Le bâtiment, grand oublié des financements en faveur du climat Eco-construction | 06.12.17

Partager sur :
Coup dur pour la France ! Alors que la réussite de la transition énergétique du pays fait partie des priorités du gouvernement, l’I4CE (Institute for climate economics) a révélé ce 6 décembre que 45 à 70 milliards d’euros devront être investis chaque année d’ici 2030 pour atteindre les objectifs fixés par le Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC). Les détails.
Alors que le président du SER (Syndicat des énergies renouvelables) Jean-Louis Bal indiquait il y a quelques semaines que le rythme de production d’énergie renouvelable est insuffisant pour atteindre l’objectif de 2020, c’est aujourd’hui au tour de l’I4CE (Institute for climate economics) de s’intéresser à la transition énergétique du pays.

Ce 6 décembre, l’organisme a ainsi présenté l’édition 2017 de son Panorama des financements climat en France, qui dresse un bilan peu glorieux des investissements réalisés entre 2013 et 2016 en faveur du climat.

Certes, 32 milliards d’euros ont été injectés chaque année dans la filière (dont 5,9 milliards pour les énergies renouvelables et 9,2 milliards pour la construction et les infrastructures), mais de nombreuses difficultés subsistent encore ! À commencer par la stabilisation de ces investissements depuis 2014.

Des objectifs loin d’être atteints

Pourtant, le besoin est bien réel : d’après l’I4CE, « entre 45 et 70 milliards d’euros d’investissements annuels d’ici 2030 seraient nécessaires pour atteindre les objectifs définis par la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) ». Ne serait-ce que pour la période 2016-2017, 20 à 40 milliards d’euros manquent encore.

©Capture d'écran "Panorama des financements climat en France", I4CE.

Première victime de ce défaut de financements, le bâtiment nécessiterait près de 10 milliards d’euros supplémentaires au seul titre de la rénovation des logements privés. Le marché des véhicules bas-carbone est également mis à mal, de même que les réseaux de chaleur. Heureusement, les investissements effectués sont « proches des besoins estimés » pour la production d’EnR et d’infrastructures de transport durable.

Qui finance la transition énergétique de la France ?

D’après l’I4CE, 64% des investissements en faveur du climat ont été réalisés par les ménages (10,8 milliards d’euros) et les entreprises (9,8 milliards). L’État, les collectivités, les bailleurs sociaux et autres gestionnaires d’infrastructures publics ont, quant à eux, injecté 11,4 milliards d’euros en 2016.

Pour les particuliers, il s’agit avant tout de participer à la rénovation des bâtiments, notamment grâce à l’autofinancement (4,4 milliards d’euros) et l’emprunt bancaire (3,3 milliards d’euros).

Les entreprises, de leur côté, préfèrent concentrer leurs dépenses sur la production d’énergie centralisée et les réseaux (3,3 milliards pour les énergies renouvelables). L’I4CE constate par ailleurs que les financements bancaires et obligataires (5,5 milliards d’euros) et les fonds propres des sociétés (2,5 milliards d’euros) sont les moyens les modes les plus utilisés dans ce cadre.
              

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

« Reconnaître les compétences des artisans de la rénovation énergétique », P. Million

« Reconnaître les compétences des artisans de la rénovation énergétique », P. Million

Alors que l’UFC-Que Choisir publiait ce mercredi un rapport critiquant ouvertement les artisans de la rénovation énergétique, ces derniers ont fait part de leur mécontentement, défendant leur profession et leurs savoir-faire. L’un d’entre eux, Philippe Million, gérant d’Everest Isolation et lauréat national du prix de l’artisanat Stars & Métiers, revient aujourd’hui sur la certification RGE et livre son avis sur les observations menées par l’UFC.
Qualification ECO Artisan RGE : ce qu'en pensent vraiment les professionnels

Qualification ECO Artisan RGE : ce qu'en pensent vraiment les professionnels

C'est au Mandarin Oriental, hôtel parisien ayant récemment fait l'objet d'une rénovation, que la Capeb, Garance et Deloitte Développement Durable présentaient ce matin les résultats de kiWih, l'observatoire de la performance énergétique. L'occasion pour les trois partenaires de revenir sur la qualification RGE ECO Artisan, récemment mise à mal par plusieurs rapports. Retour sur les principaux enseignements de cette initiative plus pertinente que jamais.
Limiter le réchauffement climatique à 2°C, un objectif hors d'atteinte ?

Limiter le réchauffement climatique à 2°C, un objectif hors d'atteinte ?

Alors que l'humanité vient tout juste de consommer la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an, une étude publiée par Nature Climate Change révèle aujourd'hui qu'il n'y a que 5% de chances de limiter le réchauffement climatique à 2°C. Pour rappel, cet objectif (qui semble plus que jamais hors d'atteinte) avait été fixé par l'accord de Paris en 2015. Précisions.
Quatre nouvelles pistes pour en finir avec la précarité énergétique

Quatre nouvelles pistes pour en finir avec la précarité énergétique

Xavier Lemoine, maire de Montfermeil et vice-président de la Métropole du Grand Paris, a présenté ce 18 juin les résultats d’une étude menée par l’Institut négaWatt et la SEM Énergies Posit’if portant sur la précarité énergétique. Réclamant des solutions innovantes en faveur de la rénovation des maisons individuelles, le document formule quatre propositions qui permettraient d’atteindre les objectifs fixés par la loi de transition énergétique sur cette thématique.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter