Fermer

Les préfets devront identifier les zones propices au développement de l'éolien

Le ministère de la Transition écologique a envoyé ce vendredi une circulaire aux préfets de région leur demandant d'identifier et de cartographier les zones propices au développement de nouveaux projets d'éolien terrestre. Les préfets auront six mois après les élections régionales pour faire un premier retour, avant une finalisation d'ici un an. Lors de cette annonce, la ministre Barbara Pompili en a également profité pour défendre le rôle de l'éolien et réfuter les critiques de ses détracteurs.
Publié le 28 mai 2021

Partager : 

Les préfets devront identifier les zones propices au développement de l'éolien - Batiweb

Comme annoncé dès janvier par Barbara Pompili, le ministère de la Transition écologique a envoyé ce vendredi une circulaire aux préfets leur demandant de cartographier les zones propices à l'éolien terrestre, pour atteindre les objectifs fixés dans la Programmation Pluriannuelle de l'Energie (PPE), qui vise 35 GW d'énergie d'origine éolienne d'ici 2028 (soit un doublement des capacités installées comparé à 2019). L'objectif final étant de parvenir à 40 % d'électricité d'origine renouvelable en 2030.

 

Dans un communiqué, le ministère de la Transition écologique a notamment rappelé que la puissance installée permettait déjà d'économiser 15 millions de tonnes de CO2 par an, soit l'équivalent de la circulation annuelle de près de 8 millions de véhicules.

 

La circulaire publiée ce jour laisse aux préfets six mois après les élections régionales pour faire un premier retour au ministère, de façon à ce que les projets soient finalisés d'ici un an.

 

Un travail en concertation avec les élus et les habitants

 

Le ministère souligne que ce travail d'identification devra se faire en concertation avec les élus locaux et avec les habitants, pour faciliter l'acceptation des projets éoliens, régulièrement décriés.

 

Les instructions précisent par ailleurs que le choix des zones devra reposer sur des données objectives et prendre en compte la distance avec les habitations alentours, l'exposition au vent, ou encore l'impact sur l'aspect paysager et sur la biodiversité.

 

Les préfets devront également dorénavant adresser chaque année un compte-rendu détaillé du volume d'autorisations.

 

Barbara Pompili défend l'éolien

 

Interrogée par BFM Business sur les contestations envers l'éolien, la ministre de la Transition écologique a rappelé les résultats d'un sondage réalisé par l'Institut de sûreté nucléaire (IRSN). Selon ce dernier, 82 % des Français auraient une bonne opinion de l'énergie éolienne, et les installations seraient plutôt bien acceptées : 41 % des sondés accepteraient ainsi de vivre près d'éoliennes, contre 22 % près d'une ligne à autre tension, et seulement 16 % près d'une centrale nucléaire.

 

Dans sa prise de parole, la ministre a largement défendu le rôle de l'éolien parmi les énergies renouvelables : « Ce qu'on veut faire c'est décarboner, baisser l'insécurité qu'on pourrait avoir avec une seule source d'électricité - comme c'est le cas aujourd'hui avec le nucléaire - et puis penser aux économies d'énergie », a-t-elle insisté.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.