Énergies marines renouvelables : plusieurs projets annoncés pour combler le retard de la France Eco-construction | 02.03.18

Partager sur :
Souvent pointée du doigt pour ses retards en matière d’éolien en mer, la France pourrait bien combler ses lacunes grâce au soutien de plusieurs industriels. En effet, le producteur d’électricité EDF a notamment fait savoir ce jeudi 1er mars qu’il était prêt à lancer la construction du premier parc éolien en mer français, et ce, dès cet été. GE Renewable Energy, de son côté, a fait part de sa volonté de bâtir l’éolienne en mer la plus puissante au monde en France. Précisions.
« Plus de vingt ans après nos collègues européens, nous sommes prêts à démarrer le premier projet de ferme en France », a indiqué Olivier de la Laurencie, directeur du projet éolien en mer de Saint-Nazaire chez EDF Energies Nouvelles, lors d’une table ronde organisée le 1er mars.

De quoi permettre à la France de combler son retard quant au développement des énergies marines renouvelables, admis par le Premier ministre Edouard Philippe lui-même. Pour autant, le gouvernement semble avoir encore des efforts à fournir, le parc de Saint-Nazaire faisant toujours l’objet d’un pourvoir devant le Conseil d’État.

« On fait l’hypothèse que le Conseil d’État va bientôt statuer sur l’admissibilité (de ce recours). On n’a pas d’autre choix que d’être prêts si le Conseil d’État prononce la non-admissibilité », a déclaré Olivier de la Laurencie. Les travaux pourraient ainsi débuter « cet été », après « trois ans de retard ».

Si ce projet voit bel et bien le jour, une mise en service partielle pourrait intervenir « à partir de l’été 2021 ». Le parc devrait être composé de 80 éoliennes pour une capacité totale de 480 MW.

GE Renewable Energy prêt à investir 330 millions de dollars

EDF n’est cependant pas la seule entreprise à vouloir tirer profit du retard de la France en termes d’énergies marines renouvelables ! General Electric Renewable Energy, filiale dédiée aux EnR du conglomérat américain éponyme, a également annoncé jeudi dernier sa volonté de construire l’éolienne en mer la plus puissante au monde sur l’hexagone.

Le projet, baptisé « Haliade-X 12 MW », permettrait de produire 45% d’énergie supplémentaire par rapport aux turbines actuelles. 16 000 foyers européens pourraient ainsi être alimentés en électricité d’origine renouvelable à horizon 2021. Coût de l’opération : 330 millions de dollars.

« La technologie de cette nouvelle turbine, son élaboration et sa production seront assurées pour la plus grande partie en France », ajoute la société. Cette dernière estime par ailleurs que 550 emplois directs et 2 000 postes indirects seraient créés grâce à ce projet ambitieux, qui semble décidément gagnant sur tous les points !

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Bientôt un parc éolien offshore au large du Tréport ?

Bientôt un parc éolien offshore au large du Tréport ?

Le département de la Seine-Maritime a validé vendredi 23 novembre le projet éolien en mer au Tréport. Cette opération controversée permettrait de construire 62 machines de 8 mégawatts chacune à horizon 2021. De quoi combler les besoins électriques de 850 000 personnes, selon EMDT, filiale du groupe Engie en charge du programme. Les détails.
Éolien flottant : la Commission européenne approuve les projets d’aides d’État

Éolien flottant : la Commission européenne approuve les projets d’aides d’État

Souhaitant poursuivre le développement de la filière éolienne flottante, le gouvernement français avait sélectionné quatre projets de fermes pilotes dans le cadre du programme « Démonstrateurs pour la transition écologique et énergétique » des Investissements d’avenir. Ce 25 février, la Commission européenne a, elle aussi, approuvé les projets d’aides d’État en faveur de ces différentes initiatives. Les détails.
Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Le Président Emmanuel Macron a réuni hier après-midi, mercredi 24 octobre, une trentaine de dirigeants d’entreprises, parmi lesquels les dirigeants d’EDF, Engie, Total, Orano, Vinci, Saint-Gobain ou Veolia, mais aussi des organismes de recherche comme le CNRS ou l’INRA, pour une « séance de travail » en prévision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui devrait être annoncée à la mi-novembre.
Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter