A Marseille, le procès du racket des chantiers de BTP a débuté Législation | 27.03.17

Partager sur :
Neuf prévenus sont jugés à partir de ce lundi devant le Tribunal correctionnel de Marseille pour des affaires de rackets sur des chantiers de la ville. Ils comparaissent notamment pour avoir extorqué des fonds au géant du BTP Bouygues en charge des travaux de la rocade autoroutière L2.
C’est un procès emblématique qui s’est ouvert ce lundi à Marseille : neuf prévenus ont commencé à comparaître dans une affaire de racket présumé d’entreprises du BTP.

Pour rappel, en janvier 2015 éclatait une affaire d’extorsion sur l’un des chantiers de la ville à savoir celui de la rocade autoroutière L2. Des engins, dont une foreuse sophistiquée de la société Bouygues Travaux Publics, étaient incendiés pour un préjudice de deux millions.

Troublante coïncidence, trois jours plus tard, le responsable du chantier recevait un devis d’une société locale (Télésurveillance Gardiennage Intervention) pour assurer la sécurité des lieux. Plus que proposer ses services, la société aurait exigé à l’entreprise de BTP d’embaucher une dizaine de jeunes du quartier, sans quoi le chantier ne pourrait pas continuer.

Lutter contre le racket des chantiers, une priorité

Brisant le silence qui entoure ce type de délits, un ingénieur avait porté plainte, dénonçant les pressions subies. Signe de la peur qu’inspirent les acteurs du dossier aux responsables de chantier, deux des trois personnes qui ont dénoncé les pressions n’ont pas souhaité témoigner publiquement devant le tribunal correctionnel, a indiqué sa présidente Anouk Bonnet, à l’ouverture de l’audience.

Les prévenus doivent aujourd’hui répondre pour extorsion. Parmi eux, six comparaissent libres et trois autres, en détention depuis une vingtaine de mois, ont pris place dans le box du tribunal correctionnel.

Outre le volet extorsion, les prévenus devront répondre d'une multitude de délits financiers : les sociétés ne payaient pas d'impôts, réglaient les salaires en liquide, ne disposaient d'aucune habilitation...

Pour le tribunal de Marseille, ce procès doit être une vitrine de la lutte contre le racket sur les chantiers. Le parquet en a fait l'une de ses priorités, et des policiers sont chargés de lutter contre ces pratiques, souvent tues, en regagnant la confiance des entrepreneurs.

R.C (Avec AFP)
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

7 ans de prison requis contre les racketteurs des chantiers de BTP à Marseille - Batiweb

7 ans de prison requis contre les racketteurs des chantiers de BTP à Marseille

Après 4 jours de procès et presque 2 ans d’affaire, le verdict a été rendu. Jusqu’à 7 ans de prison ont été requis pour les prévenus du procès de racket qui « gangrenait » le milieu du BTP de Marseille. Les prévenus exigeaient des embauches, sous peine d’empêcher le fonctionnement des travaux. Des pratiques qui coûtent autour de 50 millions d’euros par an au département.
Racket sur le chantier de la L2 à Marseille : Karim Ziani remis en liberté - Batiweb

Racket sur le chantier de la L2 à Marseille : Karim Ziani remis en liberté

Après six mois de détention provisoire, Karim Ziani a été remis en liberté vendredi, selon une source judiciaire. Le président du club de football de la cité marseillaise La Busserine avait été mis en examen pour extorsion en bande organisée, sur le chantier de la L2 à Marseille. Trois engins de chantier, dont une foreuse de la société Bouygues Travaux Publics, avaient été incendiés.
Marseille sera t-elle prête pour 2013 ? - Batiweb

Marseille sera t-elle prête pour 2013 ?

Les travaux du Musée des civilisations d'Europe et de la Méditerranée (Mucem) débuteront en novembre. Un gros chantier parmi plusieurs autres qui sont aussi prévus aux alentours de 2013, année durant laquelle Marseille sera capitale européenne de la Culture.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter