Solar Decathlon : découvrez les 4 projets français en compétition

Développement durable | 04.06.14
Partager sur :
Solar Decathlon : découvrez les 4 projets français en compétition - Batiweb
Dans le cadre du concours Solar Decathlon du 28 juin au 14 juillet, 20 équipes universitaires venant de 17 pays différents viendront présenter leur prototype de bâtiment zéro énergie à Versailles. Chaque prototype est doté d'une double technologie : solaire thermique et photovoltaïque. Cette année, quatre projets français sont en lice pour remporter ce concours.

Avant même l'ouverture du Solar Décathlon, deux grandes tendances se dégagent parmi les constructions proposées cette année. La première ouvre la voie à une réflexion sur la densité urbaine avec la création d'espaces modulaires, qui s'adaptent en fonction des besoins et des envies des habitants. C'est le cas de trois projets français sur les quatre proposés cette année au concours.

La « ville fertile » à Nantes

Le premier projet de l'équipe Atlantic Challenge consiste par exemple à réinvestir l'existant pour lutter contre l'étalement urbain. Il prévoit ainsi la réhabilitation d'un bâtiment industriel à Nantes, le Cap 44 construit en 1895, pour en faire un « démonstrateur de la ville Fertile ».

Ce projet, nommé Philéas, comprend à la fois la création de logements, de bureaux et d'un restaurant. Dans le détail, seule la structure en poteau-poutre réalisée par l'ingénieur Hennebique sera conservée. Des brèches longitudinales et transversales seront créées au travers du bâtiment, pour laisser pénétrer la lumière naturelle à l’intérieur de la structure.

Puis des loggias seront pluggées dans la structure en façade afin d’offrir des espaces tampons aux logements et mettre en relief les façades principales.

  

Le projet de réhabilitation du Cap 44 à Nantes © Atlantic Challenge / Le prototype présenté à Versailles pour le concours © Atlantic Challenge

Sur le toit, une serre constituée d'une verrière bipentes photovoltaïque avec des modules monocristallins biverres permettra de réintégrer l'agriculture au sein de la ville. Les légumes produits serviront notamment à alimenter le restaurant. Il amorce surtout la création d'un circuit court de production/distribution dans le contexte urbain et permet de répondre aux problèmes de l'artificialisation des sols.

Le prototype présenté à Versailles représentera un appartement de 50 m2 habitable, au dernier étage du Cap 44 avec sa loggia (15 m2) et une partie de la serre (70 m2).

Le « plug and play », à Paris

Une autre équipe, cette fois-ci parisienne, s'est penchée sur l'adaptation du concept du « plug and play » dans le bâtiment. Leur projet baptisé Liv-Lib' est un complexe résidentiel collectif pensé pour répondre à la problématique de densification de la population. Il se compose de deux éléments : le hub et les capsules.

Le hub est une infrastructure urbaine solaire, rassemblant en un seul endroit les systèmes technologiques et écologiques nécessaires au fonctionnement de l’habitation, comme la production d'énergie (au moyen de panneaux solaires), la ventilation, les équipements électriques, les systèmes de gestion des déchets et de l'eau grise, ainsi que les circulations verticales (escaliers et ascenseurs).
 

Le Liv-Lib' se compose d'un hub (en rouge) sur lesquel se branche la capsule d'habitation © Team Paris

Chaque hub dispose de plusieurs « ports » sur lesquels se branche une capsule d'habitation. Les capsules d'habitation peuvent être de tailles différentes et leur plan intérieur est libre. Elles peuvent être débranchées, transportées par camion puis branchées sur un autre hub. L'intérêt est triple pour les habitants : liberté, adaptabilité et mobilité font l'essence de ce projet.

A Versailles, l'équipe parisienne présentera un tronçon de hub avec deux capsules contenant un appartement de 34 m2 pour l'une et un espace de télétravail de 25 m2 pour l'autre.

Les maisons en bande

La troisième équipe en lice est franco-américaine. Avec sa Maison Reciprocity, elle réinvente le concept de maisons en bande. L'habitant modulaire s'adapte au contexte urbain et peut être agencé de plain-pied jusqu’à l’immeuble de quatre étages.

L'enveloppe urbaine, l'Urban Shell, offre une isolation thermique au standard passif tandis que le « Brise soleil » assure la protection climatique et la production d'énergie. Sur le toit-terrasse, 20 modules monocristallins totalisant une puissance de 4,8 kWc seront fixés sur châssis d’acier galvanisé avec une inclinaison de 18°.
 

 

La Maison ReciprocIty réinvente le concept des maisons en bande © Team Réciprocité


L’installation sera associée à un parc de 16 batteries au plomb, d’une capacité totale de 6 kWh. Le coeur de la maison abrite quant à lui tous les équipements comme la salle de bains et la cuisine.

Ces trois éléments préfabriqués laissent entrevoir la possibilité d'une production de ce type d'habitat à l'échelle industrielle, un habitat conçu sur le principe de l'autoconsommation.

Le module de survie Fenix

Enfin, la seconde grande tendance de ce Solar Decathlon est de développer des habitats qui prennent en compte le risque de catastrophes technologiques et naturelles.

La Casa Fenix pour Casa For Emergency Natural Impact Extrem est présentée au Solar Decathlon par une équipe franco-chilienne. Comme son nom l'indique, il s'agit d'une maison conçue pour les situations d'urgence dans le cas de catastrophes naturelles extrêmes.

  

La Casa Fenix s'assemble rapidement pout mettre les populations à l'abri après une catastrophe naturelle © Team Fenix

Cet habitat évolutif et autonome en énergie se compose de trois parties : le module de survie, qui sera le premier construit pour abriter rapidement 4 personnes ; le module mécanique contenant la partie solaire pour l'énergie et le module de vie pour améliorer le confort de la maison. Conçu en ossature bois par l'université de La Rochelle, la maison peut être rapidement assemblée par des non-spécialistes.

Seize autres projets en lice

Seize autres projets sont en compétition pour cette édition 2014 :

- Resso (Barcelone/Espagne)
- EFdeN (Bucarest, Roumanie)
- Renaihouse (Chiba, Japon)
- The Skin (Delft, Pays-Bas)
- Embrace (Copenhague, Danemark)
- Techstyle Haus (Rhode Island/Erfurt, Etats-Unis, Allemagne)
- Adaptive House (Bangkok, Thaïlande)
- Your + (Lucerne, Suisse)
- Casa (Mexico city, Mexique)
- Ontop (Francfort, Allemagne)
- Symbcity (Alcala et la Mancha, Espagne)
- Rooftop (Berlin, Allemagne)
- Rhome for dencity (Rome, Italie)
- Project H Naught (Bombay, Inde)
- Tropika (Cartage, Costa Rica)Orchid House (Hsinchu, Taïwan).


Parmi tous ces projets innovants, un seul sera récompensé. La remise des prix aura lieu le 12 juillet.

C.T
 
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Le vainqueur du Solar Decathlon résout le problème des habitats illégaux - Batiweb

Le vainqueur du Solar Decathlon résout le problème des habitats illégaux

Après 18 mois de conception et de construction, les 600 compétiteurs du Solar Décathlon sont enfin fixés sur leur sort. Les trois lauréats désignés par les 6 jurys internationaux sont dans l'ordre l'équipe Rhome et leur protype « Rhome for dencity ». En seconde position, l'équipe nantaise d'Atlantic Challenge avec leur prototype « Phileas ». Enfin, l'équipe hollandaise de Delft et leur prototype « A home with a skin ». Découvrez les projets lauréats de l'édition 2014.
Solar Decathlon 2014 : du prototype à la conception industrielle - Batiweb

Solar Decathlon 2014 : du prototype à la conception industrielle

600 compétiteurs, 200 professeurs, 41 universités et 16 pays sont en train de soumettre leurs prototypes grandeur nature à l'approbation de 6 jurys internationaux. Au terme de 18 mois de conception et de construction, chaque réalisation et son équipe sont évaluées sur dix épreuves. Mais quels prototypes sont susceptibles d'atteindre le dernier échelon vers une conception à l'échelle industrielle ? Batiweb fait ses pronostics.
Comment réussir la généralisation du bâtiment à énergie positive ? - Batiweb

Comment réussir la généralisation du bâtiment à énergie positive ?

Lors du colloque national organisé par Effinergie et Enerplan avec le parrainage du Plan Bâtiment Durable dans le cadre du Solar Décathlon à Versailles, les professionnels de plusieurs filières ont débattu sur la question du bâtiment à énergie positive. Actuellement défini grâce au label Bepos-effinergie 2013, ce type de bâtiment est déjà une réalité avec une centaine de réalisations en cours, et pourrait bien devenir la norme d'ici 2018/2020.