Zéro artificialisation nette : les géomètres-experts proposent 10 mesures Eco-construction | 24.01.20

Partager sur :
Zéro artificialisation nette : les géomètres-experts proposent 10 mesures Batiweb
L’Ordre des géomètres-experts publie 10 propositions pour limiter l’artificialisation des sols et l’étalement urbain. Parmi elles : recentrer les services dans les centres-bourgs afin de limiter le développement de surfaces commerciales périurbaines, reconquérir les friches industrielles, ou encore revaloriser les espaces verts perméables à l’eau et riches en biodiversité au sein des villes.

Le 29 juillet dernier, le gouvernement lançait, dans le prolongement du Plan Biodiversité, le principe de zéro artificialisation nette (ZAN) à l’horizon 2050. L’objectif ? Limiter l’étalement urbain lié au développement de zones pavillonnaires et à l’implantation de zones d’activités et de surfaces commerciales à la périphérie des villes.

 

Dans cet optique, l’Ordre des géomètres-experts a publié un manifeste ce jeudi 23 janvier comprenant dix propositions pour une application constructive et mesurée de ce principe, afin de ne pas dériver vers des effets de « sanctuarisation », qui risqueraient d’accentuer la désertification.

 

Distinguer artificialisation et imperméabilisation

 

Affirmant « partager les constats liés à l’artificialisation des sols » en tant que professionnels de l’aménagement des territoires, les géomètres-experts notent que « la progression des épisodes d’inondations et de sécheresses, directement imputables au réchauffement climatique, impose une réflexion sur la perméabilité des sols et la préservation des zones de captation ».

 

Pour eux, il convient de bien distinguer l’artificialisation de l’imperméabilisation : « un sol artificialisé peut rester perméable dans les différentes formes urbaines existantes, en particulier les espaces de nature dans les parcelles, parcs, jardins qui sont des éléments fondamentaux pour la préservation de la nature en ville et de la biodiversité », soulignent-ils.

 

Réintégrer la nature en ville

 

Ils insistent notamment sur le fait qu’un espace vert modelé par l’homme peut présenter une biodiversité beaucoup plus riche qu’un espace agricole avec des cultures intensives. Ils appellent donc à multiplier le développement de projets à biodiversité positive et de production agricole urbaine.

 

Pour réintégrer la nature en ville, ils invitent également à mettre en place un coefficient minimal de nature par habitant à l’échelle des agglomérations.

 

Redynamiser les centres-villes et reconquérir les friches

 

Autre mesure primordiale : permettre aux villes de conserver leurs commerces, emplois et loisirs, mais aussi et surtout leur population, afin d’éviter les déplacements quotidiens entre métropoles et milieu rural. Ils appellent notamment à limiter les délocalisations des services dans l’espace périurbain.

 

Pour exploiter tout le potentiel des villes, ils proposent notamment de reconquérir les bâtiments vacants et friches, qui représenteraient entre 80 000 et 100 000 hectares en France.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les façades végétales pour une ville verte Batiweb

Les façades végétales pour une ville verte

Les espaces verts en ville ne sont plus réservés aux jardins et parcs. On voit aujourd’hui dans le milieu urbain de plus en plus de toitures et façades végétalisées. La végétalisation des façades est un vrai enjeu pour les projets d’urbanisme pour les villes souhaitant augmenter la présence de la nature et le bien être de ses habitants.
Le quartier Nanterre Cœur Université reçoit le label Biodiversity Ready Batiweb

Le quartier Nanterre Cœur Université reçoit le label Biodiversity Ready

Alors que Bouygues Immobilier et Paris La Défense travaillent à la construction de l’éco-quartier Nanterre Cœur Université, ces derniers ont obtenu le label Biodiversity Ready pour avoir mis la biodiversité au centre de la conception. Outre les 31 hectares d’espaces verts, les toitures végétalisées, et des mesures contre la pollution lumineuse, des équipements spécifiques comme des nichoirs et des hôtels à insectes seront mis en place.
Le groupe de travail pour l’éolien dresse un bilan positif Batiweb

Le groupe de travail pour l’éolien dresse un bilan positif

Le Ministère de la Transition écologique et solidaire et le Ministère des Armées ont présenté, ce jeudi 31 janvier, le bilan de la mise en œuvre des dix propositions du groupe de travail sur le développement de la filière éolienne. Parmi les mesures importantes : la réduction du délai de traitement du contentieux éolien terrestre, ou encore la libération de zones dédiées à l’entraînement au vol à basse altitude pour l’éolien. Le point sur les propositions adoptées et celles qui devraient bientôt l’être.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter