Nicolas Hulot engagé en faveur du développement des énergies maritimes renouvelables Eco-construction | 24.07.17

Partager sur :
Si la Programmation pluriannuelle de l’énergie prévoit l’attribution d’un maximum de 6 000 mégawatts de projets pour l’éolien en mer d’ici à 2023, la filière est encore très en retard, comparée au solaire et à l’éolien terrestre notamment. Une situation problématique à laquelle Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, compte bien remédier. Explications.
Classées parmi les « filières moins matures » par l’Ademe, les énergies maritimes renouvelables sont encore très peu développées en France. En son temps, Ségolène Royal, alors ministre de l’Environnement, avait pourtant rappelé « l’engagement de l’État dans la mobilisation de tous les leviers pour accélérer le développement de la filière ».

Souhaitant lui aussi « booster la filière » des énergies marines renouvelables (EMR), Nicolas Hulot, à la tête du ministère de la Transition écologique et solidaire, reste néanmoins lucide quant au contexte actuel. « On est freiné dans le développement de cette filière par un certain nombre de verrous administratifs, juridiques, parfois économique ou financiers », a-t-il rappelé vendredi, lors d’un voyage à Plouarzel (Finistère).

« C’est bien beau de se fixer des objectifs dans une loi, mais après, il faut développer des stratégies (…) Dans les verrous, il y a parfois des contentieux qui s’éternisent, des craintes qui sont justifiées ou non », poursuit le ministre.

Une accélération à pévoir

« Je dis aux acteurs [de la filière, ndlr] que je serai à leurs côtés avec cette réserve que, si je suis en charge de doper l’économie bleue, attention à ce que les océans n’apparaissent pas comme un eldorado que l’on va piller sans scrupules. Car, par ailleurs, je suis là pour faire en sorte que cet écosystème, on en préserve son intégrité », a-t-il déclaré.

« Maintenant, on va rentrer dans la phase opérationnelle (…) On a jusqu’en fin 2018 pour mettre en place des plans de bataille mais, après, on va vraiment booster la filière de l’économie bleue », promet Nicolas Hulot.

Ce dernier a par ailleurs reçu quatre dossiers lors de sa visite au pôle de compétitivité Mer Bretagne, traitant de l’acoustique marine, des satellites, des énergies renouvelables et des navires du futur.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

31% d’électricité d’origine renouvelable consommée en France au deuxième trimestre

31% d’électricité d’origine renouvelable consommée en France au deuxième trimestre

Alors que les collectivités sont de plus en plus nombreuses à adopter des objectifs ambitieux en matière d’énergies renouvelables, l’effort national, lui, semble peu à peu porter ses fruits. En témoignent les chiffres publiés lundi par le Syndicat des énergies renouvelables et les gestionnaires des réseaux : 31% de l’électricité consommée en France était d’origine renouvelable au deuxième trimestre. Un taux de couverture « inédit » d’après les différents acteurs.
La France en retard dans sa transition énergétique

La France en retard dans sa transition énergétique

Moyens « insuffisants » et objectifs « loin d’être atteints » : le Conseil économique, social et environnemental (Cese) ne mâche pas ses mots dans un avis récemment publié concernant la transition énergétique de la France. Dans ce contexte, l’organisme a formulé une série de propositions afin de combler le retard pris par l’hexagone. Les détails.
Plan Climat et transition énergétique : quelle feuille de route pour la France en 2018 ?

Plan Climat et transition énergétique : quelle feuille de route pour la France en 2018 ?

2018 sera une année charnière pour la transition énergétique et le Plan Climat de la France ! Profitant de la présentation de ses vœux pour les douze mois à venir, Nicolas Hulot a dévoilé la feuille de route du ministère de la Transition écologique et solidaire portant sur le premier semestre. De l’énergie au climat, en passant par la rénovation des bâtiments, tour d’horizon des principales annonces du gouvernement.
Transition énergétique : les Français toujours plus concertés

Transition énergétique : les Français toujours plus concertés

Pour Nicolas Hulot, aucun doute possible : la transition énergétique de la France ne se fera pas sans la participations des citoyens. Dans ce sens, plusieurs mesures ont déjà été proposées afin d’inclure l’ensemble des Français dans ce vaste effort. Le ministre de la Transition écologique et solidaire a néanmoins fait part de sa volonté d’aller encore plus loin, en invitant la population à participer aux débats relatifs aux implantations d’éoliennes. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter