Avec GISELE, Qualitel implique les occupants d'un logement dans le développement durable (vidéo) Eco-construction | 02.06.10

Partager sur :
GISELE est le nouvel outil lancé aujourd'hui par Qualitel pour permettre aux occupants d'un logement de surveiller l'entretien et le bon usage de leurs équipements, a-t-on appris mercredi lors d'une conférence de presse à la Maison de l'Amérique Latine.

Voir la vidéo

"Si on se contente de construire bien, ce n'est pas suffisant. Il faut aussi prendre en compte l'habité : les occupants doivent prendre part à ce changement de notre société",
expliquait Jean-Marc Michel, directeur de la DGALN (Direction générale de l'aménagement, du logement et de la nature - Ministère de l'Ecologie), lors de la conférence de presse pour le lancement de GISELE, le nouvel outil de Qualitel pour la qualité des logements.

Ce guide, réalisé en partenariat avec la DGALN, le CSTB, l'Agence Qualité Construction, l'Ademe la Fondation Excellence SMA, se présente sous la forme d'un CD-Rom (à terme un site extranet pouvant être actualisé) confié aux particuliers à leur entrée dans un logement. Objectif : les impliquer dans la démarche responsable (entretien des équipements notamment) avec un outil simple leur permettant d'appréhender facilement leur logement et son entretien.

GISELE, pour Guide d'Information Sur les Equipements du Logement et leur Entretien, porte notamment sur : le bâtiment (copropriété, résidence, maison individuelle, etc.) et le logement (consommation d'énergie, émissions de gaz à effet de serre, frais d'énergie...), les équipements (ventilation, chauffage, revêtement, électricité, eau chaude) avec un "guide pratique de l'arrivant", le fonctionnement et la périodicité d'entretien des équipements, des conseils pratiques pour enclencher des comportements vertueux (gestes verts, tri des déchets, bon utilisation de la ventilation, de la consommation d'eau, etc.) ou encore choix techniques du concepteur et liste des intervenants en cas de pépin.

Retours d'expérience

Si ce nouvel outil ne coûtera rien à l'occupant, c'est le promoteur qui devra mettre la main au portefeuille. Explication d'Antoine Desbarrières, directeur de Qualitel : "Pour qu'il y ait une demande volontaire de la part du promoteur certifié (NF Logement ou NF Logement - démarche HQE), on leur demande une participation de 12€ par logement pour utiliser cet outil".

Une première opération test a été réalisée à Strasbourg par le promoteur Spiral, dans le quartier du Neuhof en pleine réhabilitation. Premiers retours d'expériences plutôt positifs si l'on en croit les premiers habitants, en majorité extérieurs au quartier et donc demandeurs d'un habitat sain et respectueux de l'environnement. Voir la vidéo ci-dessous.

Laurent Perrin



Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Nouvelle hausse de l'activité pour les entreprises artisanales du bâtiment

Nouvelle hausse de l'activité pour les entreprises artisanales du bâtiment

Bilan positif pour les entreprises artisanales du bâtiment qui enregistrent, au deuxième trimestre 2019, une nouvelle hausse de leur activité (+ 2%), une tendance toujours portée par la construction neuve. L’activité en entretien-rénovation est également en croissance (+ 1,5%). Malgré des chiffres dans le vert, la Capeb appelle à la vigilance. Elle pointe deux éléments qui pourraient ralentir la croissance : des permis de construire et mises en chantier en baisse et l’avenir encore incertain du CITE.
2018, une année difficile pour la construction de logements

2018, une année difficile pour la construction de logements

Sans surprise, 2018 n’aura pas été une année mémorable pour le marché de la construction. D’après le ministère de la Cohésion des territoires, seulement 460 500 logements ont été autorisés au cours des douze derniers mois, en recul de -7,1% par rapport à 2017. Dans le même temps, avec 398 100 biens concernés, les mises en chantier ont elles aussi baissé, de l’ordre de -7,0%. Tous les chiffres.
Construction : des chiffres toujours fragiles au deuxième trimestre

Construction : des chiffres toujours fragiles au deuxième trimestre

Selon l’indicateur du climat des affaires publié par l’Insee en juillet, les industriels du BTP sont de moins en moins confiants. Il faut dire que le secteur de la construction a été particulièrement mis à mal depuis le début de l’année, et le deuxième trimestre ne fait pas exception. Si les mises en chantier de locaux non résidentiels ont progressé durant cette période, la quasi-totalité des autres indicateurs sont en baisse par rapport au début de l’année. Tous les chiffres.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter