La norme ISO 50001 fait peau neuve Développement durable | 30.08.18

Partager sur :
Publiée pour la première fois en 2011, la norme ISO 50001 contribue à améliorer la performance énergétique en adoptant un modèle de système de management environnemental encadré. Légèrement désuète, il était temps pour elle de faire peau neuve… et c’est désormais chose faite ! L’Association française de normalisation (Afnor) a ainsi présenté la nouvelle édition de l’ISO 50001 le 21 août dernier avec deux évolutions majeures. Présentation.
Changements en perspective pour la norme ISO 50001 ! L’Association française de normalisation (Afnor) a fait le point le 21 août sur les évolutions dont cet outil de management de l’énergie a fait l’objet.

« L’ISO 50001, dont la première édition a été publiée en 2011, a contribué à améliorer la performance énergétique d’organisations dans le monde entier », rappelle l’organisme. « Elle donne un mode d’emploi pour bien suivre, maximiser, pérenniser des économies d’énergie et agir sur les coûts connexes. Elle contribue aussi à réduire l’impact environnemental des activités, pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de CO2 et de polluants. »

Des changements adaptés aux besoins de chacun

En outre, l’Afnor fait état de deux évolutions majeures autour de cette norme. La première se rapporte directement à la prise en compte de « l’état de l’art en matière de collecte des données de consommation et de mesure de l’amélioration de la performance énergétique », de sorte que les organisations puissent observer concrètement les effets de leurs démarches.

« La seconde concerne la structure du document, désormais similaire à celle des autres normes de systèmes de management, pour faciliter les démarches croisées », ajoute l’Afnor. « Pour un responsable énergie en entreprise, l’ISO 50001 version 2018 facilite le travail. Elle explique comment s’organiser pour que les économies d’énergie envisagées soient bien réalisées et que les actions d’amélioration porteront leurs fruits dans le temps. »

Surtout, l’organisme note que la nouvelle édition de l’ISO 50001 arrive dans un contexte décisif pour les entreprises européennes, puisque ces dernières doivent actuellement préparer leur deuxième audit énergétique réglementaire, à réaliser l’année prochaine en France. L’Afnor révèle par ailleurs que 20 216 certificats de conformité à cette norme avaient été délivrés fin 2016 selon une étude ISO Survey. Une preuve supplémentaire de la pertinence de ce cadre mis au service des organisations.

F.C
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible  - Batiweb

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée - Batiweb

Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Le Président Emmanuel Macron a réuni hier après-midi, mercredi 24 octobre, une trentaine de dirigeants d’entreprises, parmi lesquels les dirigeants d’EDF, Engie, Total, Orano, Vinci, Saint-Gobain ou Veolia, mais aussi des organismes de recherche comme le CNRS ou l’INRA, pour une « séance de travail » en prévision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui devrait être annoncée à la mi-novembre.
Roc Noir : le premier site militaire éco-responsable - Batiweb

Roc Noir : le premier site militaire éco-responsable

A Barby en Savoie, le quartier militaire de Roc Noir abrite le 13e bataillon de chasseurs alpins. Après 2 ans de travaux, ce site est le premier à s'équiper d'installations éco-responsables. Le but : atteindre l'objectif fixé dans le cadre du Grenelle de l'environnement, de réduire les émissions de CO2 et d'augmenter la part des EnR. Autre nouveauté : les 30 bâtiments du site ont été rénovés sur la base d'un Contrat de Partenariat Performance Energétique.
Les bâtiments tertiaires négligés par la transition énergétique selon le SERCE - Batiweb

Les bâtiments tertiaires négligés par la transition énergétique selon le SERCE

Décidément, le parc tertiaire a bien du mal à prendre le chemin de la rénovation énergétique ! Alors que le Plan Bâtiment Durable faisait déjà état des lacunes que rencontrait le secteur il y a quelques semaines, c’est aujourd’hui au SERCE (Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique) de se rallier aux parlementaires, qui estiment que la loi sur la transition énergétique peine à se mettre en place.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter