Action Coeur de Ville : un baromètre analyse le marché immobilier Immobilier | 07.09.20

Partager sur :
Le programme Action Coeur de Ville vise la revitalisation de 222 villes moyennes via un plan d’investissement public. Il doit notamment encourager les différents acteurs du logement à réinvestir les centres-villes. Et c’est pour mesurer l’évolution du marché immobilier dans chacune des villes lauréates, que le Conseil supérieur du notariat (CSN) et la direction du programme Action Coeur de Ville ont lancé un baromètre. L’étude fournit trois indicateurs : transactions annuelles, prix de vente et évolution du Diagnostic de performance énergétique (DPE).

Les villes moyennes font-elles preuve de dynamisme ? Si l’on en croit les chiffres du « Baromètre de l’immobilier villes moyennes - Notaires de France / Action Coeur de Ville », elles restent attractives. Le marché immobilier s’y porte bien et connaît d’ailleurs un certain dynamisme. 

 

Née d’un partenariat entre le Conseil supérieur du notariat et la direction du programme Action Coeur de Ville, l’étude s’intéresse aux 222 villes lauréates du plan national. Cette première édition se base sur les données de 2019, c’est-à-dire avant la crise sanitaire de la Covid-19. Et les chiffres parlent d’eux-mêmes : les transactions ont augmenté dans les villes du programme Action Coeur de ville passant de 114 665 à 126 545 ventes entre 2018 et 2019. Une évolution positive qui concerne également le volume de ventes dans les communes de l’agglomération (EPCI) des villes du programme hors ville-centre qui enregistrent + 11 380 ventes en un an. 

 

L’étude précise que 148 Coeurs de Ville sont particulièrement concernés par la hausse des transactions. Seules 50 agglomérations (pour 52 territoires Actions Coeur de ville) ont connu une baisse des volumes sur l’ensemble de leur territoire (ville-centre et périphérie). 

 

Dans un édito, les auteurs du Baromètre rappellent combien les acquéreurs portent une attention particulière au cadre de vie ou encore à « la proximité avec le lieu de travail ». Et insistent: « Le principal enjeu dans le marché immobilier des villes moyennes est celui de retrouver la confiance et l’attractivité ». 

 

Des prix constants

 

Si la ville-centre semble attirer les Français, les prix peuvent parfois représenter un frein à l’investissement. Où se situent les villes moyennes ? Le marché immobilier est logiquement « plus accessible » que celui des grandes villes. La surface des logements y est également plus importante. Autre avantage selon l’étude, « des biens de meilleure qualité que dans les métropoles ». Ainsi, « si pour l’instant les villes du programme Action Coeur de Ville ne semblent pas attirer les investisseurs cherchant la plus-value immobilière », ces villes offrent « de meilleures conditions d’hébergement ». 

 

Les prix y augmentent moins rapidement que sur le marché national : + 1,92% pour les appartements anciens vs + 5,2% au niveau national. Pour ce qui des maisons, le prix médian est proche de la moyenne nationale, 2,35% sur un an contre 2,6%. 

 

Améliorer l’offre et la performance des logements

 

Le baromètre estime que les actions menées dans le cadre du programme Action Coeur de Ville, ainsi que les aides mises en place par l’Etat (Denormandie, ANAH) et l’engagement de la Banque des territoires, devraient venir booster les transactions. 

 

S’il faut améliorer l’offre de logements, l’étude souligne l’importance de renforcer la performance énergétique des logements. Le baromètre s’intéresse d’ailleurs à la consommation énergétique des bâtiments. « Le sous-ensemble étiquettes E-F-G concernait 39% des biens vendus en 208 et 38% en 2019 », peut-on lire. Le sous-ensemble « A-B et C » n’a concerné que 19% des transactions 2018 et 2019, tandis que le « D » reste « stable » à 42%. 

 

« Bien que cet indicateur présente certaines lacunes, des efforts en matière de rénovation doivent être menés afin de faciliter la rénovation énergétique des bâtiments dans l’ancien », insiste enfin l’étude.

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Immobilier : des transactions toujours élevées, mais jusqu’à quand ? - Batiweb

Immobilier : des transactions toujours élevées, mais jusqu’à quand ?

L’activité du marché immobilier est restée au beau fixe avec 965000 ventes en 2018, soit une hausse de +0,3% par rapport à l’année précédente. Des chiffres positifs qui s’expliquent par des taux d’intérêt toujours historiquement bas. La FNAIM (Fédération nationale de l’immobilier) souligne néanmoins qu’une baisse a été constatée en novembre 2018, et rappelle que la confiance des ménages reste un facteur décisif pour l’année à venir.
L’instruction des permis de construire reprendra bien le 24 mai - Batiweb

L’instruction des permis de construire reprendra bien le 24 mai

Alors que les délais d’instruction des permis de construire sont suspendus depuis le 17 mars dernier, le ministre du Logement Julien Denormandie a annoncé ce jeudi 7 mai que la reprise ne serait finalement pas impactée par la prolongation de l’état d’urgence sanitaire, dont le terme a été repoussé et est désormais prévu le 10 juillet. L’examen des demandes, le droit de préemption et les délais de recours reprendront donc bien dès le 24 mai.
Rénovation énergétique des copropriétés : quel est l’impact de la crise ? - Batiweb

Rénovation énergétique des copropriétés : quel est l’impact de la crise ?

Depuis le 16 mars, la crise du Covid-19 et les mesures de confinement ont créé un coup d’arrêt pour la rénovation énergétique des copropriétés. C’est le constat dressé par l’Agence parisienne du Climat, qui a interrogé plusieurs bureaux d’études et organismes, qui témoignent de l’arrêt des chantiers, de la baisse des consultations et demandes d’aide. Les Français reprendront-ils tout de même leurs projets ?
MaPrimeRénov' sera finalement accessible à tous en 2021 - Batiweb

MaPrimeRénov' sera finalement accessible à tous en 2021

Alors que le nouveau dispositif d'aides aux travaux de rénovation énergétique devait bénéficier à 200 000 ménages modestes, seuls 25 000 en ont profité. Face à ces faibles résultats, parfois imputés à la crise liée au Covid-19 ou au manque de lisibilité, Emmanuelle Wargon a annoncé que MaPrimeRénov' serait finalement étendue à tous les ménages, y compris les plus aisés, et même élargie aux propriétaires bailleurs et aux copropriétés.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter