Fermer

Nicolas Hulot engagé en faveur du développement des énergies maritimes renouvelables

Si la Programmation pluriannuelle de l’énergie prévoit l’attribution d’un maximum de 6 000 mégawatts de projets pour l’éolien en mer d’ici à 2023, la filière est encore très en retard, comparée au solaire et à l’éolien terrestre notamment. Une situation problématique à laquelle Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, compte bien remédier. Explications.
Publié le 24 juillet 2017

Partager : 

Nicolas Hulot engagé en faveur du développement des énergies maritimes renouvelables - Batiweb
Classées parmi les «filières moins matures » par l’Ademe, les énergies maritimes renouvelables sont encore très peu développées en France. En son temps, Ségolène Royal, alors ministre de l’Environnement, avait pourtant rappelé « l’engagement de l’État dans la mobilisation de tous les leviers pour accélérer le développement de la filière ».

Souhaitant lui aussi « booster la filière » des énergies marines renouvelables (EMR), Nicolas Hulot, à la tête du ministère de la Transition écologique et solidaire, reste néanmoins lucide quant au contexte actuel. « On est freiné dans le développement de cette filière par un certain nombre de verrous administratifs, juridiques, parfois économique ou financiers », a-t-il rappelé vendredi, lors d’un voyage à Plouarzel (Finistère).

« C’est bien beau de se fixer des objectifs dans une loi, mais après, il faut développer des stratégies (…) Dans les verrous, il y a parfois des contentieux qui s’éternisent, des craintes qui sont justifiées ou non », poursuit le ministre.

Une accélération à pévoir

« Je dis aux acteurs [de la filière, ndlr] que je serai à leurs côtés avec cette réserve que, si je suis en charge de doper l’économie bleue, attention à ce que les océans n’apparaissent pas comme un eldorado que l’on va piller sans scrupules. Car, par ailleurs, je suis là pour faire en sorte que cet écosystème, on en préserve son intégrité », a-t-il déclaré.

« Maintenant, on va rentrer dans la phase opérationnelle (…) On a jusqu’en fin 2018 pour mettre en place des plans de bataille mais, après, on va vraiment booster la filière de l’économie bleue », promet Nicolas Hulot.

Ce dernier a par ailleurs reçu quatre dossiers lors de sa visite au pôle de compétitivité Mer Bretagne, traitant de l’acoustique marine, des satellites, des énergies renouvelables et des navires du futur.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.