Fermer

Sur Artibat, l’AQC dynamise sa sensibilisation à la QAI

L’AQC rapporte que, selon des études de terrain, l’air intérieur peut être cinq à huit fois plus pollué que l’air extérieur durant l’occupation du bâti. L’agence cherche donc à enseigner les bonnes pratiques aux artisans, afin de faire reculer ces risques, notamment à travers deux nouveaux jeux, révélés pour la première fois sur le salon Artibat. Explications.
Publié le 13 octobre 2021

Partager : 

Sur Artibat, l’AQC dynamise sa sensibilisation à la QAI - Batiweb

A chaque salon Artibat, on se rue sur les stands pour découvrir les innovations technologiques, mais celles pédagogiques sont également au rendez-vous. C’est le cas pour l’Agence Qualité Construction (AQC) qui a présenté à cette édition 2021 et pour la première fois, des outils pour que les artisans connaissent mieux les enjeux autour de l’amélioration de la qualité de l’air intérieur (QAI). 

Miser sur le multimédia pour transmettre les bonnes pratiques

 

Cap d’abord sur le numérique avec « Détectair », un jeu disponible sur le site batiment-ventilation.fr, soutenu par le Cetiat, le Cerema ainsi que les ministères de la Transition Ecologique et Solidaire et de la Cohésion des Territoires. Le principe ? L’utilisateur, armé d'« Annihil'air 3000 », doit neutraliser, en une minute dans chaque pièce les sources de pollution de l’air dans un logement. Une première approche des bonnes pratiques de la QAI (ventilation, utilisation des appareils électroménagers…), aussi bien du côté du grand public que des professionnels.

Démonstration du jeu Détectair - Crédit photo : Virginie Kroun

Démonstration du jeu Détectair - Crédit photo : Virginie Kroun

Adressé spécifiquement aux artisans, « Un Air en commun », consiste à explorer la maquette réelle d’un logement avec une lumière UV. Chaque professionnel participant doit trouver la combinaison de mot associé à son corps de métier. Ainsi, il découvre, en assemblant un puzzle, à proximité de la maquette, les priorités qu’il doit respecter à chaque phase de chantier (conception, mise en œuvre, exploitation). Et ce qu’il s’agisse d’un projet de construction, comme de rénovation.

Pour le jeu « Un Air en commun », une lumière UV permet de détecter les combinaisons de mots associés aux métiers - Crédit photo : Virginie Kroun

Pour le jeu « Un Air en commun », une lumière UV permet de détecter les combinaisons de mots associés aux métiers - Crédit photo : Virginie Kroun

« On a quatre axes. Le premier va être l’évacuation de tous les polluants chimiques (…) Après on va avoir le développement fongique, et on va avoir le renouvellement de l’air. Et ensuite, en transversal, on va avoir l’organisation des chantiers », expose Mariangel Sanchez, ingénieure Suivi des innovations de l'AQC. 

Un jeu de puzzle guide les artisans vers les principaux axes d'attaque à la QAI - Crédit photo : Virginie Kroun

Un jeu de puzzle guide les artisans vers les principaux axes d'attaque à la QAI - Crédit photo : Virginie Kroun

La spécialiste ajoute que ce sont les principes du « neuf qui s’appliquent à la rénovation. Mais la rénovation a des aspects spécifiques en plus. Déjà il va falloir gérer dans certains cas l’état des supports, comme l’équilibre hydrique des murs. Des fois, il va falloir aussi savoir si on rénove un milieu occupé. Ce qui peut présenter des contraintes, notamment en termes de ventilation. Aussi il peut être compliqué dans certains cas d’installer des ventilations double-flux, qui requièrent un double réseau aéraulique ».

Impliquer tous les corps de métiers

 

« Ludique » et « pragmatique », c’est ainsi que décrit Emilie Roch-Pautet, déléguée régionale de Rennes de l’AQC, les nouveaux supports de sensibilisation, loin du simple format de présentation. « Je pense que la profession n’a pas forcément envie de toujours de formalisme, elle a envie aussi d’apprendre autrement. C’est le cas aussi pour l’ensemble de l’artisanat, le but du jeu c’est se faire plaisir dans son métier », souligne-t-elle. 

Et il n’y a pas que les chauffagistes, ventilistes ou les peintres qui sont concernés par la QAI. Selon l’AQC, il est important d’interpeller tous les artisans : menuisiers, plaquistes, soliers… A travers ces outils, l’agence cherche à montrer les progrès et la prise de conscience existant depuis les années 80 autour de cet enjeu de santé publique.

D’autant que les supports se basent sur des plaquettes de bonnes pratiques déjà publiées par l’AQC, notamment les livrables du projet ICHAQAI, élaborés en concertation avec des représentants des organisations professionnelles. Des contenus similaires tendent à explorer d’autres sujets, tels que la performance énergétique. Un volet plus spécifique de la QAI, le développement fongique, est étudié de manière approfondie dans le cadre du projet multipartenarial MYCO-ACT, (AQC, CSTB, Inddigo, EHESP, LERES et CETIAT), cofinancé par l’Ademe.

Pour découvrir les jeux « Un Air en commun » et « Détectair », rendez-vous jusqu’au vendredi 15 octobre sur le salon Artibat, au stand de l’AQC (Hall 5 – F13).

 

Propos recueillis par Virginie Kroun
Photo de Une : Virginie Kroun
 

Par Virginie Kroun

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.