36 milliards d’euros à investir pour atteindre les objectifs de rénovation énergétique Eco-construction | 22.02.17

Partager sur :
36 milliards d’euros : c’est la somme que l’État devrait investir avant 2025 afin de rénover 7,4 millions de logements privés particulièrement énergivores. En effet, selon une étude publiée par le collectif Rénovons !, la France doit absolument injecter plus de moyens si elle souhaite atteindre les objectifs fixés par la Loi pour la transition énergétique et la croissance verte. Explications.
Il y a un mois déjà, la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) s’adressait au gouvernement afin de réclamer plus de moyens pour accompagner la transition énergétique du pays.

Aujourd’hui, c’est au tour du collectif Rénovons !, réunissant plusieurs associations sociales et environnementales (Fondation Abbé Pierre, Soliha, Réseau Action Climat, etc.), de prendre la parole afin d’interpeller les pouvoirs publics. L’organisme a ainsi publié ce mardi 21 une étude faisant le bilan sur le marché de la rénovation énergétique en France.

Le verdict est sans appel : pour atteindre les objectifs de la loi pour la transition énergétique et rénover 7,4 millions de logements privés énergivores (étiquette Énergie F ou G), l’État devra investir 36 milliards d’euros d’ici 2025.

Des objectifs…trop ambitieux ?

2,5 millions de ménages pourraient sortir de la précarité énergétique grâce à cette somme. Une solution à la fois « possible » et « rentable », selon Rénovons !. En effet, sur ce second point, l’étude stipule que l’investissement public devrait être « intégralement récupéré dès 2043 », rentabilisé grâce aux recettes fiscales et aux économies réalisées par l’amélioration de l’habitat de ces fameux ménages.

Par ailleurs, cette vaste opération permettrait de réduire de 12,5% le niveau des émissions de gaz à effet de serre à partir de 2026. L’étude estime également que 126 000 emplois pourraient être créés sur la période 2017-2025 dans le cas où un vaste plan de rénovation énergétique serait mis en place.

Rénovons ! rappelle par ailleurs que la loi pour la transition énergétique vise justement à ce que ces fameuses « passoires énergétiques » disparaissent d’ici à 2025. Elle prévoit également la réalisation de 500 000 rénovations par an à compter de 2017 afin de baisser de 15% la précarité énergétique avant 2020.

Une ambition pourtant bien éloignée de la réalité, 288 000 rénovations par an étant recensées aujourd'hui. Dans l’état actuel des choses, la précarité énergétique ne devrait avoir baissé que de 5% en 2020.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La France en retard dans sa transition énergétique

La France en retard dans sa transition énergétique

Moyens « insuffisants » et objectifs « loin d’être atteints » : le Conseil économique, social et environnemental (Cese) ne mâche pas ses mots dans un avis récemment publié concernant la transition énergétique de la France. Dans ce contexte, l’organisme a formulé une série de propositions afin de combler le retard pris par l’hexagone. Les détails.
« La transition énergétique de la France est vitale », selon l’Agence internationale de l’énergie

« La transition énergétique de la France est vitale », selon l’Agence internationale de l’énergie

Les initiatives menées par la France pour accélérer sa transition énergétiques sont-elles suffisantes ? Visiblement non, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). En effet, si cette dernière a salué les objectifs ambitieux fixés par le gouvernement, elle constate que les investissements dans les énergies vertes manquent encore pour y parvenir. Tour d’horizon des observations émises par l’AIE.

"Inaction climatique" : Emmanuel Macron déterminé à agir pour la planète

"L’Affaire du siècle", cette pétition aux plus de deux millions de signataires accusant l’État d’"inaction climatique", aura finalement fait réagir Emmanuel Macron. En déplacement au Kenya ce 14 mars, le Président de la République a fait part de sa volonté de « remettre au cœur de l’économie de marché la place de l’environnement et de la biodiversité », reconnaissant un certain retard dans la mise en œuvre d’actions de lutte contre le réchauffement climatique.
Énergies renouvelables : les investisseurs misent sur la Chine et l’Inde

Énergies renouvelables : les investisseurs misent sur la Chine et l’Inde

Mauvaise nouvelle pour la France ! Si de nombreux efforts sont déployés pour que la transition énergétique s’opère au mieux, les investisseurs, eux, semblent avoir choisi leur camp. Et c’est vers la Chine et l’Inde que sont aujourd’hui orientés les financements dédiés à l’essor des énergies renouvelables dans le monde, comme le révèle un classement publié récemment par le cabinet d’audit EY. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter