L’éolien en mer, sujet de discorde entre M. Le Pen et E. Macron

Développement durable | 15.04.22
Partager sur :
L’éolien en mer, sujet de discorde entre M. Le Pen et E. Macron - Batiweb
En cet entre-deux tours de l'élection présidentielle, les joutes verbales se multiplient entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, en particulier au sujet des énergies renouvelables. Si la candidate RN estime par exemple que l’éolien offshore est un danger pour la vie marine et envisage d’entamer le démantèlement d’une partie des sites éoliens, le président sortant, lui, voit ce démontage comme une « aberration ».
 

Entre le logement et la politique énergétique, le grand match entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, qui s’affronteront au second tour de l'élection présidentielle, se poursuit. Dernier sujet de débat récemment évoqué : l’éolien en mer.  

 

Les éoliennes offshore, un danger pour la vie marine selon Marine Le Pen

 

« On déverse des millions de tonnes de ciment pour fabriquer tout ça dans la mer, c’est pas positif, ça n’est que négatif », s’insurgeait Marine Le Pen sur la question de l’éolien offshore le 22 mars dernier.

« Les pêcheurs, ils ne pêchent pas dans de toutes petites zones, ils longent et sont obligés de passer par là. Si vous les empêchez de passer par là, ils ne peuvent plus pêcher, et surtout, cela détourne les bancs de poissons, parce que cela crée des vibrations dans l’eau », argumentait la candidate RN, qui privilégie davantage l’hydrogène, l’hydroélectricité et le nucléaire dans son programme énergétique.

L’impact de l’éolien offshore sur la biodiversité marine inquiète également certains défenseurs de l’environnement. Ainsi, l’association de défense des océans Sea Sheperd, surveillait, en mars dernier, le chantier du parc éolien offshore au large de Saint-Brieuc. Un soutien à la quarantaine de pêcheurs ayant encerclé en juin dernier l’Aeolus, un navire en charge des travaux de construction. Une fois érigé à 16,3 kilomètres de la côte, le parc, doté de 62 éoliennes, devrait produire une capacité totale électrique de 496 MW, et ainsi alimenter annuellement 835 000 habitants, d’après son promoteur Ailes Marines.

« Il y a des impacts sur la biodiversité de Saint-Brieuc, qui est une zone très particulière et qui est très riche en biodiversité. Et il y a eu des autorisations de destruction d’espèces protégées qui ont été faites, y compris des espèces en danger critique d’extinction », confiait Thomas Le Coz, capitaine du Age Union, navire de Sea Sheperd, à France Bleu Armorique.

Sûrement est-ce en partie pour cette raison que la candidate du Rassemblement National prévoit dans son programme un moratoire sur l’éolien et le solaire. Ce moratoire comprendra d’abord un coup de frein aux projets neufs, mais aussi un début de démantèlement progressif des sites. Ceux en fin de vie seront en première ligne, tandis que les subventions dédiées au déploiement de ces énergies renouvelables seront suspendues. 

 

Autre argument de Marine Le Pen contre les éoliennes offshore : le coût en termes d’argent public. Or, Michel Gioria, délégué général de France énergie éolienne (FEE), assurait ce mardi 12 avril que les énergies renouvelables « ne coûtent pas, elles rapportent ».

Ainsi, selon lui, l’éolien et le solaire devraient permettre d’économiser, voire d’apporter un total de 14 milliards d'euros aux finances publiques entre 2021 et 2022. Ce montant inclut 3,3 milliards d'euros de trop perçu par les producteurs de solaire et d'éolien, qui les restitueront à l’État, et 5,1 milliards que l'État n'aura pas besoin de débourser en 2022. Si la tendance se maintient, FEE estime que la filière éolienne pourrait même rembourser, d’ici 2024, les 11 milliards d’euros touchés depuis 2003.

 

Démanteler les éoliennes, une « aberration » pour Emmanuel Macron

 

Ce démantèlement prévu par Marine Le Pen est une « aberration », a estimé Emmanuel Macron, en déplacement au Havre (76) ce jeudi 14 avril. Pour le candidat LREM, démonter ces sites impliquerait des centaines de millions d’euros. « Ce qui, je dois le dire, est un usage de l'argent du contribuable qui m'interroge », a-t-il commenté. De plus cela provoquerait une fuite d’emplois, comme au sein du site industriel havrais de Siemens Gamesa, qui doit générer 750 emplois.

Il faut dire que le président sortant a été à la tête d’un gouvernement où l’éolien, notamment en mer, était roi dans le mix énergétique qu’il a défendu en février dernier. Et le candidat LREM compte bien rejouer cette carte dans son programme, en prévoyant d’installer 50 parcs éoliens en mer, d'une puissance totale de de 40 GW. De quoi compléter les chantiers lancés, voire presque achevées, durant son mandat. On pense notamment au parc éolien offshore de Saint-Nazaire, qui voyait ses premières éoliennes installées fin mars. 

Au programme d’Emmanuel Macron s’ajoute le projet de développer une filière de recyclage d’éoliennes, certaines pouvant être recyclées jusqu’à 90 %. Le président-candidat promet également de ne pas ouvrir des parcs éoliens « sans concertation », en particulier avec les pêcheurs.

Reste à savoir si les ambitions d’Emmanuel Macron ont impressionné les électeurs du Havre, où il se déplaçait ce jeudi, et où Jean-Luc Mélenchon a récolté la majorité des voix au premier tour. Or, le candidat LFI, arrivé troisième à l’échelle nationale, prévoyait d’installer 3 000 éoliennes en mer, misant sur du tout renouvelable. 

Seulement, « la stratégie du tout renouvelable ne marche pas non plus, il faudrait couvrir le pays d'énergie renouvelables », estime Emmanuel Macron, qui se dit toutefois prêt à s'inspirer de mesures proposées par Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot. « Je ne vais pas demain proposer le projet de Jean-Luc Mélenchon ou de Yannick Jadot. Mais si je peux ajouter telle ou telle chose, par respect, si je trouve une cohérence avec le mien, je le ferai », a-t-il assuré.

 

Carte des chantiers d'éoliens en mer prévues en France - Crédit photo : Ministère de la Transition écologique
Carte des chantiers d'éoliens en mer prévues en France - Crédit photo : Ministère de la Transition écologique

Pour lire tous les enjeux du bâtiment abordés durant la présidentielle 2022, rendez-vous sur notre dossier spécial.

 

Virginie Kroun

Photo de Une : Twitter @MLP_officiel/ @EmmanuelMacron

Virginie.kroun
La sélection de la semaine
QUALIBAT : Partenaire historique des professionnels de la ventilation - Batiweb

En réponse aux nouvelles obligations de contrôle de la RE 2020, QUALIBAT propose aux professionnels de la ventilation...


Systèmes de plancher : Poutrelles en béton précontraint et entrevous en PSE - Batiweb

Systèmes de plancher conçu pour les maisons sur vide sanitaire, cette gamme met en œuvre des entrevous...


Gamme Lynx : Nouvelle gamme de Mâts d'éclairage GELEC - Batiweb

Une fourniture autonome de lumière Grâce à un groupe électrogène intégré,...

Dossiers partenaires
URSA PureOne : une gamme premium & engagée - Batiweb

Isolant d’origine minérale, PureOne a été transformé pour aller plus loin dans la prise en compte des enjeux actuels et …


Avec la Gamme Fit®, Saunier Duval confirme sa position de N°1 des chaudières murales gaz à condensation¹ - Batiweb

En tant que leader du marché, il est important pour Saunier Duval d'innover et de lancer une nouvelle gamme de chaudière…


Rénovation des voûtes et exutoires du Parc des Expositions de Saint-Etienne - Batiweb

La toiture du Parc des Expositions de Saint-Etienne fait peau neuve avec une toute nouvelle voûte d’éclairement ainsi qu…

informationbloqueur de pub détécté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.

Cordialement, L'Equipe Batiweb