Liquidation de la société de BTP Trabet, deux repreneurs en vue Législation et règlements | 28.04.15

Partager sur :
Le tribunal de commerce de Strasbourg a prononcé lundi la liquidation de la principale société du groupe Trabet. 360 personnes sont concernées par cette décision, une partie des emplois pourrait être préservée grâce à l'offre de reprise du Luxembourgeois Karp-Kneip. Le tribunal rendra sa décision sur cette cession partielle le 11 mai. Détails.

A l'issue d'une audience devant la chambre commerciale du TGI de Strasbourg, le tribunal a ordonné la liquidation judiciaire de Trabet au 30 avril pour une reprise d'activité et du personnel le 16 mai, a indiqué Pascal Woehrel, secrétaire du CE.

« Dans l'immédiat la liquidation de Trabet a été demandée uniquement pour payer les salaires d'avril. Il y a des personnes qui vont être licenciées et il y a environ 150 salariés qui vont être repris » sur un total de 360, si la cession du groupe est validée, a indiqué Me Laurence Gentit, avocate des salariés.

Seul candidat sur les rangs pour reprendre le groupe Trabet, le Luxembourgeois Karp-Kneip qui prévoit la reprise de 150 salariés. Le tribunal de commerce de Strasbourg a renvoyé au 11 mai sa décision de valider ou non cette cession partielle.

Une autre offre pour les filiales

Le tribunal a également renvoyé au 11 mai sa décision concernant les filiales de Trabet-GRE - parmi lesquelles Entreprises de travaux et de matériaux (ETM), Perco et Société alsacienne de route (Sarmac) basée à Rixheim (Haut-Rhin) - également en redressement depuis le 7 avril.

Une seule offre a été déposée par le groupe de travaux publics NGE basé à Tarascon (Bouches-du-Rhônes) qui propose de reprendre 35 emplois.

La cession à la découpe du groupe rhénan de BTP pourrait in fine se traduire par environ 175 suppressions d'emplois, ont indiqué à l'AFP des sources syndicales.

Trabet, société mère du groupe familial basé à Illkirch-Graffenstaden près de Strasbourg, avait été placée en redressement judiciaire le 9 février. Confronté à une conjoncture défavorable, marquée par une baisse des contrats dans le BTP conjuguée à la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités, le groupe Trabet est en proie à des difficultés depuis 2010-2011.

C.T (avec AFP)
© Richard Villalon - Fotolia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Eiffage prévoit une « légère contraction » de son chiffre d'affaires en 2014

Eiffage prévoit une « légère contraction » de son chiffre d'affaires en 2014

En raison de la baisse de la commande publique, le groupe de BTP et de concessions Eiffage prévoit une « légère contraction » de son chiffre d'affaires en 2014. Fin septembre, le groupe affichait une activité en baisse de 1,7 % à 10,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires par rapport à la même période en 2013, malgré les bons résultats de sa branche Concessions. Détails.
Bouygues prévoit un chiffre d'affaires quasi stable en 2014

Bouygues prévoit un chiffre d'affaires quasi stable en 2014

Le groupe Bouygues vient de publier ses résultats sur les neufs premiers mois de l'année 2014. Son chiffre d'affaires devrait rester quasiment stable par rapport 2013. L'environnement international reste porteur tandis que le marché français s'avère difficile, notamment pour les activités Construction. Explications.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter