Transition énergétique : la FNTP réclame plus de moyens Eco-construction | 25.01.17

Partager sur :
En marge des Assises Européennes de la Transition Énergétique, qui se déroulent en ce moment même à Bordeaux, la Fédération Nationale des Travaux Publics et d’autres organismes spécialisés ont tenu à adresser un message aux pouvoirs publics : si la France veut réussir sa transition énergétique, il faudra donner plus de moyens aux entreprises du BTP. Décryptage.
Plus que jamais, les problématiques environnementales et la transition énergétique de la France sont dans tous les esprits. Pourtant, les efforts menés par le pays ne semblent toujours pas suffisants pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixés, comme le relevait dernièrement l’Agence internationale de l’énergie.

Aujourd’hui, c’est à la FNTP (Fédération Nationale des Travaux Publics) d’interpeler les pouvoirs publics, avec un constat simple : « à l’horizon 2030, c’est 8 milliards d’euros additionnels qu’il faut investir dans les infrastructures pour réussir la transition écologique ».

Pour donner plus de portée à son message, la Fédération a récemment publié la Déclaration des partenaires sociaux des travaux publics pour des infrastructures au service de la transition écologique et de l’emploi. Un projet d’envergure mené avec la Fédération SCOP BTP, la CFE-CGC-BTP, la CFDT et la FNSCBA-CGT.

De la nécessité à investir davantage

S’il est évident que les entreprises de Travaux Publics participent activement à la transition énergétique, ces dernières requièrent des investissements plus conséquents pour sortir de terre les infrastructures du futur.

« Afin de répondre aux enjeux de demain, l’effort d’investissement dans les infrastructures devra […] progresser de façon significative au cours des prochaines années : cet investissement additionnel peut être estimé en matière de travaux d’infrastructures à près de 8 Md€ par an d’ici 2030 », considère la FNTP.

Une somme nécessaire certes, mais qui n’en demeure pas moins particulièrement importante ! Un fait dont la Fédération a pleinement conscience, reconnaissant que « les ressources financières publiques actuelles ne suffiront pas ». Le rapport propose ainsi de nouvelles solutions de financement, à l’instar de « la mise en place d’un prix du carbone suffisamment élevé » ou de l’exploitation totale de « la nouvelle boîte à outils contractuels de la commande publique ».

La FNTP estime également que « la fiscalité écologique est un signal de prix susceptible d’orienter les comportements de consommation d’énergie ou les modes de déplacement », pouvant « avoir des effets positifs sur l’activité et l’emploi » et « réduire la dépendance au pétrole ». La Fédération mise également sur le financement participatif pour donner un nouvel élan à l’activité des entreprises du BTP.

40 000 emplois à créer

Par ailleurs, un investissement additionnel de 8 milliards d’euros par an pourrait permettre aux professionnels du secteur de recruter, à raison de 40 000 emplois créés dans les Travaux Publics, selon la FNTP.

« Cet investissement aurait également pour effet de créer de nombreux emplois dans la filière (maîtrise d’œuvre, fournisseurs de produits et de services…) et dans l’économie française dans son ensemble de l’ordre de 100 000 emplois », ajoute le rapport.

La Fédération précise également que la création de nouveaux emplois pourrait non seulement répondre aux besoins des entreprises, mais aussi faire monter en compétence d’autres professionnels. Ce second aspect est d’ailleurs essentiel « pour relever le défi de la transition écologique ».

La FNTP propose notamment que l’offre de formation aux métiers des Travaux Publics soit repensée afin de répondre pleinement aux objectifs énergétiques fixés par la France. La révision des référentiels nationaux des diplômes, l’intégration d’un module ‘’transition écologique’’ dans la formation Entrepreneur 21, ou encore le développement de nouveaux outils pédagogiques sont autant de nouveautés qui pourraient aider les professionnels à être mieux formés.

F.C
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Certivéa fait évoluer son offre de labels

Certivéa fait évoluer son offre de labels

Toujours plus impliqué dans la croissance verte des bâtiments, Certivéa a récemment actualisé son offre de labels pour le non résidentiel en intégrant les certifications E+C-, BBCA (pour le bas-carbone) et Effinergie 2017 (pour l’énergie). Une initiative qui devrait permettre à l’organisme d’accompagner les professionnels du bâtiment qui souhaitent se préparer aux standards imposés par la loi de transition énergétique.
Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
Une nouvelle certification en faveur du développement durable du bâtiment

Une nouvelle certification en faveur du développement durable du bâtiment

Certivéa, organisme certifiant la qualité des bâtiments tertiaires, a récemment tenu à étoffer ses propositions de labels et en a donc lancé un nouveau : HQE Bâtiment durable. Au-delà de la performance d’un bâtiment, ce sont aussi la qualité de vie, la performance économique et le management qui sont ainsi intégrés à ce nouveau dispositif. Tous les détails.
Bruno Cavagné reconduit à la tête de la FNTP

Bruno Cavagné reconduit à la tête de la FNTP

Regroupant quelque 7 500 entreprises du secteur, la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) a annoncé ce mercredi 31 mai la réélection de Bruno Cavagné au poste de président. Ce dernier, qui signe par là même son second mandat, a ainsi fait part de sa volonté d'enrichir l’offre de services proposée par l’organisme, avec notamment la mise en place de nouvelles formations dédiées au BIM.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter