mur jouera également le rôle d’isolant. Sa pose facile et son gain de temps sur le chantier vous permettront aussi d’en amortir partiellement le prix, comme nous l’avons vu.

 

Des techniques parfois millénaires reviennent également sur le devant de la scène comme le pisé. Cette technique consiste à bâtir des murs en terre crue par blocs successifs. Pour ce faire des panneaux de coffrage appelés “banches” sont installés et l'on y vient compacter la terre pour ériger le mur. Ce matériau propose de très bonnes capacités hygrothermiques. Le mur absorbe l’humidité, qu’il restitue quand le froid s’installe, entraînant un réchauffement du matériau. L’été, c’est l’inverse qui se produit,  cette même humidité rafraîchira cette fois-ci vos pièces. 

L’Ombria, une maison d’hôtes en Corse

L’Ombria, une maison d’hôtes en Corse, construite en pisé

 

Autre matériau clef en main, la brique “Monomur”. Brique faite de terre cuite, son épaisseur lui permet de proposer une résistance thermique de 3,25 m² K/W, en faisant un matériau isolant, mais plutôt conseillé pour les régions chaudes. Une construction en brique Monomur correspondra à une maçonnerie classique, doublée de 10 cm d’isolant. En été, la brique préservera la fraîcheur intérieure et vous fera également économiser en chauffage l’hiver. Exclusivement composées d’argile, elles ne contiennent aucune substance nutritive, aucune moisissure ne pourra donc s’y développer. Comptez entre 45 et 60€/m2 pour une construction en brique de terre cuite, mais ce prix est purement indicatif. Selon le chantier et les plans de l’ouvrage, le prix peut varier fortement.

Réalisation en Mono'Mur Bio'Bric' © - image Bouyer-Leroux

La marque “Bio’Bric” propose par exemple une gamme de briques montées à joint mince, ce qui est un élément important, contribuant aux qualités d’isolation de ce produit. À noter également qu’un mur en briques monomur nécessitera jusqu'à 30 fois moins de mortier que pour un mur classique, grâce au joint mince justement.

L'inconvénient de la terre cuite sur le plan de l'écologie est que sa production nécessite d'énormes fours-tunnels alimentés en gaz, ce qui n'est pas le procédé de fabrication le plus vertueux. Toutefois les fabricants s'efforcent d'améliorer le process de fabrication des produits en terre cuite afin de réduire leur empreinte carbone et de le rendre plus compatible avec la transition écologique du bâtiment.

 

Nous l’avons vu, de nombreuses solutions sont disponibles pour réaliser une écoconstruction. Même si elles restent encore plus chères que les solutions traditionnelles, elles permettent d’imaginer un avenir plus serein, de minimiser sa consommation d’énergie et donc de respecter la planète. C’est avant tout ça, l’esprit des écomatériaux.

 

Elsa Bourdot

Avril 2021

 

Fédération Française des Tuiles et Briques produit durable

© Fédération Française des Tuiles et Briques - Les produits en terre cuite, produits durables

 

Images :

Copyright Adobe Stock, Bio'Bric', Biofib Isolation, FFTB, Isover, Isocell, Isoliège, Le Relais, L'Ombria, Ytong

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Pour célébrer les 30 ans de la marque Ytong, Xella se lance dans une tournée nationale - Batiweb

Pour célébrer les 30 ans de la marque Ytong, Xella se lance dans une tournée nationale

Pour les 30 ans de la marque Ytong, l’industriel Xella France a entrepris un tour de France pour aller à la rencontre des maçons et renforcer les relations avec les négoces de matériaux. Baptisée les « Matinales – Ytong 30 ans », la tournée nationale a débuté en mai dernier et se poursuivra durant 6 mois. Au programme : des sessions de formation et d'information présentant la nouvelle armature métallique Ytofor et les évolutions réglementaires liées au DTU 20.1.
Initiative collective pour sensibiliser à l’usage des matériaux biosourcés - Batiweb

Initiative collective pour sensibiliser à l’usage des matériaux biosourcés

L’Ordre des architectes d’Île-de-France, la Chambre d’Agriculture d’Île-de-France et l’Association des industriels de la construction biosourcée, ont lancé en septembre dernier un « comité de liaison » des matériaux biosourcés. L’objectif : sensibiliser les pouvoirs publics, la maîtrise d’ouvrage et les acteurs de la construction à ces matériaux biosourcés, et les accompagner pour qu’ils les intègrent dans leurs projets. Une première « Matinale » de sensibilisation a eu lieu le 18 octobre au Récollets à Paris, et a réuni près de 200 personnes.
Fermacell France lance une nouvelle gamme de plaques de finition intérieure - Batiweb

Fermacell France lance une nouvelle gamme de plaques de finition intérieure

C’est un véritable défi que s’apprête à relever Fermacell France, spécialiste des plaques de gypse et de ciment. En effet, l’entreprise, qui dépend du fabricant de matériaux de construction Xella, lancera dès le 1er avril prochain Fermacell Design, sa nouvelle gamme de plaques de finition intérieure. L’occasion également pour la société de faire ses premiers sur le marché du design et de l’agencement intérieur.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter