Roc Noir : le premier site militaire éco-responsable

Développement durable | 07.04.14
Partager sur :
Roc Noir : le premier site militaire éco-responsable - Batiweb
A Barby en Savoie, le quartier militaire de Roc Noir abrite le 13e bataillon de chasseurs alpins. Après 2 ans de travaux, ce site est le premier à s'équiper d'installations éco-responsables. Le but : atteindre l'objectif fixé dans le cadre du Grenelle de l'environnement, de réduire les émissions de CO2 et d'augmenter la part des EnR. Autre nouveauté : les 30 bâtiments du site ont été rénovés sur la base d'un Contrat de Partenariat Performance Energétique.

Ce ne sont pas les 1 100 hommes du 13e bataillon de chasseurs alpins qui risquent de se plaindre du changement. Ces militaires, dont certains combattent actuellement au Mali, sont satisfaits d'avoir retrouver leur confort sur le site de Roc Noir à Barby en Savoie, après deux ans de travaux.

En effet, pour répondre aux exigences du Grenelle de l'environnement de réduire de 40 % les consommations énergétiques, de 50 % les émissions de CO2 à l'horizon 2020 et d'augmenter de 23 % la part des EnR dans le bâti de l'Etat, il a fallu revoir les performances énergétiques de l'intégralité des trente bâtiments de ce site militaire.

« Le défi était de taille, surtout dans sa partie organisationnelle, car le site était occupé par les militaires pendant toute la durée des travaux. Nous avons dû réajuster le planning des travaux, en fonction des manoeuvres et des déplacements des hommes », explique Nicolas Renault, directeur des Grands projets innovants d'EDF Optimal Solutions, qui a remporté l'appel d'offres du Ministère de la Défense en mai 2011.

Un mal nécessaire si on en croit le colonel Jacques Massot, chef de la division Gestion du Patrimone au Service d'infrastructure de la Défense : « Le matériel, les équipements et les bâtiments étaient vétustes. D'autant que ce site était conçu à la base pour fonctionner en tout électrique et il devenait difficile de l'entretenir financièrement ».

Le chantier titanesque a mobilisé une trentaine de personnes. Le site comprend en effet plusieurs bâtiments aux usages différents : bureaux, ateliers, installations sportives, logements, ce qui représente une superficie totale de 41 500 m2 à chauffer.

« Nous avons opté pour les solutions les plus avantageuses financièrement. Un premier travail a été effectué sur l'isolation du bâti, en nous adaptant à la configuration de chaque bâtiment. Les chambres ont été, par exemple, isolées par l'intérieur sur les parois les plus exposés et le reste a fait l'objet d'une isolation par l'extérieur », résume Nicolas Renault. « En parallèle, nous avons débuté les travaux pour la chaufferie bois et le réseau de chaleur. La chaufferie bois est notamment alimentée par des plaquettes forestières issues des forêts avoisinantes et répond à 40 % des besoins en chauffage du quartier », ajoute-t-il.
 

La chaufferie et le silo à bois


Enfin, pour atteindre les performances souhaitées, EDF Optimal Solutions a installé une moquette solaire thermique. Posée sur un toit-terrasse, elle doit couvrir 30% des besoins d'eau chaude sanitaire du quartier, grâce à une zone de captage solaire qui préchauffe l'eau, la renvoie dans une sous station où une PAC la fait monter en température à 65°C, avant d'être stockée en ballon.

La performance énergétique sous garantie

Si EDF Optimal Solutions a remporté l'appel d'offres du Ministère de la Défense, c'est en partie lié aux performances énergétiques des solutions proposées ; l'entreprise promettant des économies bien au-delà de l'objectif du Grenelle, et garanties contractuellement.

Les deux parties ont alors opté pour un CPPE, un Contrat de Partenariat Performance Energétique, qui permet notamment de confier l'ensemble du projet de sa conception à sa maintenance, à un seul et même opérateur.

La moquette solaire

« Nous avons opté pour cette solution car elle apporte un véritable gain financier en termes de consommation mais aussi en termes de sérénité. L'installation et la maintenance sont assurées par un même partenaire qui garantit les performances énergétiques et environnementales selon un système de bonus-malus. Si les objectifs ne sont pas atteints, EDF prend à sa charge les frais supplémentaires engendrés », explique le colonel Jacques Massot.

D'autre part, « le suivi est quotidien pendant les dix-huit années d'exploitation. La consommation d'énergie est calculée au jour le jour puis fait l'objet d'un reporting tous les trimestres pour être au plus près des objectifs. Deux personnes de Dalkia (sous traitant d'EDF, ndlr.) sont dédiés à cette mission, à temps plein, sur le site de Roc-Noir », complète Nicolas Renault.

Le chantier a également été conçu sur la base d'un PPP, partenariat public-privé « la meilleure gestion possible des deniers publics, » estime Nicolas Renault.

Contractuellement, EDF Optimal Solutions s'est engagé à réduire de 46,3 % la consommation énergétique, de 60,2 % les émissions de CO2 et d'augmenter de 58% la part des EnR utilisées pour ces bâtiments.

Claire Thibault
© EDF OPTIMAL SOLUTIONS

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible  - Batiweb

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.