Feuille de route économie circulaire : le BTP souhaite plus de concertation Eco-construction | 18.06.19

Partager sur :
Dans le cadre de la Feuille de route économie circulaire (FREC), quatorze organisations professionnelles des filières « Bâtiment » et « Déchets » s’étaient associées, en décembre 2018, pour plancher sur la question de la reprise des déchets du secteur et leur recyclage. Alors que les conclusions viennent d’être présentées, elles demandent à pouvoir « débattre sérieusement » avec le Gouvernement. Elles pointent en effet un manque de concertation.

L’étude menée par quatorze organisations professionnelles, parmi lesquelles la FFB, la Capeb et l’Unicem, visait à proposer aux pouvoirs publics des scénarios pour une meilleure valorisation des déchets issus des chantiers de construction.

 

Dans un communiqué, les partenaires indiquaient : « Les conclusions de cette étude viendront alimenter les réflexions des pouvoirs publics autour des réponses, éventuellement législatives, de nature à faciliter l’atteinte des objectifs de la FREC ».

 

Mais alors que la filière a formulé des « propositions concrètes », il semblerait que la concertation n’ait pas vraiment eu lieu. Or, l’étude a été initiée « dans le cadre d’un groupe de travail constitué à l’initiative des pouvoirs publics » et fait suite « à la commande passée par ces derniers », souligne-t-elle. Elle appelle ainsi le Gouvernement à rouvrir le dialogue pour « pouvoir débattre sérieusement » des préconisations formulées.

 

Améliorer la collecte et la valorisation des déchets du bâtiment

 

Dans leur étude, les organisations syndicales se sont fixé quatre priorités : améliorer la traçabilité des déchets, rendre plus efficace le maillage territorial des points de collecte, développer les filières de recyclage et de valorisation, réduire les dépôts sauvages.

 

Contrairement à ce qu’avait estimé Jacques Vernier, président de la commission des filières de responsabilité élargie des producteurs, dans un rapport rendu public en 2018, l’étude estime que « la mise en place d’une responsabilité élargie du producteur (REP) bâtiment globale et d’une gratuité de la reprise générale (mesure 33 de la FREC) ne constitue pas une réponse appropriée à la problématique ».

 

Pourquoi ? Principalement du fait des disparités entre filières. « Dans une logique de rapport coût/efficacité conforme à celle d’économie circulaire, il est important de distinguer les filières présentant des taux de valorisation supérieurs à 70% de celles s’avérant moins performantes ».

 

Les organisations recommandent ainsi une approche « plus fine » que celle préconisée par la mesure 33. Il s’agirait notamment d’identifier au préalable « des flux et filières pour lesquels un accompagnement structurel est véritablement nécessaire ».

 

Pour les filières présentant des « schémas pertinents de circularité », l’étude propose une approche plus souple qui permette « d’inciter et de soutenir » la R&D et l’écoconception, l’optimisation de la reprise, du tri et de la valorisation ainsi que le recyclage et réemploi. Enfin, il recommande d’avoir recours plus systématiquement à l’expérimentation.

 

Un contrat d’engagement pour la croissance verte

 

Pour accélérer la tendance, l’étude propose aussi la mise en place avec l’Etat d’un contrat d’engagement pour la croissance verte (ECV). Son objectif : mieux cibler les moyens, mieux coordonner les actions et introduire de nouveaux objectifs. Parmi les actions à envisager, la création d’un système de traçabilité national centralisé pour réduire les dépôts sauvages, la fiabilisation du diagnostic « déchets » ou encore la création de nouveaux points d’apport dans les zones de carence.

 

Autre proposition, le déploiement d’un financement permettant d’expérimenter la reprise sans frais de déchets triés sur quelques familles de matériaux. Cette approche permettrait de mesurer les conséquences de la gratuité, d’adapter le dispositif voire de traiter de nouveaux déchets, selon les partenaires.

 

A ce jour, le bâtiment produit 46 millions de tonnes de déchets par an dont les ¾ sont des déchets inertes (34 Mt), 20% sont des déchets non dangereux et 5% sont des déchets dangereux. Le taux de valorisation des déchets du BTP est estimé à 67%, soit un peu moins que l’objectif européen de 70% pour 2020.   

 

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Loi anti-gaspillage : le CSCEE émet un avis sur deux mesures concernant le bâtiment

Loi anti-gaspillage : le CSCEE émet un avis sur deux mesures concernant le bâtiment

Le projet de loi anti-gaspillage sera présenté en Conseil des ministres au mois de juillet. Le texte, qui vise à « mieux produire, mieux consommer, moins gaspiller », se décline en quatre grands volets parmi lesquels une meilleure gestion des déchets. Le bâtiment est concerné via deux articles qui proposent de réformer le dispositif du diagnostic déchets avant démolition et de créer une REP appliquée au secteur. Consulté, le CSCEE publie ce jour un avis.
Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

En octobre 2017, Jacques Vernier s’est vu confier la mission de repenser le modèle des filières REP (responsabilité élargie des producteurs) afin qu’il s’adapte aux nouveaux enjeux de recyclage et favorise la transition de la France vers une économie circulaire. Parmi les propositions formulées, la création de 5 nouvelles filières dont une dédiée aux déchets du bâtiment ; une préconisation aujourd’hui contestée par les professionnels de la construction.
En 2017, le volume de déchets du BTP collectés a progressé de +2%

En 2017, le volume de déchets du BTP collectés a progressé de +2%

Avec une croissance de 2%, l’année 2017 a été « satisfaisante » pour la majorité des entreprises de tri, a annoncé, mercredi 17 octobre, la Fédération des entreprises du recyclage (Federec). Le bâtiment fait partie des bons élèves, le volume de déchets collectés ayant lui aussi augmenté de 2% pour atteindre 40 millions de tonnes. 2019 devrait cependant être « très agitée ». En effet, l’idée d’une « REP Bâtiment » inquiète toujours autant les professionnels du secteur.
La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

Alors que le Gouvernement a publié, le 23 avril dernier, sa feuille de route économie circulaire, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) annonce le lancement de deux outils à destination des artisans et entrepreneurs. Soutenus par l’Ademe, ils visent à accompagner le secteur dans la valorisation des déchets de second œuvre issus de site de démolition/réhabilitation.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter