L’investissement dans les énergies renouvelables n’a jamais été aussi rentable Développement durable | 08.06.20

Partager sur :
Il est probable que la crise du coronavirus et le confinement ont fait ressortir une volonté écologique en France. Si les architectes affirment que la ville du futur sera plus verte, les énergies renouvelables deviennent de moins en moins chères, attirant les investisseurs. Le gouvernement qui misait sur une reprise du secteur du BTP grâce à la rénovation énergétique et aux énergies vertes pourrait bien avoir misé sur le bon cheval.

L’IRENA (Agence Internationale de l’énergie renouvelable), dans son rapport « Coût de la production d’énergie renouvelable en 2019 » fait part d’un constat pouvant réjouir les écologistes : les énergies renouvelables sont de moins en moins chères en comparaison avec les autres sources d’énergies à base de combustibles fossiles. Ce dossier explique notamment que les énergies vertes sont très rentables face aux centrales à charbon. Installer des panneaux photovoltaïques et des éoliennes revient donc moins cher que de maintenir des centrales à charbon en exploitation. 

 

Les résultats de ce rapport vont même plus loin et montrent que cette tendance tend à s’installer en 2020. Par exemple, remplacer les centrales à charbon de 500 GW - qui sont les moins chères à entretenir - par une exploitation de panneaux photovoltaïques ou de l’éolien terrestre pourrait « réduire sur l’année prochaine les coûts du système électrique de 23 milliards de dollars par an, et les émissions annuelles de dioxyde de carbone d’environ 1,8 Gt, soit l’équivalent de 5 % du total des rejets mondiaux de CO2 en 2019 ». En plus de réduire la facture énergétique, ce remplacement permettrait de créer un stimulus de 940 milliards de dollars « à savoir environ 1 % du PIB mondial »

 

Ce rapport conforte le gouvernement français dans les mesures qu’il a adopté pendant le confinement. En effet, les pouvoirs publics misent sur une relance du secteur du BTP et des énergies grâce aux énergies renouvelables et aux rénovations énergétiques. Pour la relance de l’économie française après la crise du coronavirus, il semblerait que le gouvernement n’ai pas fait un si mauvais pari. Francesco La Camera, directeur général de l’IRENA confirme les enjeux et les bénéfices derrière l’exploitation des énergies vertes « nous avons atteint un tournant important dans la transition énergétique. Tant sur le plan environnemental qu'économique, les arguments en faveur de l'installation de nouvelles centrales à charbon ou du maintien de celles qui existent sont injustifiables. De plus en plus, les énergies renouvelables sont la source de nouvelle électricité la moins chère. Leur potentiel pour stimuler l'économie mondiale et créer des emplois est considérable. Les investissements dans les énergies renouvelables sont stables, rentables et attractifs ; ils offrent des rendements constants et prévisibles, et l'économie tout entière profite de leurs bénéfices. » 

 

Comment expliquer cette diminution des coûts ? 

 

L’IRENA explique notamment la rentabilité des énergies renouvelables par l’amélioration des technologies, les économies d’échelle, la compétitivité des chaînes d’approvisionnement et l’expérience croissante des développeurs. Depuis 2010, la plus forte baisse des coûts a été enregistrée par l’électricité solaire photovoltaïque (82 %), puis de l’énergie solaire à concentration (47 %), suivie de l’éolien terrestre (39 %) et de l’éolien offshore (29 %). 

 

Le coût des technologies solaire et éolienne diminue également d’année en année. À l’échelle industrielle, le coût de l’électricité solaire photovoltaïque a baissé de 13 %, il atteignait alors un prix de 6,8 cents soit 0,068 USD par kilowattheure. Le constat pour l’éolien terrestre et offshore est similaire, bien que la diminution des coûts soit légèrement moins importante (9 %), équivalente à 0,115 USD par kilowattheure. 

 

Contrats d’achat et investissement 

 

Les enchères et contrats d’achat d’électricité (CAE) montrent que la tendance est bien au vert. Pour les nouveaux projets mis en service en 2020 voire plus tard, la diminution des coûts se confirme. Les prix de l’électricité provenant du solaire pourraient s’établir à 0,0039 USD pour les projets mis en service en 2021, soit une diminution importante de 42 % par rapport à 2019. À Abou Dabi, Dubaï, au Chili, en Ethiopie, au Mexique, au Pérou et en Arabie Saoudite, les enchères d’électricité (de source solaire) ont dépassé tous les records en atteignant un coût de 0,03 USD par kilowattheure. 

 

Le rapport de l’IRENA s’est aussi intéressé à la valeur des investissements par rapport à la baisse des coûts de production. « Pour la même somme d'argent investie en énergies renouvelables aujourd'hui, les nouvelles capacités produites sont supérieures à celles d'il y a dix ans. En 2019, la capacité de production d'énergie renouvelable mise en service était deux fois plus élevée qu'en 2010, mais elle avait nécessité seulement 18 % d'investissements en plus ».

 

Selon Francesco La Camera, l’opportunité d’utiliser les énergies renouvelables pour atteindre les objectifs climatiques tout en relançant l’économie ne s’est jamais aussi bien présentée : « les efforts déployés par les nations pour relancer les économies après la crise du Covid-19 doivent reposer sur les énergies renouvelables. Par la mise en œuvre de politiques appropriées, la chute des coûts de la production d'électricité à base d'énergies renouvelables peut transformer les marchés et contribuer dans une large mesure à une relance verte ».

 

J.B

Photo de une ©Adobe Stock 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Promouvoir le bois-énergie, l’ambition d’un après-covid - Batiweb

Promouvoir le bois-énergie, l’ambition d’un après-covid

Le secteur du bâtiment, notamment les artisans, mais aussi la filière de l’énergie ont été touchés par l'impact économique de la crise liée au coronavirus. Alors que le gouvernement met en place une politique de relance sur la base d’une promotion écologique, le Syndicat français des chaudiéristes biomasse (SFCB) rappelle le rôle que peut jouer le bois-énergie.
La fédération Cinov émet ses propositions pour la relance du BTP - Batiweb

La fédération Cinov émet ses propositions pour la relance du BTP

Au coeur de l’enjeu de la reprise économique, le BTP est pourtant fragilisé par l’arrêt brutal des chantiers, la ré-organisation sur les lieux de travail, et la crise sanitaire ayant engendré de nombreux surcoûts. La Fédération CINOV a ainsi présenté au ministre du Logement Julien Denormandie ses propositions pour « sauver et valoriser le secteur du BTP », en s'appuyant notamment sur les rénovations énergétiques.
Le Logement désormais rattaché au ministère de la Transition écologique - Batiweb

Le Logement désormais rattaché au ministère de la Transition écologique

Les noms des ministres et ministres délégués du nouveau gouvernement Castex ont été dévoilés ce lundi 6 juillet. L'arrivée de certaines personnalités très médiatiques ont beaucoup fait réagir, comme la nomination d'Eric Dupond-Moretti au ministère de la Justice, ou de Roselyne Bachelot à la Culture. D'autres changements sont en revanche passées plus inaperçus, mais ils ne manqueront pas d'intéresser le secteur du BTP. Le portefeuille du Logement, attribué à Emmanuelle Wargon, passe notamment sous la responsabilité du ministère de la Transition écologique et solidaire. Explications.
L’Unsfa émet 36 propositions pour remettre la filière d'aplomb - Batiweb

L’Unsfa émet 36 propositions pour remettre la filière d'aplomb

Le 28 avril dernier, l’Union nationale des syndicats français d’architectes (UNSFA), a proposé 36 solutions pouvant permettre la relance de l’activité de la construction dans l’hexagone. Cette liste de mesures a été adressée au gouvernement et présentée au Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Énergétique (CSCEE). Retour sur ces propositions et les perspectives de reprise d'activité.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter