Engie Axima lance AXL’AIR, une solution destinée au tertiaire Nouveaux produits du BTP | 12.09.19

Partager sur :
Avec AXL’AIR, Engie Axima va encore plus loin dans l’évaluation et l’amélioration de la qualité de l’air intérieur des bâtiments tertiaires. L’offre repose sur trois étapes et notamment sur un audit en continu des polluants présents en intérieur. La solution traduit la volonté de l’entreprise d’accompagner ses clients « à mieux consommer » l’énergie.

Alors que la Journée Nationale de la Qualité de l’Air se tiendra le 18 septembre prochain, Engie Axima annonce le lancement d’une solution nouvelle dédiée à l’évaluation et à l’amélioration de la qualité d’air intérieur des bâtiments tertiaires.

 

Baptisé AXL’AIR, l’outil permet une régulation optimisée des équipements de chauffage/ventilation/climatisation. « L’air que l’on respire à l’intérieur des bâtiments est jusqu’à 8 fois plus pollué que l’air extérieur ! Avec cette nouvelle offre, nous souhaitons agir sur le triptyque qualité de l’air – confort thermique – consommation d’énergie, et ainsi permettre à nos clients d’améliorer à la fois la performance environnementale de leurs bâtiments tertiaires et la qualité de vie au travail de leurs équipes », explique Rémy Faure, chef de projet Engie Axima.

 

L’entreprise souhaite également accompagner ses clients « à mieux consommer l’énergie pour un monde de plus en plus décarboné », précise un communiqué.

 

Trois étapes pour une meilleure qualité de l’air

 

AXL’AIR permet non seulement de diagnostiquer la qualité de l’air intérieur des bâtiments via un audit en continu des polluants présents (CO2, COV, particules) mais également d’accompagner les utilisateurs vis-à-vis des nouvelles contraintes réglementaires et des exigences des certifications et labels environnementaux.

 

C’est aussi un outil de pilotage qui permet là encore un grand nombre d’opérations : suivi de la Qualité de l’Air Intérieur (QAI) en temps réel, analyse via des tableaux de bord, alertes et sensibilisation, entretien et maintenance des installations, utilisation de l’Intelligence Artificielle pour optimiser les paramètres de régulation des équipements, définition d’axes de progrès…

 

Troisième élément, l’engagement : garantie de résultat sur l’amélioration de la QAI ou encore déploiement d’une application « pour mieux qualifier la satisfaction du confort des employés ».

 

Engie Axima révèle en outre avoir signé un partenariat avec Octopus Lab, une startup qui n’a pas manqué d’attirer l’attention du Jury des Trophées Bâtiment Santé 2019. La jeune pousse a développé INDALO, un logiciel de prévision de la qualité de l’air d’un bâtiment avant sa construction. INDALO « simule la qualité de l’air intérieur en tenant compte des matériaux mis en œuvre, du système de ventilation, de l’occupation des locaux, de la pollution extérieure, du mobilier, mais également les interactions photochimiques et surfaces/polluants », détaille un communiqué. L’outil est compatible avec la maquette numérique du bâtiment (BIM).

 

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Uniclima publie un guide sur la qualité de l’air intérieur dans le tertiaire

Uniclima publie un guide sur la qualité de l’air intérieur dans le tertiaire

A la fois enjeu pour la valeur d'un bâtiment et pour la santé de ses occupants, la qualité de l’air (QAI) est au centre de toutes les attentions. Dans ce contexte, Uniclima publie « Tous acteurs de l’air dans le tertaire », un guide pratique de 24 pages qui présente les substances nocives, expose les risques, et propose des solutions concrètes pour le secteur tertiaire.
Pour le grand public, la qualité de l’air est encore une notion « un peu abstraite »

Pour le grand public, la qualité de l’air est encore une notion « un peu abstraite »

Les chiffres sont alarmants : on estime à 20 000 le nombre de décès directement liés à la qualité de l’air intérieur. Ainsi, alors que les spécialistes s’accordent à dire que l’air intérieur d’un logement peut être 8 à 9 fois plus pollué que l’air extérieur, la question de la qualité de l’air intérieur se présente comme un enjeu de santé publique. Quelles pistes d’amélioration doivent être envisagées ? Dans une étude, le Synasav formule ses propositions.
En Alsace, un projet immobilier mixte se dote d’une façade dépolluante

En Alsace, un projet immobilier mixte se dote d’une façade dépolluante

C’est une première en Alsace ! Mercredi 28 novembre, Jean-Marie Zoellé, maire de Saint-Louis et Cédric Simonin, PDG de Trianon Résidences, ont posé la première pierre d’un programme mixte « inédit ». L’immeuble, qui comptera 51 logements et un espace de bureaux, sera doté d’une façade aux propriétés dépolluantes. Mais ce n’est pas tout. Il sera équipé d’un chauffage urbain dont 90% de la chaleur sera produite par la combustion d’une biomasse provenant d’un rayon de moins de 100 km. De quoi réduire son impact carbone et son coût d’exploitation.
Conjoncture : un marché du génie climatique en demi-teinte

Conjoncture : un marché du génie climatique en demi-teinte

Le marché des chaudières est soutenu par les murales gaz, celui des pompes à chaleur se stabilise, tandis que la climatisation tertiaire est impactée par la crise et que la ventlation souffre de la chute des nouvelles constructions, selon les résultats du génie climatique à fin août 2013 publié par Uniclima.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter