Qualité de l’air : N. Hulot est pour un renforcement des actions menées Développement durable | 02.11.17

Partager sur :
A l’occasion du premier Conseil national de l’air de 2017, Nicolas Hulot a rencontré lundi 30 octobre les acteurs engagés dans la lutte contre la pollution atmosphérique. Si en 2016, les concentrations de polluants dans l’air ambiant ont globalement diminué, des dépassements des normes sont encore observés. Le ministre de la transition écologique et solidaire a appelé les parties prenantes à renforcer les actions en faveur de la qualité de l’air.
Le Bilan national de la qualité de l’air 2016 fait état d’une amélioration globale de la qualité de l’air l’année dernière, malgré des dépassements des normes qui subsistent dans plusieurs zones du territoire.

Le document, présenté par le Conseil national de l’air (CNA) le 30 octobre dernier, montre en effet une baisse de 80% des concentrations moyennes annuelles en dioxyde de soufre (SO2). Celles en dioxyde d’azote (NO2) et en particules fines (PM10) ont baissé d’environ 30%. « En revanche, les teneurs moyennes estivales en ozone (O3), très dépendantes des conditions météorologiques et du transport longue distance de polluants, n’évoluent pas de façon significative », précise un communiqué. 

Si l’on observe une diminution du nombre d’agglomérations dépassant les normes, des zones fortement peuplées suivent la tendance contraire. « En 2016, ils concernent principalement trois polluants, comme c’est le cas dans plusieurs pays européens. Ces dépassements concernent principalement la moitié Est de la France métropolitaine, l’Ile de France et la Martinique ».

Renforcer les actions menées

Présent lors de la réunion du CNA, Nicolas Hulot a rappelé la nécessité d’une engagement total sur la pollution atmosphérique : « les conclusions du Bilan 2016 sont encourageantes en matière de qualité de l’air, mais elles montrent que nous devons rester encore pleinement mobilisés pour protéger la santé des Français et agir dans l’ensemble des secteurs émetteurs : industrie, agriculture, résidentiel/chauffage au bois, mobilité ».

Le CNA est une « étape supplémentaire dans le déploiement opérationnel des actions en faveur de la qualité de l’air », indique le ministère. Il a été informé de la demande de Nicolas Hulot aux préfets de réaliser, avant le 31 mars 2018, des feuilles de route opérationnelles et multi-partenariales dans les zones visées par l’arrêt du Conseil d’Etat du 12 juillet 2017. Ces feuilles de route permettront d’aller « plus loin et plus vite pour renforcer les moyens mobilisés en faveur de la qualité de l’air ».

Le CNA a également débattu de l’avancée du Plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques et a donné un avis favorable sur le projet d’interdiction des incinérateurs de jardin.

Le ministre a quant à lui précisé que la première campagne nationale de mesure des pesticides dans l’air débutera en 2018 pour une durée d’un an.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les 10 lauréats de l'appel à projets "qualité de l’air" - Batiweb

Les 10 lauréats de l'appel à projets "qualité de l’air"

A l’occasion des 2ème Assises nationales de la Qualité de l’air qui se tiennent actuellement à Paris, l’Ademe a présenté les 10 lauréats de l'appel à projets AACT-AIR (« Aide à l’Action des Collectivités Territoriales et locales en faveur de l’Air ») à destination des collectivités, acteurs essentiels de la lutte contre la pollution atmosphérique.
Qualité de l'air intérieur dans les écoles : l'échéance de 2015 reportée ? - Batiweb

Qualité de l'air intérieur dans les écoles : l'échéance de 2015 reportée ?

Au premier janvier 2015, la surveillance de la qualité de l'air intérieur dans l'ensemble des bâtiments recevant du public et notamment des enfants de moins de 6 ans, devient une obligation légale. A l'occasion du 4e colloque Défis Bâtiment et Santé, le docteur Suzanne Déoux, présidente de l'Association Bâtiment Santé Plus souhaite alerter les responsables locaux et les professionnels du bâtiment pour éviter un report de cette mesure.
La pollution de l'air intérieur coûte plus de 19 milliards d'euros par an - Batiweb

La pollution de l'air intérieur coûte plus de 19 milliards d'euros par an

Pour la première fois en France, une étude exploratoire menée par l'Anses et le CSTB dans le cadre du programme de travail de l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur (OQAI) chiffre le coût socio-économique de la pollution de nos logements. Elle permet ainsi d'évaluer le volume annuel des ressources, humaines et financières, dont la société se prive du fait de cette pollution. Ces données serviront ensuite à hiérarchiser les mesures à prendre pour réduire les risques.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter