Bientôt un nouveau Mooc consacré à la transition énergétique Eco-construction | 19.02.18

Partager sur :
Après s’être intéressé aux défis énergétiques, le Cnam (Conservatoire national des arts et métiers) a récemment travaillé sur un nouveau Mooc (Massive open online course) portant sur une thématique inédite : « la transition énergétique : les clés du développement durable de l’Europe et de l’Afrique ». Initialement prévue pour l’automne, cette formation sera finalement diffusée du 26 mars au 8 mai 2018 sur la plateforme France université numérique (FUN). Présentation.
Permettant à chacun de bénéficier d’une formation à distance, les Mooc (Massive open online courses, ou cours en ligne ouverts et massifs en français) se développent de plus en plus sur le secteur du BTP. L’Ademe, le Plan Bâtiment Durable et France Université Numérique (FUN) lançaient d’ailleurs les premiers modules dédiés au bâtiment durable en novembre 2016.

Plus récemment, c’est le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) qui a décidé de consacrer un Mooc à la question de la transition énergétique, et plus particulièrement au développement durable vu par l’Europe et l’Afrique. Une initiative qui fait suite à de nombreuses réflexions.

« Nous avons fait le constat que près de la moitié des auditeurs de nos Mooc étaient des Africains avec une assiduité forte », écrit Sylvie Faucheux, professeure des universités en Sciences économiques, co-animatrice de cette formation, sur son blog.

« Dans cette partie du monde [l’Afrique, ndlr] les défis de la transition vers le développement durable (DD) sont en train d’être relevés, même si beaucoup reste encore à faire ! La question de la transition énergétique occupe également une place particulière dans ce cheminement vers le DD, notamment en relation avec la lutte contre le changement climatique. Enfin, la confrontation des éclairages, tant disciplinaires que culturels m’a toujours semblée consubstantielle au DD », poursuit-elle.

Également animée par Christelle Périlhon, maître de conférences, et Georges Descombes, ingénieur du Cnam professeur des universités et déjà auteur du Mooc « Défis énergétiques et risques dans les transports », cette nouvelle formation est en cours de réflexion depuis de nombreux mois et aurait due être prête « à la fin de l’automne », comme le révèle Sylvie Faucheux. Il faudra néanmoins attendre le 26 mars pour y accéder via la plateforme ministérielle France université numérique, avec des inscriptions ouvertes jusqu’au 8 avril.

Une formation complète pour mieux comprendre les différents enjeux

La patience des inscrits sera néanmoins largement récompensée ! Qu’ils soient décideurs dans les secteurs énergétiques et des transports, ingénieurs ou simples particuliers passionnés, tous pourront accéder à un contenu réparti sur 6 semaines, animées par une trentaine d’interventions d’experts.

Ce Mooc reviendra notamment sur les différents aspects techniques et technologiques permettant d’aboutir à une transition énergétique réussie. Les perspectives, risques et opportunités seront également traités afin de permettre aux personnes formées de mieux cerner les enjeux géopolitiques et technologiques de la transition énergétique en Europe et en Afrique.

« Ce Mooc s’intéresse largement aux enjeux fondamentaux portés par ce changement de paradigme pour une Europe en quête d’un nouvel essor, et un continent africain à la fois le plus impacté par le changement climatique et le plus à même de s’orienter vers une nouvelle voie de croissance verte aux vues de ses ressources », indique le Cnam.

Finalement, cette formation aura surtout l’ambition de proposer « un point de vue complet et unique en dehors des considérations monolithiques et simplistes opposant traditionnellement pays industrialisés et pays en voie de développement ». En attendant l’échéance, il est déjà possible de suivre d’autres modules proposés par le Cnam, à l’instar des Mooc « Chimie verte et développement durable » et « Énergie et développement durable ».

Fabien Carré
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Énergies renouvelables : des objectifs de développement qui manquent d’ambition

Énergies renouvelables : des objectifs de développement qui manquent d’ambition

Face à l’urgence climatique, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a organisé le 29 juin une conférence de presse au message fort : il est primordial de déployer des moyens concrets pour lutter contre le réchauffement de la planète. Pour ce faire, l’organisme réclame notamment des objectifs plus ambitieux dans le cadre de la stratégie environnementale mise en place par l’Europe.
32% d’énergies renouvelables pour l’Union Européenne à horizon 2030

32% d’énergies renouvelables pour l’Union Européenne à horizon 2030

Les négociateurs du Parlement Européen et du Conseil ont adopté mercredi dernier de nouveaux objectifs en matière d’énergies renouvelables pour l’UE, à hauteur de 32% la consommation finale brute d’ici 2030. Pour y parvenir, le principe de ‘’l’efficacité énergétique d’abord’’ sera désormais mis en œuvre dans les différentes décisions de planification énergétique, de politique et d’investissement.
Simple et Solaire lance une offre de formations dédiées à l’autoconsommation électrique

Simple et Solaire lance une offre de formations dédiées à l’autoconsommation électrique

Le 28 avril dernier, le Parlement annonçait l’adoption définitive du projet de loi relatif à l’autoconsommation d’électricité, grâce à laquelle particuliers et entreprises peuvent utiliser l’énergie qu’ils produisent eux-mêmes. Spécialiste du secteur, Simple et Solaire, qui propose déjà des kits d’autoconsommation solaire de différentes puissances, a mis en place diverses formations « afin de permettre à chacun […] de découvrir ou d’élargir ses connaissances sur l’autonomie solaire ».

"Inaction climatique" : Emmanuel Macron déterminé à agir pour la planète

"L’Affaire du siècle", cette pétition aux plus de deux millions de signataires accusant l’État d’"inaction climatique", aura finalement fait réagir Emmanuel Macron. En déplacement au Kenya ce 14 mars, le Président de la République a fait part de sa volonté de « remettre au cœur de l’économie de marché la place de l’environnement et de la biodiversité », reconnaissant un certain retard dans la mise en œuvre d’actions de lutte contre le réchauffement climatique.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter