La construction du parc éolien en mer de Fécamp est lancée Développement durable | 03.06.20

Partager sur :
Huit ans après avoir obtenu le projet du parc éolien en mer de Fécamp de la part du gouvernement, EDF Renouvelables, et ses deux partenaires Enbrige et wpd offshore, annoncent le début du chantier de construction. Ce projet d'envergure produira à terme, la consommation d'électricité annuelle de 770 000 personnes, soit 60 % de la population de Seine-Maritime.

EDF Renouvelables, Enbridge et wpd offshore ont annoncé le lancement de la construction du parc éolien en mer de Fécamp (Seine-Maritime) ce lundi 2 juin, après la signature des derniers accords de financement ce week-end.

 

Ce parc éolien en mer sera composé de 71 éoliennes, situées entre 13 et 22 kilomètres des côtes. D'une capacité de 500 mégawatts (MW), il produira à terme l'équivalent de la consommation annuelle en électricité de 770 000 personnes, soit plus de 60 % des habitants de Seine-Maritime. Il devrait être mis en service d'ici 2023, donc peu de temps après celui de Saint-Nazaire, censé être opérationnel dès 2022.

 

De nombreux partenariats

 

Le projet avait été attribué par le gouvernement à EDF en 2012. L'entreprise française qui dispose d'un portefeuille de 6,5 gigawatts (GW) de projets éoliens en mer dans différents pays (Belgique, Allemagne, Royaume-Uni, Etats-Unis, Chine...), s'est ensuite associée au canadien Enbridge. Les deux partenaires détiennent respectivement 35 % du projet. Wpd offshore, spécialisée dans l'éolien en mer, en détient pour sa part 30 %.

 

Le coût total d'investissement est estimé à 2 milliards d'euros, en majorité financé par une dette sans recours, précisent les partenaires. Ce parc bénéficie d'un contrat d'achat d'électricité (PPA) d'une durée de 20 ans, accordé par l'Etat en 2018.

 

Le consortium a signé de nombreux contrats de fourniture de matériels notamment avec le groupement Bouygues Travaux Publics, Sapiem et Boskalis pour les fondations gravitaires - de 5 000 tonnes chacune, elles seront posées dans les profondeurs, sous 25 à 30 mètres d'eau -, mais aussi avec Siemens Gamesa pour les 71 turbines éoliennes, et avec les chantiers de l'Atlantique, GE Grid Solutions et SDI pour la sous-station électrique en mer. 

 

RTE, responsable du raccordement depuis la sous-station jusqu'au réseau électrique normand, démarrera ses travaux à terre dès ce mois de juin.

 

« Des études environnementales approfondies ont été réalisées en lien étroit avec les associations locales de protection de la nature et de l'environnement. Un travail spécifique a également été réalisé en collaboration avec les pêcheurs pour permettre la cohabitation des différentes activités maritimes sur le site », précise par ailleurs le communiqué d'EDF Renouvelables, Enbridge et wpd offshore.

 

Un chantier créateur d'emplois

 

Le chantier devrait mobiliser plus de 1 400 emplois locaux, et les 25 années d'exploitation créer une centaine d'emplois locaux pérennes dans le port de Fécamp pour assurer la maintenance des installations. 

 

« Au Havre, l'usine de fabrication d'éoliennes de SGRE, dont la construction doit débuter au cours de l'été, permettra la création de 750 emplois. Le chantier de fabrication des fondations gravitaires des éoliennes sera également lancé dès cet été sur le site du Grand Port Martime et mobilisera environ 600 personnes. Le port de Cherbourg accueillera le site d'assemblage des éoliennes. Ces commandes viennent à point nommé au moment où le pays entend relancer son activité après deux mois de confinement », se félicitent les trois partenaires du projet.

 

C.L.

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Bientôt un parc éolien offshore au large du Tréport ? - Batiweb

Bientôt un parc éolien offshore au large du Tréport ?

Le département de la Seine-Maritime a validé vendredi 23 novembre le projet éolien en mer au Tréport. Cette opération controversée permettrait de construire 62 machines de 8 mégawatts chacune à horizon 2021. De quoi combler les besoins électriques de 850 000 personnes, selon EMDT, filiale du groupe Engie en charge du programme. Les détails.
Un MOOC manqué ? 7 de réédités ! - Batiweb

Un MOOC manqué ? 7 de réédités !

Si les salariés, et notamment les artisans du BTP reprennent le travail, certains souhaitent continuer à se former pour acquérir de nouvelles compétences et obtenir de nouveaux projets de construction et de rénovations grâce à cela. Comme promis au début du confinement, la plateforme MOOC Bâtiment durable réédite certaines de ses formations.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter