Fermer

Immobilier : la part de logements F et G mise en vente est restée stable en 2022

La part des logements classés F et G mis en vente en 2022 est restée stable d’après une étude menée par le réseau immobilier Guy Hoquet. Un constat qui peut paraître étonnant étant donné l’entrée en vigueur au début du mois de l’interdiction de location des biens les plus énergivores.
Publié le 19 janvier 2023

Partager : 

Immobilier : la part de logements F et G mise en vente est restée stable en 2022 - Batiweb

C’était l’une des inquiétudes notables des professionnels de l’immobilier. Avec l’entrée en vigueur au 1er janvier 2023 de l’interdiction à la location des logements les plus énergivores, affichant une consommation d'énergie finale dépassant les 450 kWh par m2 par an, le secteur craignait de voir apparaître une vague massive de ventes de passoires thermiques en 2022. Mais il n’en est rien, puisque leur part sur le marché est restée stable en 2022, d’après une étude du réseau d’agences Guy Hoquet.

« Un certain alarmisme se propageait à la suite de ces interdictions de location, mais seul un nombre limité de biens est concerné », confie Stéphane Fritz, président de Guy Hoquet. En effet, le nombre de logements notés G+ et concernés par les premières interdictions de 2023 s’élève à 190 000, d’après l’Observatoire National de la Rénovation Énergétique (ONRE).

À l’exception de la capitale, le nombre de passoires énergétiques mises en vente en 2022 n’a que très peu varié, avec des augmentations entre 0,1 et 2 points de pourcentage dans la plupart des villes étudiées. Ces logements représentent 8 % de l’offre immobilière, un pourcentage semblable à celui des années passées.

 

Un marché immobilier et une conjoncture qui n’incite pas à la vente de biens

 

Pour Henry Buzy-Cazaux, président de l’Institut du management des services immobiliers, ces chiffres s’expliquent par le fait que les arguments pour ne pas vendre priment pour les propriétaires de passoires énergétiques. L’argument principal étant la décote des biens énergivores. D’après Guy Hoquet, les biens F et G ont été commercialisés 10 % moins cher que la moyenne en 2022. De quoi refroidir les potentiels vendeurs.

Henry Buzy-Cazaux soulève un autre point important : celui de la tension locative. D’après Bien’ici, cette dernière a augmenté de 158 % à Paris, de 152 % à Nice, ou encore de 109 % à Strasbourg, poussant les loyers à la hausse. Devant ce constat, et selon le président de l’Institut du management des services immobiliers, les propriétaires estiment n’avoir aucun intérêt à cesser de louer, et ce, malgré la suite des restrictions à venir.

Enfin, l’arrivée lointaine des autres réglementations (les logements G seront interdits à la location en 2025, suivis des F en 2028, et des E en 2034) est peu susceptible de pousser les propriétaires à vendre leurs biens. De plus, le manque de main-d’œuvre et les difficultés de financement sont un frein au lancement de travaux pour ces propriétaires qui pourraient en profiter pour améliorer le DPE de leur bien.

Ces nombreuses failles peuvent être à l’origine d’un risque majeur selon Henry Buzy-Cazaux : « Le risque, c’est le non-respect de la loi. Une partie des propriétaires n’effectueront pas les travaux, et seul le locataire pourra le signaler. Mais compte tenu de la difficulté de trouver un logement, traîner un propriétaire au tribunal ne va pas de soi ». De fait, de nombreux logements risquent de passer sous le radar sans faire l’objet de rénovations, pourtant nécessaires pour préserver la qualité de vie et respecter les objectifs environnementaux du pays.

 

> Découvrez notre nouveau magazine Batiweb

 

Jérémy Leduc

Photo de Une : Adobe Stock

Par Jeremy Leduc

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.