Un nouveau label en faveur de la construction de « bâtiments exemplaires » Eco-construction | 18.11.16

Partager sur :
Alors que l’Accord de Paris se met progressivement en application, les ministres Ségolène Royal et Emmanuelle Cosse ont annoncé la création d’un nouveau label, « Bâtiments à énergie positive et réduction carbone ». Objectif de cette initiative : encourager concrètement la construction de bâtiments répondant à la réglementation environnementale à venir. Tous les détails.
Dernièrement, l’État sollicitait les professionnels du BTP et les associations dans le cadre de la signature d’une convention visant à expérimenter de nouvelles règles environnementales du bâtiment. Une sollicitation particulière qui s’inscrivait directement dans le cadre de la loi de transition énergétique, qui « prévoit, à l’horizon 2018, la mise en place d’un standard environnemental unique au monde pour les bâtiments neufs », comme le précise le ministère de l’Environnement dans un communiqué.

Dans ce cadre, Ségolène Royal et Emmanuelle Cosse ont chacune fait part de leur volonté de « soutenir le secteur de la construction dans le développement de solutions innovantes en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique ». Les ministres de l’Environnement et du Logement se sont donc associées pour créer le label expérimental « Bâtiments à énergie positive et réduction carbone ».

Un projet collaboratif à développer

En outre, cette nouvelle certification permettra de souligner « le respect des bonnes pratiques énergétiques et environnementales » d’un bâtiment. « L’objectif est d’améliorer la performance environnementale du bâtiment en s’appuyant sur une réduction des impacts environnementaux tout au long du cycle de vie », indique le ministère de l’Environnement.

Afin de mener à bien cette expérimentation, un comité de pilotage a d’ores et déjà été mis en place. Coprésidé par Christian Baffy, président du Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique, et l’État, ce dernier « regroupe professionnels du bâtiment, producteurs d’énergies renouvelables, associations de label et certificateurs afin d’évaluer l’adéquation entre les ambitions, les coûts et la maîtrise technique des premières réalisations ».

F.C  
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Le Président Emmanuel Macron a réuni hier après-midi, mercredi 24 octobre, une trentaine de dirigeants d’entreprises, parmi lesquels les dirigeants d’EDF, Engie, Total, Orano, Vinci, Saint-Gobain ou Veolia, mais aussi des organismes de recherche comme le CNRS ou l’INRA, pour une « séance de travail » en prévision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui devrait être annoncée à la mi-novembre.
Certivéa fait évoluer son offre de labels

Certivéa fait évoluer son offre de labels

Toujours plus impliqué dans la croissance verte des bâtiments, Certivéa a récemment actualisé son offre de labels pour le non résidentiel en intégrant les certifications E+C-, BBCA (pour le bas-carbone) et Effinergie 2017 (pour l’énergie). Une initiative qui devrait permettre à l’organisme d’accompagner les professionnels du bâtiment qui souhaitent se préparer aux standards imposés par la loi de transition énergétique.
Transition énergétique : la FNTP réclame plus de moyens

Transition énergétique : la FNTP réclame plus de moyens

En marge des Assises Européennes de la Transition Énergétique, qui se déroulent en ce moment même à Bordeaux, la Fédération Nationale des Travaux Publics et d’autres organismes spécialisés ont tenu à adresser un message aux pouvoirs publics : si la France veut réussir sa transition énergétique, il faudra donner plus de moyens aux entreprises du BTP. Décryptage.
« Reconnaître les compétences des artisans de la rénovation énergétique », P. Million

« Reconnaître les compétences des artisans de la rénovation énergétique », P. Million

Alors que l’UFC-Que Choisir publiait ce mercredi un rapport critiquant ouvertement les artisans de la rénovation énergétique, ces derniers ont fait part de leur mécontentement, défendant leur profession et leurs savoir-faire. L’un d’entre eux, Philippe Million, gérant d’Everest Isolation et lauréat national du prix de l’artisanat Stars & Métiers, revient aujourd’hui sur la certification RGE et livre son avis sur les observations menées par l’UFC.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter