Premier bilan des investissements liés à la transition énergétique Eco-construction | 22.10.14

Partager sur :
Alors que l'Assemblée nationale a adopté en première lecture, le mardi 14 octobre, le projet de loi sur la transition énergétique, CDC Climat Recherche s'est intéressé de près aux dépenses d' investissement en infrastructures réalisées en France pour l'année 2011, qui ont contribué directement ou indirectement à la réduction d'émissions de gaz à effet de serre (GES). Le secteur du bâtiment est celui qui a bénéficié le plus d'investissement. Résultats de l'enquête.

Avec cette étude baptisée « Panorama des financements climatiques en France pour l'année 2011» et publiée dans sa version finale le 21 octobre dernier, CDC Climat Recherche espère « nourrir le débat » sur le financement de la transition énergétique « en fournissant des ordres de grandeurs sur le périmètre France complet ».

Ainsi, l'étude s'attache à recenser et analyser les dépenses en infrastructures (énergies renouvelables, bâtiments HQE, transports en commun etc.) réalisées en France en 2011, qui ont contribué à réduire les émissions de GES. Et les résultats sont éloquents.

Elle révèle ainsi que plus de 22,2 milliards d'euros ont été investis en 2011 dans des équipements et infrastructures bas-carbone. Tous secteurs confondus, les énergies renouvelables représentent le plus gros poste de dépense avec plus de 9,1 milliards d'euros, dont un milliard de subvention à l'investissement.

Le bâtiment bénéficie le plus d'investissement

En seconde position, les efforts financiers ont porté sur l'efficacité énergétique à hauteur de 8,3 milliards d'euros, concentrés essentiellement dans le secteur du bâtiment (6,7 milliards d'euros) pour la rénovation des logements.

« Le secteur du bâtiment est celui qui bénéficie le plus d’investissement – près de la moitié des flux. Cela peut s’expliquer par le relatif retard français dans ce secteur par rapport à certains voisins européens », note les auteurs de l'étude.

La France a en revanche moins investi dans les infrastructures de transport durable avec un budget de 4,8 milliards d'euros.

Les financements publics minoritaires

A travers le budget de l’État et celui des collectivités, ce sont 4,9 milliards d’euros qui sont fournis pour des projets bas-carbone. La plupart de ces montants sont dépensés soit sous la forme de subventions (crédit d’impôts par exemple), soit sous la forme de participations prises dans des infrastructures, pour les transports notamment.

Le bâtiment représente la majeure partie de ces montants avec 2,1 milliards d'euros fournis sous la forme de subventions, que ce soit pour la rénovation énergétique ou la production d’énergie renouvelable. Les transports représentent également un montant important avec entre 1,4 et 3,8 milliards d’euros suivant les périmètres retenus. Les investissements climatiques dans les autres secteurs représentent un poids de l’ordre de 250 millions d’euros.

Plus de la moitié des financements proviennent des entreprises...

Les entreprises – dont les banques commerciales – auraient mobilisé 63% des financements privés, soit 11,1 milliards d’euros. Dans le secteur de l’énergie uniquement, la base de données Bloomberg New Energy Finance (BNEF) permet de tracer 1,8 milliard d’euros d’investissements dans les énergies renouvelables.

Sur ces montants, environ 40% sont fournis par des institutions financières et 60% par des industriels ou des développeurs de projet. A noter que 40% de ces montants viennent d’autres pays que la France dont la quasi-totalité (96%) de l’Union Européenne.

 … Sauf pour le bâtiment

Les ménages auraient fournis directement 5,1 milliards d’euros – principalement dans le bâtiment – soit 37% des financements privés. Le financement de la rénovation énergétique des logements représente 3 milliards d’euros. Le financement des énergies renouvelables dans le bâtiment représente, pour les ménages, un montant de 1,9 milliard d’euros. Le reste (0,5 milliard d’euros) provient de l’utilisation de l’épargne des ménages (investissements dans le logement social principalement).


Si on combine leur action, les acteurs privés (entreprises, ménages) ont distribué environ 60% (13-14 milliards d’euros) des montants soutenant les investissements bas-carbone en France en 2011. Si l’on exclut le secteur des transports dont les financements sont principalement gérés par des organismes publics, ce pourcentage augmente à plus de 75%.

Des investissements insuffisants

En conclusion, les auteurs de cette étude indiquent que « le montant de 22,2 milliards d'euros d'investissement annuel (hors nucléaire) est en-dessous des besoins identifiés dans le cadre du Débat national sur la transition énergétique (autour de 50 milliards d’euros par an pour un périmètre plus large, ndlr) ».

« Une partie des financements nécessaires à la transition énergétique est donc d’ores et déjà réalisée mais l’effort restant à effectuer nécessite des évolutions importantes. (…) alors que l’année 2011 représente un pic d’investissements dans les énergies renouvelables, l’évolution des années suivantes laisse à penser que la marche à gravir est peut-être un peu plus haute aujourd’hui qu’elle ne l’était en 2011 », conclut le rapport.

Pour rappel, La France s'est fixée pour objectif de réduire de 50 % sa consommation d'énergie en 2050, de 30 % sa consommation des énergies fossiles en 2030 et de 40 % ses émissions de gaz à effet de serre en 2040.

C.T
© Fotolia 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

F. de Rugy va réunir les acteurs du bâtiment et de l’énergie pour parler rénovation

F. de Rugy va réunir les acteurs du bâtiment et de l’énergie pour parler rénovation

François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, était ce vendredi matin l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC. Interrogé sur la programmation pluriannuelle de l’énergie, il a notamment indiqué vouloir réformer le système d’aides « qui n’est pas efficace ». Il a également précisé qu’il réunirait « dans les semaines à venir » les acteurs du bâtiment et de l’énergie pour organiser la rénovation énergétique des bâtiments. Précisions.
Le développement des EnR en Europe jugé conforme aux objectifs

Le développement des EnR en Europe jugé conforme aux objectifs

Dans un rapport publié ce mardi, l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) estime que le développement des énergies renouvelables est conforme aux objectifs fixés par la Commission européenne pour 2020 et 2030. En 2013, la part des énergies renouvelables a atteint 14,9 % dans la consommation finale brute d'énergie. Cette progression impacte dès lors les émissions de gaz à effet de serre et la demande en énergie fossile. Explications.
Un accord sur les EnR trouvé au Sommet européen sur le climat

Un accord sur les EnR trouvé au Sommet européen sur le climat

Lors du Conseil européen consacré à la lutte contre le dérèglement climatique, l'Union européenne a adopté la semaine dernière plusieurs objectifs à l'horizon 2030, dont la réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre. Si la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal a qualifié cet accord d' « ambitieux », le Syndicat des énergies renouvelables ne partage pas cet avis. Explications.
Photovoltaïque : les propositions du GMPV-FFB en faveur de l'autoconsommation

Photovoltaïque : les propositions du GMPV-FFB en faveur de l'autoconsommation

Dans le cadre du groupe de travail sur l'autoconsommation de l'électricité renouvelable, organisé par la DGEC, le GMPV-FFB vient de formuler plusieurs propositions. Face aux enjeux de la transition énergétique, la fédération souhaite développer l'autoconsommation de l'électricité photovoltaïque et refondre le mode de soutien au photovoltaïque dans le bâtiment. Détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter