Revalorisé, le chèque énergie bénéficiera à 5,8 millions de Français Eco-construction | 03.01.19

Partager sur :
Revalorisé, le chèque énergie bénéficiera à 5,8 millions de Français
En septembre dernier, le Gouvernement promettait de revaloriser le chèque énergie. Promesse tenue, puisque le Ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé ce jeudi 3 janvier qu’il serait bien revalorisé de 50 € et étendu à 2,2 millions de Français supplémentaires par rapport à 2018. Un coup de pouce financier qui a pour objectif d’aider les ménages les plus modestes à se chauffer, et de les soutenir dans leurs projets de travaux de rénovation énergétique.
C’est confirmé, le chèque énergie sera bel et bien revalorisé et étendu ! Expérimenté en 2016 et 2017, il avait été généralisé à l’ensemble du territoire en 2018. Fin septembre dernier, le Gouvernement avait annoncé vouloir revoir à la hausse cette aide. Une intention que le Ministère de la Transition écologique et solidaire a confirmé ce jeudi 3 janvier dans un communiqué de presse annonçant la hausse du montant et du nombre de bénéficiaires.

Ce chèque énergie sera ainsi attribué à 5,8 millions de bénéficiaires cette année (contre 3,6 millions en 2018), et son montant passera de 150 € à 200 €. Il pourra servir à régler une facture pour tout type d’énergie, mais aussi à financer des travaux de rénovation énergétique.

Création d’une nouvelle tranche de bénéficiaires

Le communiqué de presse annonce que la revalorisation de ce chèque crée une nouvelle de tranche de bénéficiaires, et donne l’exemple d’un couple avec deux enfants ayant un revenu fiscal de référence de 22 000 € par an, qui ne bénéficiait pas du chèque énergie jusqu’ici, mais qui le recevra avec un montant de 76 € en 2019. En effet, le plafond d’attribution passe de 7 700 € à 10 700 € par an et par unité de consommation.

Ce chèque sera envoyé automatiquement par voie postale aux personnes éligibles à partir de fin mars 2019. « Il n’y a aucune démarche à faire pour le recevoir : il suffit simplement d’avoir au préalable déclaré ses revenus l’an dernier auprès des services fiscaux (déclaration d’impôt sur les revenus de l’année 2017), même en cas de revenus faibles ou nuls », explique le communiqué.

C.L.

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Maîtrise de l’énergie : 74% des Français ne font pas confiance au Gouvernement (Etude)

Maîtrise de l’énergie : 74% des Français ne font pas confiance au Gouvernement (Etude)

Alors que l’hiver approche à grand pas, Eni a interrogé les Français sous le prisme du chauffage. L’étude révèle que 74% des sondés ne font pas confiance au Gouvernement pour mener des actions en faveur de la maîtrise de leur facture d’énergie. Quelles solutions privilégient-ils pour réduire le montant de leurs dépenses ? 47% des consommateurs citent un changement de fournisseur, 31% la réalisation de travaux d’isolation et 22% le changement d’énergie de chauffage.
Pénurie de main d’œuvre, avenir incertain pour le CITE… Les obstacles à la rénovation sont encore (trop) nombreux !

Pénurie de main d’œuvre, avenir incertain pour le CITE… Les obstacles à la rénovation sont encore (trop) nombreux !

Dans une tribune parue le 11 septembre dernier, Sylvain Bonnot, PDG de Myral, revient sur le lancement du dispositif FAIRE. S’il soutient l’initiative, il estime que les obstacles au plan de rénovation énergétique des logements sont encore nombreux. Il pointe notamment les difficultés de recrutement et le manque de visibilité quant au devenir du CITE. « Nous avons besoin de clarté », estime-t-il.
La rénovation énergétique des copropriétés, nouvelle priorité du BTP

La rénovation énergétique des copropriétés, nouvelle priorité du BTP

Arriver à une diminution d’au moins 38 % de la consommation d’énergie d’ici 2020 est l’objectif des travaux de rénovation énergétique des immeubles existants. Cette donnée a été rappelée par Philippe Pelletier, Président du Plan Bâtiment Grenelle, au cours de la conférence intitulée « Rénovation positive ». Le gouvernement Ayrault a également annoncé son intention de mettre en œuvre 600.000 nouveaux logements par an, en lieu et place des 300.000 jusque-là programmés. Cette volonté implique d’encourager les copropriétés privées à réaliser ces travaux. Celles-ci représentent 8,5 millions de logements, soit 1/4 des résidences principales.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter