Prises de courant : un nombre imposé dans chaque habitat Droit social | 08.01.13

Partager sur :
Les règles d’installation concernant les équipements électriques sont aujourd’hui bien fixées par la norme NF C 15-100. Cela concerne également le nombre d’appareils à mettre en place dans chaque pièce, tout comme leur puissance.

Le nombre de prises électriques défini en fonction de la pièce

Les obligations de construction concernent aussi les installations électriques. Ainsi, la norme électrique impose désormais certains principes de pose, que ce soit pour les biens immobiliers en rénovation, ou pour les constructions neuves. L'un des premiers éléments concernés n'est autre que les prises de courant. Ces dernières doivent aujourd'hui respecter plusieurs critères. Premier d'entre eux : elles doivent être installées à une hauteur ne dépassant pas 1,30 m.

Afin d'alimenter en électricité chaque pièce, le nombre de prises est également réglementé. Il se répartit comme suit :
  • Dans le salon et la salle à manger, une prise tous les 4 m², avec un minimum de 5 ;
  • Dans les chambres, 3 prises ;
  • Dans la cuisine, 6 prises. 4 doivent notamment être installées au niveau du plan de travail.

Dans la salle de bain, aucune prise ne doit être positionnée près du sol. La norme définit d'ailleurs chaque espace de cette pièce en différents volumes. Pour les équipements électriques, ceux-ci doivent être intégrés dans le volume 3 ou même hors volume, c'est-à-dire loin des points d'eau.

Enfin, dans les WC et les circulations affichant une superficie inférieure à 4 m², aucune prise électrique n'est obligatoire. C'est aussi le cas dans les abris de jardin, les garages, ou les extérieurs.

L'accessibilité handicapés, quant à elle, impose la mise en place systématique d'une prise de courant à proximité immédiate d'un interrupteur.


Des équipements spécifiques pour certains lieux

De façon générale, les installations doivent présenter un courant nominal de 16 A. Pour l'alimentation de certains appareils, il est cependant nécessaire de procéder à la pose de circuits différents. C'est le cas dans la cuisine où la mise en place d'une prise à côté de l'arrivée et de l'évacuation de l'eau est obligatoire.

Pour les congélateurs, leur emplacement doit prévoir un dispositif différentiel de 30 mA. Pour les plaques de cuisson ou la cuisinière, la norme impose de positionner une prise de 32 A en monophasé.

Les volets roulants électriques, les chauffe-eau, les chaudières, les VMC ou même les pompes à chaleur impliquent le positionnement d'une prise électrique ou une alimentation directe à proximité.

Le respect de ces obligations assure de disposer d'une installation à la fois aux normes et parfaitement sécurisée.

Actualité rédigée en collaboration avec ETI Construction, spécialiste des solutions techniques et réglementaires pour les projets de construction.
Informations complémentaires sur : L'équipement minimal en prises de courant dans l'habitat




Demandez votre documentation
 
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le chauffage améliore ses performances avec la chaudière hybride

Le chauffage améliore ses performances avec la chaudière hybride

Les équipements de chauffage sont aujourd’hui en pleine mutation. C’est le cas avec le développement des chaudières hybrides. Leur particularité est d’allier les énergies fossiles aux énergies vertes, utilisant les avantages des deux systèmes tout en contournant les inconvénients de chaque équipement. Le premier effet est d’obtenir des économies d’énergie tout en profitant d’un excellent confort dans l’habitat. Cet appareil peut être utilisé dans les constructions neuves comme les opérations de rénovation.
Un gain de place dans l’habitat : les portes coulissantes

Un gain de place dans l’habitat : les portes coulissantes

Les solutions se multiplient pour gagner de la place dans les nouvelles constructions. Cela concerne également les portes qui laissent de plus en plus souvent place à des solutions coulissantes, en extérieur comme en intérieur. Dans ce dernier cas, deux systèmes sont proposés : la porte à galandage et celle en applique.
Une différence méconnue, entre éco-quartier et éco-lotissement

Une différence méconnue, entre éco-quartier et éco-lotissement

L’éco-logement est aujourd’hui en pleine expansion. Il en existe deux types, implantés dans les agglomérations ou en périphérie : les éco-lotissements et les éco-quartiers. Ces derniers, très prisés, sont également présents dans les zones rurales avec le même engouement. L’objectif de ces nouvelles constructions est, dans tous les cas, le même : respecter les principes de développement durable. Pour mieux comprendre les orientations de ces deux types de construction, il est essentiel de savoir ce que recouvre chacun des termes, leurs différences et leurs enjeux, le tout expliqué par Pierre-Emmanuel Charbon, aménageur - maître d’œuvre, porteur du projet de construction sur la commune de Megève.
Réalisation de parquets : optez pour les pavés de bois de bout

Réalisation de parquets : optez pour les pavés de bois de bout

Les pavés en bois de bout sont de plus en plus fréquents dans l’habitat. Issus d’une technique ancienne, ces « pavés de Paris », aujourd’hui brevetés, ont trouvé une nouvelle clientèle tout en s’adaptant aux principes de développement durable. Outre leurs qualités de pose, leur découpe est également importante, dans le sens longitudinal, offrant une parfaite résistance.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter